Henri Lelièvre
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 août 2010

Un des 17 grévistes de la faim iraniens a été libéré

Dix-sept prisonniers politiques font grève de la faim dans les prisons iraniennes. Ce sont pour la plupart des étudiants ou des journalistes de l'opposition arrêtés au décours des manifestations contre les résultats contestés de l'élection présidentielle iranienne en 2009.

Henri Lelièvre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dix-sept prisonniers politiques font grève de la faim dans les prisons iraniennes. Ce sont pour la plupart des étudiants ou des journalistes de l'opposition arrêtés au décours des manifestations contre les résultats contestés de l'élection présidentielle iranienne en 2009.

Ils protestent contre leurs conditions de détention et le sort réservé à leurs familles. La situation la plus préoccupante est celle de Arjang Davoudi, en grève de la faim depuis le 14 juillet, à la la prison de Gohardacht dans la banlieue de Téhéran, pour protester contre ses conditions de détention. Il demande à bénéficier de ses droits élémentaires, d’avoir des visites de sa famille et de pouvoir consulter un médecin. Il demande qu’on lui restitue son domicile confisqué entrainant la dislocation de sa famille. Enfin il demande aux autorités d'examiner la plainte qu’il a déposée contre le directeur de la prison de Gohardacht. Il a été privé de visites familiales le 29 juillet. Sa santé se détériore et il a été transféré à l'infirmerie de la prison à plusieurs reprises pour des chutes tensionnelles, des maux de tête, des étourdissements, une baisse d'acuité visuelle et une grande fatigue. Il a perdu une dizaine de kilos. Selon les informations des Militants des droits de l’homme et de la démocratie (HRDAI), il est à peine capable de bouger.

Les 16 autres sont incarcérés à la prison d'Evin (au nord de Téhéran). Ils ont été transférés en cellule d’isolement après avoir protesté contre leurs conditions d’incarcération et sont en grève depuis 18 jours. Parmi eux, Bahman Ahmadi-Amouei et Keyvon Samini, journalistes emprisonnés, et Majid Tavakoli, militant étudiant (pour le soutien duquel, des dizaines de milliers de personnes avaient participé au mouvement « nous sommes tous des Majid Tavakoli », se prenant en photo travestis et les avaient diffusées sur le net l’an passé), font en plus grève de la soif. Ali Mahili, étudiant et membre de Advar-e Tahkim (Bureau pour la Consolidation de l’Unité), Hossein Nourinejad, journaliste, militant étudiant, Ali Parviz, militant étudiant, Hamidreza Mohammadi, militant politique, Jafar Eghdami, militant des droits civiques, Babak Bordbar, photographe de presse, Zia Nabavi, étudiant militant pour le droit à l’éducation, Koohyar Goodarzi, blogueur et militant des droits humains, Majid Dorri, militant étudiant, Mohammad Hossein Sohrabi-Rad, membre de l'équipe de campagne de Mehdi Karoubi, Gholam Hossein Arshi et Peyman Karimi-Azad manifestants lors de l'Ashoura.

Leurs familles se sont adressées aux autorités judiciaires mais n’ont reçu aucune réponse. Elles ont demandé au procureur de Téhéran de prendre en compte leurs demandes et de les transférer à la section générale de la prison.Les prisonniers en grève de la faim demandent « l’adéquation des règles de la prison avec le respect des droits des prisonniers, des sanctions contre les autorités pénitentiaires qui violent les lois, la libération immédiate et inconditionnelle du photographe de presse Babak Bordbar (la décision de le libérer avait été prise mais n’avait pas été remis en liberté), l’augmentation de la durée des conversations téléphoniques autorisées, des possibilités d’hygiène et de soin pour tous les détenus et l’application totale des lois concernant les droits des prisonniers ».Devant leur détermination et la menace que leur familles n’entament elles aussi une grève de la faim, les autorités iraniennes ont du faire un geste et ont remis en liberté Babak Bordbar, un des 17 grévistes le 8 Aout. Babak Borbar est un photographe de 25 ans qui avait couvert les manifestations de l'Achoura. Il avait été arrêté le 27 décembre 2009 alors qu’il n’avait commis aucun délit et qu’il avait une autorisation pour couvrir l’événement. Il a passé 7 mois en prison.Les 16 autres refusent toujours de s’alimenter, et ne mettront fin à leur protestation que lorsque l’intégralité de leurs demandes seront satisfaites.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz