Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2021

Le programme, oui, mais...

Un bon programme suffit-il à emporter l'adhésion des électrices et des électeurs ?

Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                        "La politique est l'art de concilier le désirable avec le possible." Aristide Briand.

     A l'heure qu'il est, on peut penser, et déplorer, que la "gauche", n'a aucune chance de bien figurer à l'élection présidentielle prochaine. Cela n'interdit pas de réfléchir à la façon dont certains de ses candidats mènent campagne.

     Passons sur les déclarations des caudataires inspirés comme Adrien Quatennens qui proclame dans Libération le 26 novembre "Le nom de Mélenchon résonne comme un programme", ou encore Manuel Bompart, qui, plus prosaïquement, affirme 3 jours plus tard sur twitter, "le mieux dans une élection c'est d'avoir un programme", assorti d'un sous-entendu sonore : les autres (à gauche, évidemment) n'en ont pas, y ont-ils jamais songé, les bêtassots ?

     Justement, le programme, "L'avenir en commun" : il est prêt, il est replet, il est complet. C'est la source, la clé, le chemin tracé vers la victoire. Fastoche, puisque, selon une enquête de l'institut Harris Interactive parue le 26 août dernier, 60 à 80% des mesures (certaines, pas toutes) d'icelui programme (qui ne dit pas son nom dans le sondage, précisons-le), sont soutenues par les Françaises et les Français, un quasi plébiscite, quoi. "Il y a une majorité pour nos idées" pétarade aussitôt le candidat résonnant.

     Bon, mais on reste, à l'heure qu'il est, autour de 10% d'intentions de vote. Alors ? Pour nombre d'électrices et d'électeurs, il semblerait que le désirable ne soit pas encore raccord avec le possible. Car le Grand Insoumis a beau affirmer qu'il est fin prêt à gouverner (mais, au fait, avec qui ?), la dynamique de campagne a du mal à prendre. Est-ce parce que, dans le système présidentiel actuel, on ne vote pas essentiellement pour un programme aussi bien ficelé fût il, mais, avant tout, pour un candidat, ce qu'on peut regretter, telle est grande la personnalisation outrancière de la vie politique sous la Vème République ? Alors, si tant est que l'élection présidentielle, clé de voûte des institutions, dit-on, soit la rencontre "d'un homme et d'un peuple" (un jour d'une femme, sans doute…), credo issu de la mythologie gaullienne depuis 1962, pour l'instant, le rendez-vous est encore incertain.

     Près de 700 fiches, certes précises, détaillées, travaillées et, pour nombre d'entre elles, en phase avec les attentes d'un grand nombre d'électrices et d'électeurs, n'ont pas réussi encore à susciter une adhésion franche et massive, encore moins un élan ébouriffant. Soyons patients, nous n'en sommes qu'aux préliminaires de la campagne, mais, le détail n'ouvre pas le portail et on n'enflamme pas le désir avec un catalogue.

     Et puis, on connaît depuis des lustres, le soupirant de la République. Réputé clivant, peu rassembleur, trop éruptif au goût de certains, l'impétrant, contrairement à la belle campagne de 2012 menée au nom du ci-devant Front de Gauche qui avait levé tant d'espérance, peine à séduire au-delà d'un territoire déjà ameubli. Il est souvent convainquant mais rarement persuasif.

     "La politique est ce qui est faisable", pensait Max Weber, aussi on s'interroge sur les voies et moyens qui, le moment venu, permettraient la mise en œuvre effective des mesures radicales annoncées et validées par le suffrage, face aux résistances, aux obstacles divers qui s'y opposeraient inévitablement et vigoureusement. Sur quels leviers faire face à un Medef vent debout, aux carcans de l'Union européenne, aux institutions cadenassées, comment surmonter les rejets et les peurs, sur quelles représentations, quelles mobilisations, sur quelle ardeur populaire et démocratique bâtir un rapport de force conquérant ?

     Faute de quoi, une fois de plus, la déception, la désillusion, mères de l'abstention, ravaleraient la politique à une machine à désespoir pour celles et ceux qui, pourtant, y auraient cru. Sans conscience de ces réalités, il n'y a pas de politique qui vaille. Alors, oui, le programme, mais il n'y a pas de politique qui vaille sans vision, sans "une certaine idée" d'un destin désiré et partagé et, pourquoi pas, sans lyrisme.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre