Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

108 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2021

La laïcité, une question encore vive…(2)

Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

          Croire, c'est ce qu'il y a de plus facile. Et penser, c'est ce qu'il y a de plus difficile au monde." Ferdinand Buisson.

          "Le chemin se fait en marchant." Antonio Machado.

      A partir de la IVème République, en 1946, puis de la Vème en 1958, le principe de laïcité, a pris une valeur constitutionnelle. En effet l'article 1er du titre 1 de la Constitution du 27 octobre 1946 ayant trait aux institutions de la République française énonce : "La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale." Ces termes sont exactement repris à l'article premier de la Constitution du 4 octobre 1958 suivis de "Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances." Le Conseil Constitutionnel l'a confirmé le 21 février 2013 en déclarant : "Le principe de laïcité est garanti par la Constitution".

     Cela n'a pas évité quelques entorses : la loi laïque n'a pas concerné les colonies où existait depuis 1881 un Code de l'Indigénat, discriminatoire ; elle ne s’applique toujours pas dans les trois départements de l'Alsace Moselle qui sont restés sous le régime concordataire de 1801, après leur retour à la France en 1918, ni dans certaines collectivités d'outre-mer. On a connu des empoignades historiques, notamment en matière scolaire, des brèches ont été ouvertes dans l'édifice laïque : en 1959, la loi Debré institutionnalise le financement public des écoles privées sous contrat. N'oublions pas qu’en 1984, le projet d'un grand service public unifié et laïque d’enseignement, porté par Alain Savary, est abandonné sous la pression des catholiques défenseurs de l'école qu'ils qualifient de "libre".

     Des interprétations divergentes de la lettre et de l'esprit du texte de 1905, la méconnaissance de son histoire, des adjectivations douteuses, ont semé la confusion et nourri les polémiques.

     Non, la laïcité n'est ni antireligieuse, ni agnostique, ni athée, ce n'est pas une sorte de religion civile mais un principe qui permet, à priori, la vie commune d'individus où de groupes quelles que soient leurs origines, leurs coutumes, leurs sensibilités ou croyances, sans présupposés d'aucune sorte.

     Elle ne se réduit pas à la tolérance, nécessaire dans la société civile, elle n'est pas une doctrine ou une idéologie parmi tant d'autres, mais le fondement juridique qui autorise leur expression, la puissance publique, l’Etat, s’abstenant de prendre parti afin d'assurer une coexistence pacifiée et juste dans le cadre de l'ordre public républicain.

      Elle ne peut être ni "ouverte, agressive, apaisée, exigeante, tolérante, combattante, saine, chatouilleuse..." ni même "exagérée" comme le déclarait le pape François*, elle est substantive par essence.

      Il y a régulièrement des velléités malsaines de "toilettage" de la loi, un véritable détournement du passé, où ce qui importe n'est pas le texte proprement dit, ni l'histoire exacte de son élaboration, mais l'interprétation que l'on s'en fait de manière partisane et qui ouvre la voie à l'incompréhension, pire à l'instrumentalisation, voire à la falsification assumée à des fins bassement politiciennes.

     Il n'est, bien entendu, pas question de sacraliser un texte, ce qui serait un comble, mais de tenter d'y voir clair, de comprendre sa genèse, les débats et les combats d'hier, les choix théoriques et pragmatiques qui ont été faits alors, de s'interroger, aujourd'hui, sur sa pertinence face aux nouveaux défis et aux enjeux de notre temps, de penser le rôle déterminant de l'école publique, car le concept de laïcité, n'est pas inné : c'est  une construction individuelle par ce que l'historien Claude Nicolet  appelait  "un exercice spirituel", une "laïcité intérieure" ou "intériorisée", acquise par la connaissance et l'exercice de la raison.  

*"La petite critique que j’adresserais à la France à cet égard est d’exagérer la laïcité." Pape François, La Croix, 16 mai 2016.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana