Silence assourdissant sur la possible amnistie des délits financiers.

Depuis 4 jours, une bombe civique a été levée: la QPC qui a entrainé le report du procès Chirac pourrait si elle est validée par le conseil constitutionnel entrainer aussi l'impunité des délits financiers. Exit les affaires Karachi et Bettencourt et surtout des milliers d'autres dont nous n'avons pas encore connaissance.

 

President_Chirac.jpg

 

En effet: si le conseil constitutionnel statue que le délais de prescription d'un délit financier est de 3 ans à partir des faits, l'immense majorité des affaires seront prescrites au moment de l'instruction étant donné que ces délits sont par nature discrets et le plus souvent découverts des années après. Les personnalités politiques impliquées pourront d'autant mieux échapper aux poursuites en atteignant le délais de prescription qu'elles ont une immunité liée à leur mandat électif.

 

Ceci est connu depuis 3 jours, alors que répondant au procès Chirac dans une interview en direct sur LCI François Bayrou lève le lièvre. Vu l'énormité du risque démocratique on aurait pu imaginer qu'une véritable bronca médiatique allait s'élever. Et non: rien ou presque! Mediapart met un article de blog en une du club et un article paraît le lendemain dans le Figaro.fr. Il faut que le président du MoDem s'offre une tribune dans le Monde pour que la presse écrite expose le problème! Un tel blackout donne une idée franchement inquiétante de l'indépendance des médias dans ce pays.

 

Du coté des politiques c'est encore pire, Corinne Lepage s'insurge sur son blog, mais on attend encore les réactions des autres hommes et femmes politiques. Où sont passés les Eva Joly, les Arnaud de Montebourg, les Mélanchon? On aurait pu imaginer qu'Europe Ecologie avait encore les mains assez libres pour se révolter. Est-ce que jeu des alliances de second tour empêche le mouvement écologiste de mettre le parti socialiste en porte à faux? La montée en puissance de Marine Lepen pousse-t-elle à ne pas mettre en exergue ce qui pourrait encourager le vote contestataire? Si c'est le cas, une telle attitude est très contreproductive à moyen terme: quand elle sera connue du plus grand nombre, elle augmentera encore la défiance envers le monde politique. En tout cas, dans cette affaire, François Bayrou et Corinne Lepage auront eux au moins fait leur devoir citoyen.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.