Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

94 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 janv. 2018

Avis de recherche...

"Ce qui n’est pas nommé, n’existe pas." Jacques Lacan.

Henri GIORGETTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

     En 1969, Georges Pérec publiait "La disparition", un roman de 300 pages qui ne comporte pas une seule fois la lettre "e".

    Aujourd'hui, ce sont des mots entiers qui brillent par leur absence. Des mots désuets, vétustes, surannés, sans doute, direz-vous. Car le mot est un être vivant, il naît, il vit, il meurt selon les aléas du temps qui passe et des usages vernaculaires.
    Que nenni, que nenni, il s'agit de mots contemporains robustes et bien en chair, un peu pitauds, un peu rustauds, mais qu'on confisque, qu'on désosse, qu'on assassine.

    "Ce qui n’est pas nommé, n’existe pas". Ainsi, en 2017, en pleine campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait déclaré : "Je n’aime pas le terme [de pénibilité] donc je le supprimerai. Car il induit que le travail est une douleur." En son temps Fernand Raynaud, dans un sketch fameux, jouait un patron, (on dit un "entrepreneur" aujourd'hui), qui, voyant arriver ses ouvriers déprimés à l'usine chaque matin, leur interdisait le mot "travailler" qu'il fallait remplacer obligatoirement par "s'amuser", c'était prémonitoire, mais plus drôle.

    Feu l'ouvrier, le travailleur, le patron; plus d'oppression, d'exploitation, d'aliénation; subversion, révolution, libération, oh que non ! capitaliste, socialiste, communiste : passéiste ! Faut du moderne, du spéculatif, du compétitif ! Aux grands cimetières sous la thune, l'encre des ici-gît pâlit, pas un honneur, une épitaphe !

    Ou encore, voici des mots qu'on défigure, qu'on dénature, qu'on escobardise sans vergogne. "C'est aujourd'hui que les partenaires sociaux débutent les négociations sur la grande réforme de l'assurance chômage. Patronat et syndicats se penchent sur la feuille de route que leur a donnée le gouvernement à la mi-décembre." (La Dépêche, 11 janvier 2018.) Ah, les "partenaires sociaux" ! Quelle belle trouvaille sémantique ! Entre "partenaires", tout est calme, luxe et volupté ! Ils se penchent, ils s'épanchent, se déhanchent...C'est la Saint-Valentin, un échangisme social, sous l'oeil d'un gouvernement prévoyant et doux.

    Il me semblait que, dans un sport collectif, les "partenaires" étaient ceux avec qui on est associé contre une équipe adverse. Les intérêts des uns s'opposent aux intérêts des autres (le gain, la victoire...). L'OM et le PSG ne sont pas des "partenaires sportifs" mais des adversaires, sur le terrain. Ici, donc, parler de "partenaires" est une tromperie, une imposture destinées à voiler la réalité des rapports sociaux du monde réel.
    Car, contre quoi, dans quel but sont associés patrons et salariés ? L'intérêt du patron se conjugue-t-il avec l'intérêt du salarié ? Non, trois fois non. Et qu'on ne nous rabâche pas, "mais si, mais si, ils se battent pour l'emploi, la compétitivité, la santé de l'entreprise, le commerce extérieur, la réduction de la dette, le salut de la France", et pourquoi pas la survie de l'humanité et autres balivernes.
    A-t-on vu, en bon partenaire, un salarié licencier un patron pas assez compétitif ? A-t-on vu un patron pointer au chômage ? A-t-on vu un salarié partir avec une confortable retraite-chapeau ? A-t-on vu un patron sanctionné pour avoir coulé son entreprise ?

    Il serait temps d'appeler un chat un chat : le patron est propriétaire des moyens de production ou d'échanges, le salarié, lui, ne possède que sa force de travail, qu'il vend à son employeur. C'est grâce au travail du salarié que se bâtit la fortune des entreprises. Moins le salarié coûte, plus le gain augmente. Parfois, le coût du travail est jugé prohibitif, les actionnaires grondent "15% ! 15% ! 15%", en sautant comme des cabris ! Du cash, du cash, du cash ! Alors on fait un "plan social", ah, non, mes seigneurs, une désormais "rupture conventionnelle collective", un plan de départs volontaires, comme la servitude du même nom. Tout bénef pour le MEDEF ! En bon français, on se débarrasse de l'homme ou de la femme qui coûte trop cher, ces empêcheurs d'exploiter en rond, ces pelés ces galeux d'où nous vient tout le mal !
    La finalité pour le patron est la plus value et le profit, pour le salarié le salaire. Pour l'un le superflu, pour l'autre la survie.

    Rien à voir avec un quelconque partenariat, patronat et syndicats représentent bien des intérêts divergents, et leur rencontre n'a pas pour objet de dialoguer entre "partenaires" égaux, mais de négocier sur la répartition des richesses produites dans les entreprises. C'est un rapport de force antagonique, cela se nomme "lutte des classes". Vertudieu, v'là qui est parlé, mon ga' ! Eh, là, c'est-ti pas un langage un peu brutal, un peu trivial, un tantinet archaïque ?

    Pas de panique, à Davos, on cause beaucoup mieux : chaque année, "...plus important peut-être, est de produire un langage. Une gangue sémantique protégeant le système économique dans lequel ces élites baignent avec félicité." (L'Obs, 25 janvier 2018).

    Alors, "De grâce, si l’on sait des nouvelles de mon voleur, je supplie que l’on m’en dise. N’est-il point caché là parmi vous ? Ils me regardent tous, et se mettent à rire. Vous verrez qu’ils ont part sans doute au vol que l’on m’a fait." comme s'écrie Harpagon.

    Passons de l'autre côté du miroir*. Prenons-les aux mots. Ils ne riront pas toujours.

    Car "Qui tient la langue tient la clef." (Frédéric Mistral.)

*"Quand j’emploie un mot, dit Humpty Dumpty avec un certain mépris, il signifie ce que je veux qu’il signifie, ni plus ni moins.
La question est de savoir, dit Alice, si vous pouvez faire que les mêmes mots signifient tant de choses différentes.
La question est de savoir, dit Humpty Dumpty, qui est le maître, c’est tout."
Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé