Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

108 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2021

La laïcité, une question toujours vive…(3)

Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Si je diffère de toi, loin de te léser, je t'augmente" Antoine de Saint-Exupéry.

 "Parce que la France, ce sont des France différentes qui ont été cousues ensemble." Fernand Braudel.

     Depuis une trentaine d'années, le principe de laïcité est contesté et attaqué comme jamais au point que la forme d'organisation politique qu'il a permis d'instituer risque d'en être fortement et dangereusement ébranlée.

     Car, de nos jours, où les conditions de vie sont bouleversées par un processus de globalisation provoquant des migrations, désirées ou contraintes, notre société est de plus en plus marquée par le pluralisme des origines, des croyances et des coutumes des populations concernées. Somme toute, ce n'est pas si nouveau, mais les difficultés d'intégration qu'elles rencontrent souvent, liées à un phénomène de ghettoïsation urbaine, génèrent des sentiments d'exclusion et sont une source inépuisable de frustrations dangereuses et de réflexes de peur.

            Il y a là un terrain propice aux nécroses bien connues, au racisme, à la xénophobie, aux replis identitaires opposés aux dérives communautaristes. Le recours au religieux peut fonctionner, certes, comme "supplément d’âme d’un monde sans âme", selon la formule de Karl Marx, mais aussi, et c'est plus préoccupant, comme prétention à répondre à des besoins sociaux et, pire, à exercer un contrôle sur le domaine public, bien trop souvent délaissé par l'Etat et ses services.

     En 1989, trois jeunes filles portant le foulard dit "islamique" sont exclues d'un collège public de banlieue. Aussitôt, la polémique éclate et va durer plusieurs années. En 2003, les travaux d'une commission, présidée par Bernard Stasi, chargée de réfléchir sur le principe de laïcité dans la République, aboutiront à la loi du 15 mars 2004 : "Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit." Même si la loi concerne toutes les religions, c'est le signe ou la tenue "islamique" qui est essentiellement visé.

     Et désormais, la question laïque va se focaliser sur l'islam, ses déclinaisons sémantiques et politiques, jusqu'à aujourd'hui, où, dans un contexte géopolitique dangereusement violent et confus, le "terrorisme" devient la cause, et parfois le prétexte, de toutes les exacerbations politiciennes nationales, portées par une droite extrême et décomplexée, qui semble n'avoir pas digéré la décolonisation et la présence d'une population "issue de…" pourtant majoritairement citoyenne. La stigmatisation, la discrimination, le rejet de ceux d'où nous viendrait tout le mal en sont les figures les plus enténébrées.

     Des réponses opposées et fallacieuses, autant de dérives et d'atteintes au principe de laïcité, se proposent de porter remède à ces fractures mortifères : par des accommodements consistant à ouvrir le domaine public à des revendications communautaristes, religieuses ou autres, ou à interdire à ceux qui critiquent les religions de s'exprimer, y compris dans des œuvres artistiques ou satiriques, alors que "Le droit à la différence ne saurait être confondu avec la différence des droits." (Henri Pena-Ruiz) ; par une "nouvelle laïcité", que Jean Baubérot qualifie de "laïcité falsifiée", prenant parfois la forme d' un véritable "intégrisme laïque" qui n'accepte la liberté d'opinion et son expression qu'à titre privé et veut étendre à l'ensemble de la société civile le principe d'obligation de réserve et d'abstention religieuse du domaine public.

     Et pendant qu'on s'étripe, on ignore d'autres séparatismes tout aussi réels et dangereux. Ainsi la sécession des riches dont parle Jérôme Fourquet : "...la cohésion de la société française est également mise à mal par un autre processus, moins visible à l'œil nu, mais néanmoins lourd de conséquences. Il s'agit d'un mouvement de séparatisme social, qui engage une partie de la frange supérieure de la société...De manière plus ou moins consciente et plus ou moins volontaire, les membres de la classe supérieure se sont progressivement coupés du reste de la population et se sont ménagé un entre-soi bien confortable pour eux."*

     Et encore, la situation des femmes. On le sait, la misogynie paraît faire partie des "valeurs" les mieux partagées des ultra-orthodoxes de tous poils, en référence aux textes sacrés, la Bible ou le Coran.

     Sous la Révolution, les femmes furent même classées dans les "citoyens passifs" comme les enfants, les étrangers et, malgré l'appel de Condorcet, elles furent ainsi officiellement exclues du droit de vote. Il faudra attendre 1944, pour que ce droit leur soit enfin accordé (soit dit en passant 10 ans après la Turquie). Et la parité politique, l'accès aux hautes fonctions, les salaires, la protection contre les violences sexuelles…c'est loin d'être gagné.

     Autant de menaces de rupture du pacte républicain que ces "Epreuves de la vie"**, ces "pathologies de la relation individuelle", ces "pathologies de l'égalité", ces "situations de précarité et de pauvreté" qui blessent le présent et plombent l'avenir.

      Or "La République doit être laïque et sociale. Elle restera laïque si elle sait rester sociale." (Jean Jaurès, toujours en 1904).

      La société française est plurielle, la République indivisible. C'est ce paradoxe lumineux qui permet de surseoir à la violence. Une richesse et une garantie : vivre un monde commun tout en gardant ses différences, tel était l'enjeu historique, telle est la devise de la République, telle est la voie…

*Jérôme Fourquet. "L'archipel français". 2019

**Titre de l'ouvrage de Pierre Rosanvallon, 2021, qui écrit même dans "La société des égaux" (2011) que "L’idée d’égalité est devenue une divinité lointaine dont le culte routinier n’alimente plus aucune foi vivante." C'est dire !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana