Henri Lelorrain
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2020

Henri Lelorrain
Abonné·e de Mediapart

Pandémie et éducation en Seine-Saint-Denis : l'urgence d'une autre politique

Pourquoi il faut changer en urgence de politique éducative pour la Seine-Saint-Denis. Par Henri Lelorrain, enseignant, membre de Génération-s et Emilie Lecroq, parent d'élèves, conseillère municipale à Saint-Ouen - PCF

Henri Lelorrain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jamais depuis la fin de la seconde Guerre Mondiale la jeunesse de notre pays n’avait connu une telle rupture d’école. Jamais pendant une période aussi longue, les enfants, adolescents et étudiants n’avaient été confrontés à une telle situation. Et quelles que soient les responsabilités des uns et des autres, quelles que puissent être les explications sanitaires et l’indispensable confinement, notre pays est confronté à une situation qui scolairement va avoir des conséquences dans les années à venir si rien n’est fait pour gérer au mieux la situation actuelle et anticiper le jour d’après dans nos écoles.

Qui peut imaginer en effet qu’amputer une année scolaire de 2 mois ne sera pas sans conséquence pour nos enfants ? Qui peut imaginer de même que le retour en classe se fera sans une nécessaire gestion progressive et adaptée pour les enseignants comme pour les élèves ?

Ceci va demander des moyens et du temps.

Nous savons tous que l’école, les cours, le face à face des élèves et des enseignants ne peuvent être remplacés par des cours à distance et que la fracture numérique n’est pas un mythe, ni n’est volontaire, surtout quand elle renvoie à un problème de pouvoir d’achat.

Dans un département comme la Seine Saint Denis, nombreuses sont les familles qui n’ont pas d’ordinateurs à la maison ou seulement un pour plusieurs enfants dans une pièce commune ce qui rend impossible un suivi pédagogique efficace pour tous.

Si comme l’affirme le ministère, 8% des élèves ont été « perdus » des écrans radars en France depuis le début du confinement, c’est 30% dans notre département dont 60 % dans l’enseignement professionnel.

Et alors que tous les voyants sont allumés au rouge dans notre département depuis le rapport parlementaire de mai 2018 faisant état d’une rupture d’égalité en Seine Saint Denis par rapport aux autres territoires de notre pays, le gouvernement persiste et signe : nous avons ainsi appris que la dotation supplémentaire serait seulement de 24 postes pour toute l’Académie de Créteil mais aucun pour la Seine-Saint-Denis. Les raisons d’un tel choix ? Tout simplement l’analyse par Jean-Michel Blanquer que le travail est déjà fait puisqu'il se base sur une « amélioration du taux d’encadrement ». Le ministre fonde cette affirmation sur les SEULS dédoublements de classes, qui ne permettent pour l’heure pas d’améliorer les conditions de réussite de l’ensemble des élèves de notre département. 

C’est aussi en Seine-Saint-Denis que le gouvernement avait renoncé à l’engagement de campagne d’Emmanuel Macron de dédoubler les CE1 les CP ; en arguant du manque de locaux, le ministère avait préféré s’assoir sur cette promesse plutôt que d’aider les communes à construire ou agrandir des écoles. Or, à n’en pas douter, l’année scolaire 2020-2021 sera cruciale pour des élèves de CE1 qui auront imparfaitement effectué leur apprentissage à la lecture en CP du fait du confinement. Quand on connait l’importance d’une bonne maitrise de la lecture pour la poursuite d’études et dans la vie quotidienne, la crainte d’une génération sacrifiée peut se justifier.

A cette situation catastrophique, s’ajoute enfin l’annonce de possibles fermetures de classes à la rentrée 2020. Après l’annonce de 10 fermetures de classe à Saint-Denis, et 10 à Montreuil, nous apprenons l’annonce de 8 fermetures de classes à Saint-Ouen !

Clairement, une fois de plus, la jeunesse de notre département va subir de plein de fouet et plus que les autres une crise éducative.

Déjà, il y a quelques années, les collectifs de parents d’élèves avaient calculé que du fait des absences non remplacées, un jeune de Seine-Saint-Denis perdait une année de scolarité entre la maternelle et le baccalauréat.

Le gouvernement loin de vouloir s’attaquer à ses défaillances sur notre territoire, choisit de faire la politique de l’autruche faisant fi de l’état des services publics dans notre département.

Alors que beaucoup pensent déjà au monde d’après, à ce qu’il faudra reconstruire, sans doute différemment après cette crise, il n’est que temps de rappeler que nous voulons un monde différent pour nos enfants et non pas une société où ceux-ci seraient encore moins bien armés pour en relever les défis.

 Notre pays a encore les moyens et le temps de réagir et de relever pour ses enfants les défis de sa réussite.

Cela passe par le recensement par les établissements scolaires puis la fourniture par l’Etat des besoins informatiques de chacune et chacun pour mieux rester en contact pédagogique.

Cela passe aussi par la préparation d’une rentrée scolaire spéciale, en septembre, avec des heures de soutien et d’accompagnement pour effectuer un lissage pédagogique sur un temps long et non brutal des manques de ces derniers mois.

Cela passe effectivement donc, par une mobilisation budgétaire et le recrutement des enseignants nécessaires, à rebours de ce qui se fait depuis des années dans l’éducation comme à l’hôpital. Tout simplement pour que l’après pandémie se fasse sous le signe de la réussite et de l’épanouissement de nos enfants.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Justice
Barbouzes du PSG : la police sur la piste d’une tentative de chantage à 100 millions d’euros
Le lobbyiste Tayeb Benabderrahmane, détenu à Doha en 2020 après avoir obtenu des documents confidentiels appartenant au patron du Paris Saint-Germain, aurait souhaité par la suite réclamer 100 millions d’euros à l’émirat du Qatar, propriétaire du club, selon un document confidentiel. Il dément formellement.
par Yann Philippin

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar