Les mots de la colère et les outils de l'action.

Les gilets jaunes, et moi le premier, sommes comme des montagnards en espadrilles. Comme les chaussures, les piolets et les cordes, les institutions sont faites pour assurer chaque citoyen d'arriver au sommet en sécurité et ensemble. https://www.revoc.info est le mousqueton qui manque à notre équipement de citoyen-contribuable-électeur.

La colère s'exprime lorsque les mots manquent. 

La colère endémique qui secoue notre pays ne peut que s'accentuer devant les comportements des autorités publiques et l'arrogance des élites. Pourtant, notre société n'a jamais possédé autant de moyens et d'outils à la disposition de tous, les citoyens les plus modestes comme les responsables les plus importants, pour conduire le dialogue et assurer la paix et la prospérité à laquelle une majorité aspire.

Je note que les deux seuls contre-pouvoirs existants, mais dites moi si je me trompe, dont on mesure  et constate réellement les effets, sont la Presse et la Justice. La presse lorsqu'elle révèle des faits et la Justice lorsqu'elle se prononce sur le caractère délictuel ou criminel de ces faits. 

Tout le reste ; tribunes, pétitions, manifestations, grèves et autres grands débats, est inopérant.

Il manque un levier d'action institutionnel à la mesure de l'article 3 de la Constitution de la Vème République : " La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum".

Ce levier d'action, c'est le référendum révocatoire. La révocation effective du président de la République n'est pas le but, car il s'agirait d'un échec imputable à tous. Le but est, par l'organisation du dialogue entre les citoyens et l'autorité publique, d'assurer un fonctionnement des institutions conformément aux souhaits des citoyens. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.