Matilda Cassioppée Le Roy
Transition numérique depuis 1996. https://www.henri-le-roy.net
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 août 2019

le référendum révocatoire : c'est le moment ? https://www.revoc.info/

https://www.revoc.info/ Notre société est marquée par une croissance des conflits qui opposent des citoyens indignés et un personnel politique dépassé. Sans initiative ambitieuse, la violence collective est inévitable.

Matilda Cassioppée Le Roy
Transition numérique depuis 1996. https://www.henri-le-roy.net
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi un référendum révocatoire ?

Un changement majeur dans la société est observable depuis les élections de 2007 ; les trois derniers présidents de la république ont rencontré un désaveu marqué en raison d'actions et décisions contraires à leurs engagements envers la Nation.

Sans un dispositif de concertation adapté, les positions antagonistes du pouvoir exécutif élu pour 5 ans et de la Nation déçue dès le début du mandat présidentiel ne peuvent conduire qu'à la violence collective.

Que faire devant le déni du pouvoir exécutif ?

La contestation croissante de la société à l'égard du personnel politique s'exprime sur des blogs, des réseaux sociaux, des chaînes d'information et une presse web qui rendent l'expression citoyenne instantanée et permanente. Le paysage social et politique n'est plus celui de la présidence de Jacques Chirac et de ses prédécesseurs.

Le personnel politique, lui, n'a rien changé de ses habitudes et de ses pratiques. Le climat de violence croissante qui s'instaure doit recevoir une réponse de la part de la fraction la plus éclairée de la société. Cette réponse doit s'inscrire dans le cadre constitutionnel, légal et dans un esprit d'échange permanent et continu.

Le président de la république et les institutions républicaines dans leur ensemble doivent prendre en compte la réalité des changements qui sont à l'oeuvre et adapter notre droit constitutionnel.

Comment répondre à une situation de désordres préjudiciables à la communauté nationale ?

Les pouvoirs dévolus par la Constitution au président de la république produisent un risque majeur de troubles ; l'exécutif se fige dans une position d'autorité et la colère populaire s'installe dans une dynamique croissante et irréversible.

Le premier élément de déstabilisation de la société est le revirement post-électoral de l'élu à la présidence de la république. Nous observons que les intentions déclarées par le candidat deviennent nulles et non avenues une fois qu'il est élu.

Il faut mettre sur pied un dispositif qui favorise un déroulement de la vie institutionnelle en accord avec un projet de stabilité et de paix sociale au service de la prospérité de tous.

https://www.revoc.info/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche