Hélène Yvonne Meynaud
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 avr. 2018

sondage viral sur les grèves cheminotes ou pipeautage

Le sondage viral est un mode de recueil non scientifique et non représentatif de l’opinion publique qui, pour être mesurée de manière correcte et honnête, exige d’interroger un échantillon représentatif dans des conditions précisées par la loi. Deux exemples de sondages qui tournent sur le net sont décrits ici.

Hélène Yvonne Meynaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Questions sur la toile concernant le mouvement des cheminots ou multiples pipeautages ???

Par Hélène Y. Meynaud[1]

Depuis les derniers jours de mars, plusieurs questionnaires circulent sur internet se présentant comme des sondages.

Dans le premier, la question est : « Soutenez-vous le mouvement de grève des cheminots » OUI/ NON? Il est diffusé, sans que l’on sache à partir de quelle liste. C’est à l’initiative d’un institut de sondage prénommé &selon vous[2] . On n’en connaît pas le commanditaire, l’institut le finance-t-il lui-même ?

Ce qui de prime abord attire l’attention, est la tentative de sérieux de la présentation. En haut à gauche de l’image, un bouton tricolore et la mention « enquête publique en ligne ». Est-ce donc l’Etat qui interroge les citoyens, c’est suggéré et cela rendrait l’opération sérieuse ? Néanmoins, ce n’est pas un referendum puisque cela nécessiterait d’avoir la totalité des adultes de la France qui répondent. Avant le bloc qui permet de répondre à la question on mentionne « nous vous offrons la possibilité de recevoir 500 euros de billets de train valables en France Métropolitaine ». Est-ce la SNCF qui interroge ?

En petit caractères sous la question, il est mentionné que c’est un « jeu gratuit et sans obligation d’achat » puis que c’est une enquête thématique soumise à tirage au sort (pour les 500 euros) et que les informations recueillies seront traitées selon la loi informatique et liberté.

En fait, ce sondage est proche des « votes de paille » en vogue au XIX ième siècle, lorsque les journaux Etats-Uniens consultaient leurs lecteurs et lectrices sur des élections à venir par le biais d’encart à découper que les répondants renvoyaient au journal. Les prédictions étaient calamiteuses mais c’était, comme l’a précisé Jean Stoetzel[3],  « une manière de faire vendre un journal et de promouvoir les idées politiques de ses propriétaires ». Technique qui est encore largement utilisée pour les mêmes raisons et qui est toujours aussi inefficace pour prédire un événement ou mesurer une opinion publique. C’est ce qu’avait compris en 1896 le journal de Chicago The Record qui avait organisé un scrutin anticipatif, à partir d’un échantillon choisi au hasard, d’un électeur sur huit. Le journal avait prédit le résultat avec une précision de 0,4%.

Le sondage viral est un mode de recueil non scientifique et non représentatif de l’opinion publique qui, pour être mesurée de manière correcte et honnête, exige d’interroger un échantillon représentatif dans des conditions précisées par la loi.

Le deuxième questionnaire est disposé sur le site du Point.fr[4] et pose la question suivante : « La grève des cheminots de la SNCF vous semble-t-elle justifiée ou non » OUI/NON. Le même raisonnement s’applique ici, le résultat n’est représentatif que de ceux qui ont répondu, il est probable que cela soit massivement le lectorat du Point.

Quel sera donc l’usage de ces soi-disant sondages?? Chacun pourra envoyer le questionnement dans ses réseaux et tirer les résultats à hue et à dia. C’est clairement un outil politique préparé comme munition pour le début des grèves alternées des cheminots, mouvement qui s’insère dans un moment de montée des grèves de tous côtés. La construction d’une opinion négative à l’égard des grèves dans le ferroviaire est en marche[5].

A quand des questions sur l’avis des citoyens concernant la nécessité d’un service de qualité et de proximité ? Sur la baisse massive des tarifs des chemins de fer ? Sur les choix écologiques qui consistent à remplacer des lignes de chemins de fer par des norias de camions et d’autobus ?

[1] Hélène Y. Meynaud, sociologue, est auteure, avec Denis Duclos, de Les Sondages d’Opinion, Éditions La Découverte, coll. Repères, quatrième édition 2007.

[2] Sur selonvous.com, il est précisé que « rejoignez nos panels de consommateurs et découvrez en exclusivité nos enquêtes rémunérées », « Donnez votre opinion, gagnez des points, recevez des cadeaux ».

[3] Jean Stoetzel. « Les sondages d’Opinion » Editions du Scarabée, 1948.

[4] http://www.lepoint.fr/sondages-oui-non/la-greve-des-cheminots-de-la-sncf-vous-semble-t-elle-justifiee-30-03-2018-2206732_1923.php#xtor=CS2-238

[5] On peut lire à ce sujet la tribune https://humanite.fr/pourquoi-la-lutte-des-cheminots-est-elle-dinteret-general-652584

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse