Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 sept. 2021

Le grand combat

Jeudi 23 septembre 2021, BFMTV, "débat" entre Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon. Match nul ?

Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                                                                              "Une nation fatiguée de longs débats consent volontiers qu’on la dupe, pourvu qu’on la repose", Tocqueville     

     "Il l'emparouille et l'endosque contre terre…L'autre hésite s'espudrine, se défaisse…Le bras a cassé, le sang a coulé… " Henri Michaux (1) aurait-il assisté jeudi soir à l'évènement médiatique dont il aurait rendu un compte précis et inspiré, quasi biblique ? Car il a eu lieu, tant attendu, le débat du siècle. Du théâtre réussi, de l'audimat car, comme disait Alfred Hitchcock "Meilleur est le méchant, meilleur est le film." Souvenez-vous, les anciens, déjà en 1994, l'ineffable Bernard Tapie voulait dégonfler la baudruche Le Pen, genre "T'ar ta gueule à la récré", les gants de boxe étaient sur la table…On sait ce qu'il advint quelques années plus tard.

     "Petit bonhomme" contre "Grand timonier" chicotte et taperelle en mains, la baston est au rendez-vous, on se tatouille, on se patafiole sur les sujets qui tâchent. Grand remplacement contre créolisation, pendant une heure, de l'immigration, de l'insécurité, de l'islamisme au menu, thèmes de prédilection du vrai/faux candidat à la présidentielle. Prophète de malheur, croisé compulsif, icelui impose le tempo, déroule son credo d'une France en voie de déclin. L'autre pare les coups, amoindrit le mal, trace les limites, il "se reprise, s'emmargine…mais en vain", infuse dans un néologisme flou.

      "Nulli concedo" (2), on passe à l'économique, au social, au climatique réchauffement…vous allez voir ce que vous allez voir, là, faut du rangé, faut du concret, faut du chiffré, du direct, pas de l'affect…ha, ha, ha, on vous attend mes Seigneurs ! Mais sur la fracture sociale, le pouvoir d'achat, les "charges", les impôts, la transition énergétique et sa stupide discorde manichéenne à propos du nucléaire, que du frontal, que du brutal, du convenu, du déjà vu, bref un débat sans surprise. Et ce n'est pas dans un dernier instant, lorsque les lutteurs seront d'accord sur l'analyse de la désertion électorale, "Quoi que les électeurs votent, le résultat est le même" ou "Les politiques depuis trente ans se sont ressemblées comme des sœurs jumelles" que viendra la secousse salutaire.

     Alors, quelques peu tuméfiés mais ravis, les gladiateurs resteront debout, bras levés, n'auront convaincu personne sinon les tribunes populeuses et le clan de supporters qui applaudiront à tout va. Aperçu :

Côté Zemmour, "Il est évident que Zemmour a été le meilleur…Le verdict serait clair. JLM se contente de brailler. Quand on lui oppose une argumentation serrée, il réagit par une forme d'insulte (bonhomme) ou de mauvaise blague (Zemmouristan) !" - "Les idées sont sérieuses car elles engagent la vie de la nation. JL Mélenchon, dans votre camp on ne débat pas, on guillotine." (Brrr !)

Côté Mélenchon, "Bien sûr qu'il a déstabilisé Zemmour, qu'il a fait une démonstration républicaine, bien sûr que l'audience vertigineuse, c'est aussi la sienne." - "JL Mélenchon a mené une œuvre de salubrité publique. Il a fait exploser l'illusion Zemmour…" (Ouille !) - "L'œuvre de salubrité publique de Mélenchon, avoir démasqué Zemmour devant la France entière."

     Rebond : il l'a si bien démasqué qu'il l'a rendu encore plus visible ! car avoir initié ce débat a permis jeudi soir à E. Zemmour de déverser sa bile noire devant 4 millions de télévoyeurs et, mieux, casting improbable, en "débattant" à égalité avec lui, de le légitimer dans sa pseudo quête présidentielle. Certes le Grand Insoumis avait justifié sa participation, voire son exigence de confrontation : "les occasions de convaincre doivent être toutes saisies", mais qui peut affirmer que les arguments de l'un ou de l'autre d'ailleurs aient pu convaincre les gens d'en face, et surtout les indécis ? C'est bien connu, une mauvaise forme ruine le fond et on sort du spectacle tel qu'on y était entré.

     D'autant plus que la prestation de nos vaillants belluaires a paru bien éloignée des aspirations populaires et des épreuves subies par nombre de Françaises et de Français. Et si, une large majorité d'entre eux sont intéressés, dit-on, par l'élection présidentielle à venir, c'est face à des réalités vécues, des attentes de santé (a-t-on évoqué le covid, le pass sanitaire ?), de présence et de qualité de service public, de décence matérielle, d'égalité salariale, d'accès à l'emploi, au logement, d'éducation des enfants, de lutte contre la grande pauvreté, de  recul des discriminations notamment…qu'ils auraient aimé entendre, sans doute, des propositions réalistes et réalisables, des perspectives de jours heureux car la vraie vie "n'est pas dans les grandes théories ou les moyennes statistiques" (3).

     Et quid des ravages présents et, peut-être, à venir du macronisme triomphant, de la convergence encore improbable des forces progressistes qui pourraient sortir de l'impuissance politique et éviter le pire ?

     Les questions ne seront pas posées, ni les réponses au rendez-vous...

     "On cherche aussi nous autres le Grand Secret." (4)

(1) Henri Michaux. "Le grand combat." Qui je fus. 1927.

(2) "Je ne fais de concessions à personne", devise d'Erasme.

 (3) Pierre Rosanvallon, "Les épreuves de la vie. Comprendre autrement les français." 2021.

 (4)…toujours Henri Michaux

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade