Henri POUILLOT
Ingénieur retraité
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 déc. 2013

Au Front National, la pratique de la torture reste un modèle de civilisation...

Henri POUILLOT
Ingénieur retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Personne n’oubliera le passé du "père" de cette formation politique le tortionnaire Jean-Marie Le PEN. En 1956, élu député sur les listes poujadistes, il démissionnera de l’Assemblée Nationale pour reprendre l’uniforme militaire afin d’aller "casser du bougnoule". Avec ses galons de lieutenant, il sévira à la Villa Susini, à Alger, pendant la Bataille d’Alger. Nombreux furent les témoignages de ses victimes, dénonçant la cruauté dont il délectait dans les séances de tortures. Le témoignage de Mohamed Moulay au procès que Jean-Marie Le PEN intentât au journal Le Monde, au moment du second tour des élections présidentielles de 2002, était poignant, il est un exemple type. Le Pen était venu arrêter son père, il le tortura devant toute la famille, et il oublia même son poignard. Mohamed, qui n’avait qu’une dizaine d’années alors, en restera traumatisé, d’autant plus qu’il ne reverra jamais son papa.

Avec Marine Le PEN au commandes du "nouveau" FN, certains osaient dire que ce parti avait tourné une page et devenait "fréquentable".

L’actualité nous démontre que le naturel n’a pas disparu. Robert Menard, soutenu par le FN, à Béziers s’est récemment distingué très récemment dans un article sur son site "Pied-noir et fier de l’être" avec ces propos : "Si, demain, je suis élu à la tête de notre ville, je garderai en mémoire qui je suis et d’où je viens. Je protègerai la stèle aux martyres de l’Algérie française élevée dans le cimetière neuf de notre ville. Et je serai aux côtés de mes compatriotes comme de mes amis harkis pour défendre leur mémoire et leur honneur. Je suis pied-noir et fier de l’être." Les "martyrs, qu’il compte honorer sont donc les criminels de l’OAS condamnés à mort et fusillés. Quel symbole !!! Et pour marteler cette analyse, dans ce même article, il rappelle : "Sur l’Algérie, sur les mensonges propagés par trop d’historiens et tant de médias, j’ai dit ce que je pensais dans un petit livre intitulé « Vive l’Algérie française !  » ". Tous les ingrédients du racisme sont ainsi mis en exergue par ce personnage.

Pour compléter c’est Gilbert Collard, député frontiste qui ne veut pas être en reste. Il a décidé, le 10 décembre 2013 de prononcer l’éloge funèbre du sinistre Général Paul Aussaresses à La Vancelle. Et pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté sur sa présence il précisa : "Mais je ne suis là qu’en tant qu’ami.., c’est au nom de ma seule tristesse et de ma seule admiration. Je ne représente personne sinon la haute idée que j’ai du général". "J’avais des liens vraiment filiaux avec lui", confie-t-il à BFMTV. Chacun a ses amis !!! Et pour expliquer cette amitié, il déclara : "Le général m’a appris à assumer […] Il n’a fait qu’exécuter les ordres qu’on lui a donnés, par amour pour son pays […] Il a eu le courage d’être couvert d’opprobre. L’opprobre, c’est peut-être sa plus belle médaille… " Le Général a d’ailleurs été enterré avec la médaille de la Légion d’honneur que Jacques Chirac lui avait retiré à la suite des réactions de l’opinion publique et de la condamnation pour apologie de la torture.

Marcel Bauer, maire UMP de Sélestat et conseiller général, était aussi présent dans l’église et il précisa : "Je viens pour l’homme que j’ai connu… "

Vraiment, quelle honte que des élus de la nation arborent de cette manière aussi ostensible un tel hommage à un tel personnage, théoricien de la torture, fier de l'avoir pratiquée. Honte à ceux qui osent, aujourd'hui encore défendre de telles valeurs...

P.S Le Front National reste donc fidèle à ses origines. Créé sur les fonds baptismaux de la Guerre d’Algérie, du racisme anti-maghrébin, des relents du colonialisme, de toutes les exactions commises envers les "indigènes" algériens, aujourd’hui encore, il cultive ces mêmes valeurs. Quand on honore un Aussaresses, ou un Bastien-Thiry (organisateur des 2 attentats contre le Président de la République d’alors, le Général De Gaulle), ces symboles peuvent faire craindre à une volonté du retour du fascisme en France

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn