Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 août 2016

Discours inentendu.

Un discours que le Président de la République n'a pas prononcé.

Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paris, 27 août 2016

Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens

          Par son ordonnance du 26 août 2016, le Conseil d’Etat vient de rappeler les principes fondamentaux de la République.

          La polémique, outrancière, dérisoire et inquiétante à la fois, provoquée par une trentaine d'arrêtés municipaux interdisant sur les plages le port d'une tenue de bain appelée "burkini" a été tranchée par la plus haute juridiction administrative.

           Il est dit que dans la République française, dans un état de droit, aucun dépositaire de l'autorité publique ne peut porter, par ses décisions,  "une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle".

           Je considère donc que le débat juridique est clos.

           Je demande aux maires concernés de se conformer à cette ordonnance et de retirer immédiatement les arrêtés litigieux. Faute de quoi, ce sont les Préfets, qui auront le pouvoir de les suspendre.

           Dans un souci de clarification politique, je mets fin aux fonctions du Premier Ministre, qui a soutenu publiquement une mesure contraire aux principes républicains et dont le caractère illégal est manifeste.

           Dans un état démocratique et laïque, il n'est pas acceptable, en effet, qu' un haut responsable de l'Etat, ait pu alimenter, par ses propos, un  contexte de confusion particulièrement malsain, dangereux pour la cohésion nationale et dévastateur pour l'image de la France à l'étranger.

           Toutefois, le respect des lois et des valeurs républicaines n'interdit pas le débat. Bien au contraire.

           Grâce au principe de laïcité sur lequel il se fonde, il peut et doit être l'expression, et la confrontation, mais pacifique et respectueuse, des diverses opinions politiques, des diverses options philosophiques ou religieuses, des choix de société... C'est cela la démocratie.

           Faut-il rappeler que "Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses...

          que "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme..."  

           Faut-il rappeler que "La République assure la liberté de conscience."

           Faut-il rappeler que la République "...assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens...respecte toutes les croyances."

           Ainsi, les lois et principes républicains, qui, ne l'oublions jamais, sont l'aboutissement d'une histoire longue et tumultueuse, héroïque, parfois sanglante, ces conquêtes contre la tyrannie et l'obscurantisme, doivent être préservées et reconnues comme garantes d'une vie citoyenne possible et désormais apaisée, d'une vie sûre et libre où la confiance l'emporte sur la désespérance et la stigmatisation.

           J'ai la conviction que c'est par le débat, nourri d'instruction et de culture, que l'on fait reculer la barbarie et certes pas en légiférant à tort et à travers sous le coup de l'émotion, ou pire, d' arrière-pensées politiciennes, en bafouant les valeurs qui nous sont chères, ou en ayant la prétention illusoire de restreindre les libertés pour assurer une meilleure sécurité face à des menaces réelles ou fantasmées. 

            J'ai la conviction que la meilleure sécurité c'est le lien social.

            J'ai la conviction que l'Etat de droit en est le meilleur garant. Car il dispose pour cela des moyens politiques administratifs et juridiques qui permettent à la fois de faire vivre les libertés individuelles et collectives et d'assurer l'ordre public.

Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens,

          Nous le savons, notre monde est complexe, notre société est diverse, et je n'ignore pas que la France fait face à de graves problèmes.  

          En tant que chef de l 'Etat, je me dois de veiller à nos intérêts, à nos institutions, à nos valeurs. Au bien public.

          Une échéance approche. Le temps du débat s'annonce. Que chacun s'en empare, hardiment.

          Il se doit, et j'y veillerai, d'être tolérant, intègre, respectueux.

          J'ose espérer que les forces vives citoyennes, les divers acteurs, les divers responsables, seront animés par un désir d'écoute et de dialogue, une exigence d'ouverture, une volonté sincère de convaincre.

           Oui, comme l'écrivait Pierre Mendès-France, "La démocratie, c'est d'abord  un état d'esprit".  

 Vive la République, vive la France !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Leroy Merlin, des bénéfices records et des salariés en lutte pour 80 euros
Depuis le 17 novembre, une cinquantaine de salariés de Leroy Merlin bloquent l’entrepôt de Valence, dans le cadre d’une grève inédite sur plusieurs sites de l’enseigne de bricolage. Salariés des magasins et des entrepôts réclament des augmentations et un meilleur partage des bénéfices.
par Khedidja Zerouali
Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes, qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah
Journal — France
Affaire Hulot : Yannick Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay