Insomnie du soir

Une pensée baudelairienne pour enseignants martyrisés.

Voici venir le temps où le repos fait pige
Au travail redouté qui retarde le soir.
Les vacances sont là comme un grand reposoir
Et l'on voudrait alors que le sable se fige !

Au travail redouté qui retarde le soir,
Le cède à tout instant le délicieux vertige.
Et l'on voudrait alors que le sable se fige !
Mais il faut maintenant corriger les devoirs.

Le cède à cet instant le délicieux vertige
Aux nombreuses copies oh ! néant vaste et noir.
Mais il faut maintenant corriger les devoirs
Et le fer rougeoyant de la plume s'afflige.

Aux nombreuses copies oh ! néant vaste et noir,
L'excellent rédacteur relève du vestige
Et le fer rougeoyant de la plume s'afflige
En pointant le zéro comme un bel ostensoir.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.