Henri Lelièvre
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 avr. 2010

Henri Lelièvre
Abonné·e de Mediapart

Faut il vraiment tuer le MoDem ?

Henri Lelièvre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'empressement d'une grande partie des acteurs politiques et médiatiques à vouloir enterrer le Mouvement Démocrate et ce depuis les municipales (où il avait déjà été crédité de 3.5 % des suffrages) est pour le moins suspect. Pourquoi un tel acharnement? En quoi ce mouvement est il si dangereux? En quoi est il plus dangereux qu'Europe Écologie par exemple?

Pour répondre à ces questions il faut se pencher sur ce qui le différencie des autres partis politiques:

  • D'une part, c'est un parti ouvertement anti-corruption. Le 24 septembre 2008, Marielle de Sarnez a fait voter au conseil Européen une résolution recommandant l'interdiction pour un groupe financier ou industriel répondant à des appels d'offre pour l'attribution de marchés publics de posséder des médias. Elle n'a pas entrainé la mise en place d'une loi européenne du fait de l'opposition de la France et de l'Italie... Les conclusions du congrès programmatique d'Arras recommandent l'indépendance du garde des sceaux qui devrait être élu à la majorité des deux tiers (pour être une personnalité de consensus) par le congrès. Ceci rend suspect le traitement médiatique de ce mouvement dont les idées quand elles sont exprimées (nous reviendrons sur ce point tout à l'heure) ne sont pas relayées.

  • D'autre part, c'est un parti qui a un référentiel idéologique à priori clair contrairement au Parti socialiste, L'UMP ou Europe Ecologie clivés en deux voir trois idéologies. En effet , le Parti Socialiste a beaucoup de difficultés à élaborer un projet politique étant à la fois social-démocrate et marxiste! L'UMP est à la fois chrétienne-démocrate, Gaulliste, libérale et conservatrice! Europe écologie est sociale-démocrate et pro-décroissance! En gros, elle est comme le parti socialiste, à la fois pour et contre le marché... Daniel Cohn Bendit et Cécile Duflot auront autant de mal à définir un programme économique que Dominique Strauss Kahn et Henri Emmanuelli. Ces trois partis sont plus des alliances susceptibles de toucher un électorat large que les défenseurs d'une idéologie. Le positionnement du MoDem, clairement social-démocrate, a été une franche menace pour le Parti Socialiste obligé de se positionner nettement à gauche avant les européennes.

Ce dernier point est fondamental. L'apparition du MoDem sur l'échiquier aurait pu permettre de recréer des partis défenseurs d'une idéologie et donc capables de générer un débat susceptible d'intéresser les électeurs. En ce sens cela a partiellement réussi, car l'UMP s'est positionnée très à droite et qu'il s'est créé un front de gauche capable de défendre des idées véritablement de gauche, hostiles au marché. Malheureusement, les échecs électoraux du MoDem ont empêché cette clarification idéologique de se faire. Martine Aubry qui avait l'occasion de marquer le parti socialiste à gauche vient de recentrer son discours en convergeant complètement avec les aspirations des centristes , alors qu'elle les fustigeait il y a 6 mois. De la même manière, impossible de définir la base idéologique d'Europe Écologie: prône-t-elle le développement durable ou la décroissance? On peut même constater qu'il y a un appauvrissement net du débat d'idées. Pour éviter que les petits partis ne profitent d'une meilleure exposition médiatique lors de campagnes pour monter dans les sondages, L'UMP et le parti Socialiste ont privilégié, pour les européennes et les régionales des campagnes très courtes (moins de 15 jours). Ceci a coupé court à tout débat d'idées et a fait atteindre à l'abstention des niveaux record.
Mais le MoDem sert-il à autre chose qu'à être le parti social démocrate assumé, propre à recomposer le paysage politique? En fait, rien ne permet d'affirmer que ce parti va rester centriste et ce n'est d'ailleurs pas sa raison d'être. Pour mémoire il a été fondé avec l'objectif de créer un nouveau projet de société, ni de droite ni de gauche. Et c'est véritablement la tache à laquelle s'est attachée la masse des militants. Logiquement, cela devrait aboutir à l'expression politique des théories coopératives d'Elinor Olström, Muhammad Yunus, Linus Thorvald... Il devrait en sortir une idéologie coopérative et humaniste qui soit axée sur la fraternité, comme le libéralisme l'est sur la liberté ou le marxisme sur l'égalité.

Ceci ne s'est pas fait pour l'instant pour des raisons de stratégie politicienne. François Bayrou ayant été à deux doigts de remporter la présidentielle de 2007 (les sondages le montraient large vainqueur de Nicolas Sarkozy au deuxième tour), tout a été conçu pour remporter la présidentielle de 2012 en étant capable de capter plus de 22% des suffrages au premier tour. François Bayrou s'est donc positionné en rassembleur. Il a promu l'idéologie centriste qui est la sienne depuis 30 ans: il est républicain et défend impartialement la liberté, l'égalité et la fraternité. Le virage centriste a été très net lors de sa confrontation, sur le plateau de ce soir ou jamais, à Régis Debray: le philosophe lui avait proposé de faire de la fraternité la valeur cardinale de son mouvement et avait répondu par la négative...C'est probablement la principale raison pour laquelle le MoDem n'a que peu exprimé ses idées et que le potentiel offert par des militants nombreux et recrutés dans les couches les plus éduquées de la société, a été aussi mal exploité.

Faut il pour autant enterrer l'espoir d'un parti créant une nouvelle alternative? Le virage a pourtant été pris, l'influence de Robert Rochefort devenu responsable des commissions programmatiques est largement perceptible dans les conclusions du congrès d'Arras. Une large part de la théorie économie est consacrée à l'économie sociale et solidaire, rompant avec les préceptes Baristes qui prédominaient jusqu'alors. Il est évident que cela va déboucher sur des propositions pour une économie de marché socialement et environnementalement responsable (rien n'est plus à inventer cela ayant déjà été théorisé par Yunus, Olström ou Stiglitz). Il est probable d'ailleurs, que la présidence du mouvement soit laissée à Jean Lassalle dont le virage idéologique a été spectaculaire et couronné de succès lors des régionales où il a recueilli 16% des suffrages en Aquitaine loin devant la liste d'Europe Écologie. La suite dira si le mouvement Démocrate sera capable de faire avec du retard ce pourquoi il a été fondé. Même s'il n'était pas en position de gagner les présidentielles, il induirait une recomposition du paysage politique favorisant le débat d'idées sans lequel il ne peut y avoir de réelle Démocratie.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre