Portes ouvertes...

Petite chronique d'humeur locale.

          Les gazettes locales viennent de rendre compte, photos à l'appui, de la visite de Mme le Maire d'un "centre éducatif et professionnel pour tout âge", le 15 décembre dernier, bulbeusement baptisé "Le Campus - Au delà de l'école", lors d'une journée "Portes ouvertes". Plus qu'une visite, une véritable inauguration officielle par le premier magistrat de la ville, ciseaux et ruban de circonstance.

          Vartigué ! un "Campus" à Apt, cité vauclusienne de douze mille âmes, quelle chance, quel honneur, quelle protubérance ! Voici la capitale du Luberon promue centre universitaire ! Et puis "campus" c'est smarteux, c'est romain, ça fait américain. Quel chic, ce "nouveau concept éducatif", cet "Au delà de l'école" étrange et pénétrant ! Dans quel autre monde post solaire, à travers quel karma, vers quelle vérité de ce côté-ci des Pyrénées (dont Pascal disait pourtant qu'elle était erreur au-delà), vont cheminer nos futurs porteurs de faluches ?
          Il s'agit, selon la presse, d'un centre éducatif et professionnel pour tout âge dont l'hospitalité est le socle. Pèlerins, voyageurs et indigents y viendront, sans doute, pour apprendre à apprendre (c'est à la mode depuis près de cinquante ans) et pour apprendre à accueillir pour mieux vivre ensemble (le "vivre ensemble" genre turlututaine fatiguée).
          Il se définit comme un complément à l'école "traditionnelle"(sic) avec ateliers d'immersion linguistique et culturelle ouvert pour les tout petits de 2 et 3 ans jusqu'à 18 ans et plus, les adultes étant concernés pour les besoins d'un projet professionnel. L'objectif est de "permettre aux enfants d'atteindre l'excellence, grâce à une pédagogie alternative qui privilégie les langues et la culture mais aussi l'art, la nature et l'environnement", dixit sa directrice.
          Pour l'enseignement des langues, viendront des maîtres-nageurs allochtones, pleins de pureté linguistique et culturelle, anglais, russes, chinois, japonais, espagnols, arabes et allemands (et pas italiens ? bon...). Et, en partenariat avec l'école hôtelière de Lausanne, le lycée Alexandre Dumas de Cavaillon étant beaucoup plus éloigné...en terme de prestige, on pourra suivre une formation bi-qualifiante cuisine et management...en trois mois.
          Ainsi, à côté d'une école publique gratuite, laïque et souffreteuse, ici tout sera luxe, calme et volupté. Et les archéo aptésiens qui fatrassent à vouloir sauver de la destruction un vieux bâtiment historique*, pourront s'esbaudir en traversant la place Cély au pied d'une tour de Babel alternative généreusement dressée vers le ciel provençal.
          Urbi et orbi, notre Maire applaudit, c'est fun, c'est happy, c'est new age ! Et ça va ruisseler grave, créer de l'emploi (à terme, paraît-il), gonfler le Calavon, on a du lourd, du potentiel, pas du tout "gilets jaunes", plutôt genre "art, nature et création"...Comme le Loup de la fable, on se forge une félicité, on pleure de tendresse.

          Chemin faisant, d'autres hésitent, s'interrogent. On songe à la grenouille à l'hubris éclatant. Qui sont donc les promoteurs de ce projet si cérémonieusement accueillis ?
          Mazette, une certaine SARL, "Athal Education group - Université du Luberon", sis au domaine des Andéols à Saint-Saturnin-Les-Apt, créée le 18 juin 2018, attelée à "Athal Hospitality", basée à Zurich, dont l'homme d'affaires Basit Igtet et sa femme Sara Bronfmann sont les fondateurs et les investisseurs philanthropes qui "inscrivent l'art au coeur d'une expérience hôtelière réinterprétée" (sic). Hôtellerie "de luxe", vous l'avez compris.
          C'est dans ce monde magique et haut de gamme que nos (quelques) bienheureux enfants et adolescents aptésiens pourront désormais s'immerger, s'hospitaliser et bénéficier d'une pédagogie "alternative... inspirée de Rudolf Steiner."
          Eh...connaissez-vous Rudolf Steiner (1861-1925)? Un intellectuel, philosophe et occultiste autrichien, fondateur de l'anthroposophie (sic), une doctrine "spirituelle", un courant ésotérique et pseudo-scientifique, critiqué en raison des croyances et risques de dérive sectaire qu'il peut susciter, dit-on. Judicieuse "inspiration" donc !
          Mais, vous les parents, nulle crainte : l'établissement, pardon, le "campus", est agréé par le Ministère...des sports. (?)
          Mais que fait donc l'Education nationale ?
          Justement, justement, comme le déclare notre édile, l'Education nationale a décidé de fermer méchammant l'école des Romarins et la mairie a loué ses locaux, après les avoir "rafraîchis", au groupe privé Athal...pour qu'ils ne restent pas une "coquille creuse". Quel symbole !
          Ainsi, en même temps que l'inauguration d'une école privée, pardon, d'un "campus", à but lucratif en grand tralala, un coup de griffe sans vergogne au service public d'éducation.
          Mais, diantre, si l'on a fermé quatre classes dans les écoles primaires d'Apt à la rentrée 2018, c'est que leurs effectifs étaient en chute libre ! Une baisse démographique dans les écoles de la ville liée à la situation socio-économique dégradée de ses habitants. Ce n'est pas pour rien que le centre ancien est classé quartier prioritaire dans le contrat de ville avec un taux de pauvreté de 45%.
          Et qu'a-t-on fait pour la maîtrise des dérogations sortantes en partenariat avec les communes environnantes; pour le maintien de la subvention municipale attribuée au titre du réseau de réussite scolaire et qui permet un accompagnement éducatif et culturel par la Ville en partenariat avec l'Education nationale; pour le basculement de la subvention communale non obligatoire attribuée à l'école privée en faveur des écoles publiques (on ne peut pas à la fois prétendre défendre l'école publique et contribuer au développement de l'école privée concurrente); pour l'élaboration d'un véritable Projet éducatif territorial dynamique, en concertation avec tous les acteurs concernés et qui fasse de l'école publique la priorité de l'action municipale; pour une politique du logement attractive (rénovation de l'habitat ancien, construction de logements sociaux) susceptible d'attirer les jeunes parents ? Peu de choses.

          Alors, que l'on cesse de nous empétuner en se défaussant de ses responsabilités, de se prosterner devant le monde de la frime et du fric, alors que l'on est sensé représenter et promouvoir le service public, car, c'est en bafouant ostensiblement le principe de laïcité, fût-ce à l'occasion d'un évènement local affable et bon enfant, qu'on ouvre les portes à des errements politiques dévastateurs.

          "La laïcité est un idéal de liberté, d'égalité et d'universalité". (Henri Pena-Ruiz)

          Pas moins.

 

 

*Ils s'élèvent contre la destruction programmée d'un élément de l'ancienne gare d'Apt, dit de "la petite vitesse" dont le Maire a signé le permis de démolir en août dernier, contre l'avis de l'architecte des Bâtiments de France et qui fait partie de la mémoire patrimoniale de la ville.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.