Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

118 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2022

Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

La ligne rouge

Sur la proposition de loi avortée de réintégrer les soignants non vaccinés.

Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

       "Les frontières de la sagesse sont inexplorées." Tristan Tzara.

     Voici ce qu’écrit l'essayiste Mathieu Slama sur twitter le 7 décembre 2022 : "Bravo à LFI pour avoir retiré le texte de loi sur les soignants repris cyniquement par le RN. Aucune compromission possible avec l’extrême droite, c’est une ligne rouge infranchissable."

      A quel rétablissement ce retrait, à quel mérite cette adresse ?

      Voilà, la France Insoumise, après s'être félicitée de pouvoir saisir l'opportunité de faire voter une mesure qu'elle défend mordicus depuis le 11 octobre 2022 et qu'elle ne put finaliser le 24 novembre lors de sa "niche parlementaire", les vuvuzelas macroniens étant parvenus à empêcher la tenue d'un vote sur le texte en discussion, et, bien qu'ayant lancé un superbe et moutardier "On ne vous lâchera pas" en direction du banc des ministres, Caroline Fiat a finalement retiré sa proposition de loi sur la réintégration des soignants non vaccinés, alors que l’élue insoumise avait accepté de porter cette initiative lors de la journée parlementaire du Rassemblement national du 12 janvier prochain, expliquant opportunément que si les députés du RN "souhaitent nous laisser la moitié de leur niche, libre à eux", ajoutant pertinemment, "Ils me donnent leur temps législatif, je n'allais pas dire non".

     Et bien, si, en fin de compte, elle a dit non. Le bouzin vertueux bien-pensant a hissé les drapeaux, est monté au créneau pour dénoncer, horresco referens, ce qui a été interprété, aussi sec, comme, disons pour résumer, la collusion des extrêmes. Impensable ! Ainsi l'ineffable Carole Delga qui gazouille fraternellement : "A mes amis camarades de gauche, je demande de rester fidèles aux valeurs du Front populaire. Ne rien céder à l'extrême droite et refuser de participer à cette manœuvre d'abaissement de la République."

     Mais comment peut-on décemment parler de compromission, de cynisme ou de manœuvres qui abaisseraient la République, alors que, d'une part, la candidate Marine Le Pen, lors d'un meeting à Avignon, s'était clairement déclarée favorable au retour des personnels médicaux non vaccinés et au versement des salaires qu'ils n'ont pas touchés, et, d'autre part, affirmer, sans vergogne, qu'icelle et ses 13 millions de suffrages recueillis au second tour de l'élection présidentielle (malgré le "barrage" lézardé et fuyant dressé devant elle) et un mouvement  représenté par 89 députés à l'Assemblée nationale se situeraient "hors du champ républicain" comme l'affirme la toujours pétaradante Sandrine Rousseau ?

     Dans cette histoire de cornecul, que le RN ait saisi l'opportunité de placer LFI et la NUPES devant leurs contradictions en taxant LFI d'attitude sectaire et bassement politicienne, et en même temps de réussir à se présenter vertueusement comme le seul à se soucier du sort des non-vaccinés, sans doute, c'est de bonne guerre. Mais il est déplorable qu'ainsi on ne vote plus en fonction de ce qui est sensé être utile pour une catégorie de citoyens mais en fonction de qui dit quoi, de qui propose la loi. Avec de telles postures contre productives la macronie peut dormir tranquille et poursuivre ses malfaisantes réformes, pas de risque de censure, à quoi bon déposer des motions.

     Cet embrouillement intellectuel, cette incohérence confuse, cette incapacité à distinguer le contenu du contenant, conduit, pour le coup, au franchissement de la ligne rouge de l'impuissance politique et décrédibilise l'action publique aux yeux des électrices et des électeurs. Car, s'opposer frontalement, en sacrifiant le fond pour la forme, témoigne d'une grande vacuité mentale, en l'occurrence exploitée par le RN, qui, non seulement n'est nullement affaibli, bien au contraire, mais a beau jeu de hurler au sectarisme dont les seules victimes sont celles que l'on prétend défendre. C'est dans ce vide de la pensée que s'inscrit le mal*.

     Se prononcer sur le bien-fondé de la réintégration des soignants non vaccinés, se déclarer pour ou contre cette proposition de loi, d'où qu'elle vienne, relève du débat, si possible éclairé par des attendus raisonnables, à la fois scientifiques et humains. Il n'aura pas lieu.

     Ainsi, ce triste épisode sera révélateur d'une gauche, incapable de mener une bataille culturelle cohérente et efficace face au RN, pied à pied, sur des principes clairs, des démonstrations pertinentes, des disputes argumentées et des actes convergents. S'en tenir à la dénonciation, à la stigmatisation, à tous les "halte au fascisme", ne mène à rien.

     Ou alors, si le RN est hors de la République, demander son interdiction. Qui le propose ?

     Non, revenir, enfin, aux fondamentaux : "La morale en politique interdit que stratégie et convictions divergent, fut-ce pour des motifs d’opportunité transitoire. C’est ce que j’appelle la vérité." **

____________________________________________________

 *"C'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal." Anna Arendt.

**Pierre Mendès-France.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte