Qu'est-ce que cette union sacrée ?

 

Je n'irai pas à la marche officielle de demain. J'ai bien sûr été touchée par l'assassinat de la rédaction de Charlie-Hebdo. Certains étaient pour moi le symbole de l'irrévérence des années qui ont suivi mai 68 où la liberté d'expression n'avait pas besoin d'être défendue. Cette époque est révolue. Et puis l'écologie de l'époque, l'amour de la vie. C'est aussi par fidèlité à cette jeunesse que je n'irai pas à la récupération de demain.

Je suis solidaire des journalistes qui ont veillé leurs morts à Mediapart le soir-même, je suis solidaire de tous ces gens qui ont twitté, smsé "je suis Charlie" même si le slogan avec le verbe être ou le verbe suivre ne me convient pas. Je partage leur peine et suis pour la liberté d'expression et pour la liberté de la presse. Je suis contente que tant de gens soient descendus dans la rue.

J'ai vécu en mars 2002 l'assassinat de mon collègue Olivier Mazzotti, conseiller municipal de Nanterre et à la cérémonie officielle, il y avait Chirac et Jospin, côte à côte, président et premier ministre et tous 2 candidats. 2 mois après il nous fallait voter Chirac. L'assassin n'a pas été qualifié de terroriste à l'époque mais de dérangé. C'est là que j'ai découvert le concept d'anomie et le rôle des media pour ces gens qui veulent être reconnus à tout prix. Il n'a pas été jugé s'étant suicidé dans les locaux de police.

Six mois avant, il y avait eu le 11 septembre et ma peine pour les Américains et les New Yorkais. J'ai étudié leurs témoignages avec mes élèves et ai accepté à l'époque la guerre en Afghanistan comme des représailles nécessaires, mais j'ai fait toutes les manifs contre la guerre en Irak qui a eu lieu malgré l'opposition de l'ONU, malgré la protestation mondiale et qui nous mène à aujourd'hui. Je remercie encore Villepin d'avoir respecté la vérité contrairement à Aznar et Tony Blair qui ont sciemment menti et pris le risque des attentats qu'ils ont subis.

La liberté d'expression, la démocratie sont encensées quand elles ne servent à rien. Là c'est 2005 où les Français ont voté non à cette Europe que nous subissons aujourd'hui et qu'on nous a imposée. On a eu le droit de voter non, l'Irlande et les Pays-Bas aussi mais on n'en a pas tenu compte. Aujourd'hui vous avez le droit de pleurer vos morts  mais derrière les dirigeants européens, l'OTAN, le gouvernement qui fait les invitations, peut-être même Netanyahou.

En 2002,j'ai adhéré à l'AFPS et ai beaucoup appris depuis sur la Palestine occupée mais aussi sur la politique en général. Les Palestiniens m'ont montré qu'on pouvaipouvait être chrétien et arabe,athée et arabe, musulman et arabe mais être avant tout vus comme terroristes par un pouvoir colonial. Israël m'a montré que mélanger religion et politique conduit à des massacres indéfiniment justifiés par une peur identitaire et je croyais que la laïcité et l'école républicaine nous préservaient en France de ces dérives. Ces dernières années, j'ai vu comme il devenait difficile d'être français et musulman ou français et arabe et même français et propalestinien. Face à ces massacres de janvier 2015, commis par des Français sur d'autres Français, je vois bien que la dimension religieuse nous occulte les vrais problèmes.

Notre problème n'est pas la diversité des cultures du peuple français, c'est l'acculturation commune, renforcée par les media de masse et la volonté d'importer le modèle américain de "communautés". Non il n'y a pas de communauté musulmane en France pour l'instant. Or cette communauté qui n'existe pas est sommée de se prononcer chaque fois qu'il se passe quelquechose d' horrible dans le monde arabe, jamais pour ce qu'ils pensent de la révolution tunisienne ou de la coupe du monde au Quatar. Nous reconnaissons à tous le droit à des identités plurielles sauf à eux. Oui Dutroux est belge mais tous les Belges n'ont pas à se justifier de ne pas être pédophiles. Cela va de soi. Il va de soi pour moi,athée, que ces brutes d'assassins n'ont rien à voir avec les musulmans que je connais ou cotoye ou aime.

Cet unanimisme de façade profite à Hollande et consorts pour se maintenir au pouvoir, à Sarkhozy qui rêve d'être l'homme providentiel qui surfe sur le chaos, à Marine Le Pen qui va pouvoir jouer de son exclusion et à l'oligarchie européenne qui vient se prendre un bain de foule pour mieux empêcher les Grecs de changer la donne.

Je ne mange plus de ce pain-là  !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.