Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

114 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2022

Le tollé

A propos des "violences" lors des obsèques de Shiren Abu Akleh, journaliste assassinée...

Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

     "L'histoire a pour égout des temps comme les nôtres…" Victor Hugo, Les Châtiments, 1853.

     Selon l'AFP (13 mai 2022), "Des violences ont éclaté dans l'enceinte de l'hôpital Saint-Joseph de Jérusalem à la sortie du cercueil de la journaliste Shireen Abu Akleh quand la police a dispersé une foule brandissant des drapeaux palestiniens…" Relayée par l'ensemble de la presse moutonnière, cette dépêche, dont le choix des mots s'emploie, sans doute charitablement, à amortir le choc des vidéos qui ont fait le tour du monde et auraient pu traumatiser les âmes attentives à la défense des droits humains, quel que soit le territoire où ils seraient violés, en dit long sur l'état de sidération, d'asservissement, voire de complicité qui flotte sur les esprits et trempe les plumes dès qu'il s'agit d'Israël.

     Ainsi des "violences" ont "éclaté" lit-on…Vous me direz, on a l'habitude de ces pudeurs lexicales car, depuis des lustres, on assiste, là-bas, de Cisjordanie à Gaza en traversant Jérusalem, à des "heurts", des "affrontements" (et, pourquoi pas, des chamailleries ?) dont on connaît l'horrible statistique des victimes, certes, mais sans visages et sans noms et dont les auteurs échappent toujours aux radars médiatiques. Ce "des", cette indéfinition de papier qui consiste à catégoriser sans nommer, cette neutralisation glaçante des faits, cette dépolitisation de l'évènement a le mérite, si l'on peut dire, d'occulter les responsabilités des coupables que les "alliés et amis indéfectibles" de l'Etat du peuple juif s'efforcent d'inlassablement protéger ou absoudre. Et, comble de l'indécence, on apprend que le cercueil, peuchère, aurait même "failli tomber" et, dépêcher, une seconde fois, la journaliste assassinée. Que la police israélienne, qui "a dispersé", tabasse sauvagement à coup de matraque et empêche la "foule" palestinienne d'accompagner sereinement la victime, cela ne sera pas dit, sinon relaté d'un anodin passé composé, circonstance atténuante, car ladite "dispersion" est décrite comme temporelle des "violences", pas causale !

     Mais, dites donc, cette scène "émaillée de violences" tout aussi antalgiques, aurait, selon d'autres sources, suscité un "tollé international" et de nombreuses condamnations, notamment celle d'Antonio Gutterez dénonçant "le comportement irrespectueux de la police israélienne". Les Etats-Unis se sont déclarés "profondément troublés par les images"…euh, bon…et alors ? Là encore, quel vocabulaire délicat, "émaillée…irrespectueux…troublés...images" ! Tout de même, le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné à l'unanimité le "meurtre" de la journaliste (pourquoi récuser "assassinat" s'il vous plaît ?) et réclamé "une enquête transparente et impartiale". Elle aura lieu…diligentée par…la police de l'Etat hébreu…qui a déclaré préventivement que les policiers avaient été "exposés à la violence des émeutiers, ce qui les a poussés à recourir à la force." Ce "les a poussés", le summum du cynisme, du mépris, de la perfidie…

     Bien entendu, les sectateurs officiels se sont empressés de justifier la ventilation policière, ainsi Meyer Habib, (étonnant, non ?) qui éructe sur twitter contre ces "hordes de palestiniens qui hurlent cet après-midi leur haine d’Israël autour des murailles de Jérusalem, capitale d’Israël" et qui a osé écrire, comble de l'abjection, que les Palestiniens sont "sans doute" responsables de la mort de Shireen Abu Akleh. En somme, la journaliste, pourtant vêtue d'un gilet pare-balles marqué "Presse", serait victime de ses fréquentations imprudentes lors d'une "opération" militaire israélienne en Cisjordanie occupée, partant, de la balle qui l'a frappée en pleine tête comme Rachel Corrie le fut, "sans doute", des chenilles du bulldozer israélien qui l'a déchiquetée à Rafah en mars 2003.

     Justifiés par les uns, niés par les autres, banalisés par le plus grand nombre, les crimes israéliens sont pourtant réels et documentés depuis des décennies de colonisation, d'occupation, d'exactions à l'encontre des Palestiniens, dénoncés par les amis conséquents de la justice et du respect du droit, mais dont aucune sanction de la part de la soi-disant "communauté internationale" ne tente de mettre fin au mépris des victimes et de leur mémoire. Depuis 1947, les résolutions de l'ONU restent lettres mortes faute de volonté politique en vue d'applications énergiques à l'encontre d'un état dont le dirigeant actuel a pu déclarer jadis : "J'ai tué beaucoup d'Arabes dans ma vie. Et il n'y a aucun problème avec ça".

     Parfois, à peine quelques hoquets d'indignation, rares.

     Et le "tollé" finira aux tartisses.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre