Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

111 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 janv. 2022

Coups de langue

"Rien ne marche dans un système politique où les mots jurent avec les choses" écrivait Napoléon Bonaparte. On le vérifie chaque jour.

Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                                           "Le discours politique vole bas mais il n'atterrit jamais." André Frossard.

        Si la politique consiste à faire beaucoup de bruit pour rien, alors il suffit de feuilleter les journaux, de scruter  les plateaux, de parcourir les réseaux pour y croiser moultes occasions de vérifier cette sagace observation du regretté Ferdinand Lop. Ces bousins itératifs sont légions qui consistent à trivialiser, hyperboliser, médicaliser, métaphoriser...voire à militariser le champ lexical politicien. Le commentateur les chérit, partant, le discours s'appauvrit et le locuteur, ainsi que l'enseigne la fable, vit aux dépens de celui qui l'écoute.

        Morceaux choisis. A tout seigneur tout honneur, en tête de gondole il y eût, boulé des cimes de l'Etat, le fameux et malodorant "j'ai très envie d'emmerder les non vaccinés". Pour iceux, avant tout, l'emmerdant c'est la dose aurait chanté feu Thierry le Luron. Heureusement, une tentative de rétablissement à la barre eût lieu, aussi sec. Voyez-vous, se défendant de "commenter les commentaires" devant l'inévitable polémique soulevée par l'époux de la duègne, Brigitte Macron a tout de même justifié la glissade présidentielle en évoquant François Rabelais, oui, figurez-vous, qu'elle a fait étudier jadis et naguère et "qui avait aussi (sic) un langage fleuri (re-sic)". A ce propos, elle aurait été bien inspirée, avec un peu de lettres et d'esprit, de mettre sous les yeux de son ci-devant élève, le chapitre XIII de Gargantua où le héros, après de multiples et infructueuses tentatives, invente un ravissant torche-cul, "un oison bien duveteux", sous réserve, "qu'on lui tienne la tête entre les jambes", c'eût peut-être évité quelques vilaines salissures.

        En descendant de l'Olympe, on croise aussi quelques mortels bavassant à gogo. Ainsi, Françoise Degois, réfute l'idée d'une "embardée verbale", pour cette incontinence langagière jupitérienne et diagnostique gravement une "hystérisation du débat"; l'insoumis Manuel Bompart déclare que l'idée de construire six EPR de plus est une "hérésie", ignorant, peuchère, que l'hérésie est le miroir des dogmes qu'il prêche; les thuriféraires de Jean-Luc Mélenchon prophétisent un meeting de Nantes, vous savez, l'immersif et l'olfactif, "bouillant", que lois de la physique, selon lesquelles ce qui bout fait des bulles et puis s'évapore, promettent à un avenir gazeux, mais, quand même, ça va être "énorme" selon l'hyperbolique Adrien Quatennens.

            On continue. D'après Libération "Le PCF allume son député Sébastien Jumel après son soutien à Jean-Luc Mélenchon" mais, diantre, pourquoi ne pas choisir "critique, désapprouve, réprimande", non, trop lisse, trop lustré, trop subtil pour qualifier cette "prise de guerre"; le maire PS de Montpellier, Michaël Delafosse, quant à lui, "étrille" le candidat de la France insoumise, image animalière qui gratte rudement; untel "tacle" Macron au Parlement européen, l'autre veut "remuscler la gauche", le troisième "mettre fin au mythe de l'union", sachant que la fin du mythe aura ses limites à la veille des législatives de juin prochain; de son fief vauclusien, l'ineffable Julien Aubert, tambourine et claironne : "la droite est en ordre de bataille…pour lancer la campagne de Valérie Pécresse", pendant qu'à Paris, Anne Hidalgo dénonce "les prophètes de malheur ".

        Enfin, le grand classique politique, le "caillou dans la chaussure", traduisez les tourments, pour ne pas employer un mot plus grossier, que le coquillier ministre Jean-Michel Blanquer glisse sous les fragiles pieds du Président. Fermez le ban…provisoirement…

        "Rien ne marche dans un système politique où les mots jurent avec les choses", écrivait Napoléon Bonaparte. Cette trivialisation, ce sensationnalisme de pacotille, ces coups de langue râpeux, cet abêtissement insistant, détonnent face à la complexité des enjeux du temps présent et des défis à venir, outragent la nécessaire précision des analyses, la pertinence des commentaires, l'élévation des débats pour que ça marche, en effet, et ouvre une voie éclairée vers les urnes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l'extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l'éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public