Hélène Elouard
Féministe, formatrice, comédienne, metteuse en scène;;;et tant d'autres...
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2021

L'esprit critique, abandon de notre société

Un travail alimentaire : tenter de développer l'esprit critique chez les jeunes

Hélène Elouard
Féministe, formatrice, comédienne, metteuse en scène;;;et tant d'autres...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'exerce un travail que je qualifirais d'alimentaire. Pourquoi ? Parce qu'il ne correspond pas à mes aspirations, à ce que j'aime faire : écrire, peindre, jouer la comédie, monter un spectacle, aider les personnes à communiquer oralement, être chez moi...Surtout être chez moi. De plus en plus être chez moi...

En ce moment, je suis formatrice en insertion avec des jeunes. J'ai donc des axes obligatoires : recherche d'emploi (CV, LM, entretiens d'embauche), remise à niveau Maths et français. Le reste, je choisis. Pourvu qu'ils et elles trouvent stages ou boulot à la clé. Donc, je fais faire beaucoup d'oral, de communication, mais je les fais faire des recherches, travailler sur leurs droits, sur la société, sur l'histoire. Et ils et elles écoutent cela.

Bien sûr, sur l'égalité hommes/femmes, la place des femmes dans la société, celles des enfants, les horreurs qui se passent dans le monde. Et ils et elles écoutent cela.

Je les fais travailler sur leur capacité à dire NON. Sur le pourquoi n'arrivent-ils, elles pas à le dire. Leurs capacités à crier, à sortir leur voix. A dissocier le mensonge de la réalité. Les faits et les opinions affirmées comme des faits. Et ils et elles écoutent cela.

Ils et elles, ce sont des jeunes rejeté·es de l'Éducation nationale, réfugié·es sans beaucoup d'études en France. Ils et elles ont vu l'école comme un cauchemar. Ils et elles ont vécu ou vivent des atrocités au quotidien. Ils et elles vivent parfois dans des foyers, parfois le cauchemar à la maison. Ils et elles ont parfois vécu dans la rue. Ont payé des passeurs. Ont connu le viol, la prostitution.

Et là, ils et elles s'intéressent. "il n'y a pas de notes" disent certains ou certaines. "On ne se sent pas comparé·es". "On parle de ce qu'on vit". "On a envie du coup". "On se sent écouté·es". "Madame, avec vous c'est pas pareil". "C'est pas comme à l'école, il n'y a pas la pression".

Parce que j'ai le temps, parce que je n'ai pas 30 à 40 élèves par classe mais une quinzaine. Parce que je choisis ce que je veux, en fonction de leurs remarques, de leurs attitudes, de leurs comportements, de leurs réponses, de leurs désirs.

La pression, elle est pour moi. Parce que je suis salariée, tenue à des résultats.Dans des conditions de travail lamentables. Sous-payée.

Je ne pointe en aucune façon le travail des profs qui font tout pour intéresser leurs élèves avec un programme inadapté, des évaluations sans cesse et des conditions déplorables. Non, je pointe du doigt l'Éducation nationale qui ne joue pas son rôle : éduquer, transmettre un savoir, éveiller l'être.

Ces stagiaires seront agent·es d'entretien, d'accueil, aide-patissier/boulanger, manutentionnaires, employé·es de libre-service, auxiliaires de vie. Je désire avant toute chose qu'ils et elles développe leur esprit critique, leur intelligence, je fais tout pour qu'ils et elles aient confiance en leur bon sens, en leurs réactions.

Ils ou elles n'aiment pas lire ? Qu'importe ! On parle. On s’essaie sur de petits textes, on réfléchit sur des mots, des réactions, l'actualité.

Je me suis demandé ce qui m'intéressait à enseigner. La réponse est simple. Rien.  Sauf d'aider les personnes à acquérir une aisance orale, une valorisation de soi, une appétence  à se sentir bien. Et ce qui se nomme l'esprit critique. Le seul véritable intérêt que j'ai dans ce travail, c'est lorsqu'il développe ce dernier. "Je n'avais pas pensé comme cela, Madame !". Et bien, continue de réfléchir.  "Mais Madame, la phrase c'est comme une affirmation, comme si c'était vrai". Oui, réfléchis, ne crois pas tout ce qu'on te dit... Une affirmation n'est pas une vérité. "Ah Madame, alors on nous en raconte des mensonges."

Je suppose que beaucoup d'enseignant·es, de formateurs et formatrices, de personnes qui s'occupent de jeunes cherchent à développer cet esprit critique. Cet esprit critique bafoué de tout temps, de plus en plus rare sur ces réseaux sociaux où la réflexion n'est pas de mise devant une pulsion émotionnelle triomphante. Car qui dit esprit critique dit recul, réflexion, analyse, déstructuration, reconstruction. Dit prendre son temps. En clair, désengagement d'une emprise intellectuelle que la société nous inflige dès la naissance.

Ces jeunes exerceront des métiers où ils et elles seront exploité·es, méprisé·es, pris·es pour des imbéciles, invisibles aux yeux des autres. Alors, j'espère qu'ils et elles auront acquis un peu de discernement, un peu de cet esprit critique si cher à mon âme.

Je ne resterai pas dans ce travail. J'aurais tenté quelque chose. Qui marchera, ou pas. Dans cette société de plus en plus galvanisée par les réactions émotionnelles, le manque de discernement dû à la précipitation d'une réponse, d'un buzz que l'on veut faire, dans cette société ou la compassion n'est pas de mise, ou le manque d'humanité plane tel un vautour sur le moindre mot, le moindre acte, le moindre signe.

Dans cette société où nous devons survivre, supporter un quotidien sans pitié, nous battre continuellement.

Hélène Elouard

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel