Henri POUILLOT
Ingénieur retraité
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2018

Henri POUILLOT
Ingénieur retraité
Abonné·e de Mediapart

La Macronnerie - ou - la culture du mépris

A l’exemple du Président des riches qui considère que le versement d’allocations aux personnes les plus démunies est un pognon de dingue, un député versaillais, Jean-Noél BARROT, rendait compte publiquement, le 2 juillet, de son mandat, un an après son élection.

Henri POUILLOT
Ingénieur retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l’annonce de cette réunion, il suggérait que les personnes intéressées lui adressent un courrier pour qu’il puisse leur répondre. Quelques jours avant, je lui envoie donc ce message :Je dois vous préciser qu’au second tour des présidentielles, j’ai voté pour Monsieur Macron.

Je pense que dans votre exposé vous allez nous expliquer certaines logiques de mesures que votre groupe parlementaire a votées (ou se prépare à adopter)

comment justifier la ponction des retraites avec la CSG : est-ce pour permettre à une ministre de payer 52.000€ de moins avec l’impôt sur la fortune ? l’équité en somme !!! Je suis retraité, je perds près de 50€ par mois, pour vous ce n’est sans doute rien, pas pour moi.

Comment pouvez-vous expliquer que des personnes, par exemple celles "bénéficiant" du RSA, profitent "d’un pognon de dingue" ? connaissez-vous les fins de mois tellement difficiles de ces gens ?

Comment pouvez-vous expliquer que les "réformes" de la SNCF vont améliorer à long terme ce service qui devrait être un service public. Certes les organisations syndicales ont été reçues, mais quasi aucun des arguments n’a été retenu. La privatisation encours d’une partie ne pourra que, à service équivalent, coûter plus cher aux usagers : une entreprise privée veut faire du bénéfice. Les exemples britanniques et allemands ont démontré cette catastrophe.

Comment justifiez-vous la politique française face à Israël : réception avec tous les honneurs du criminel Benyamin Netanyaou : criminel qui devrait être traduit devant le tribunal international. Pourquoi la France n’a toujours pas reconnu l’Etat de Palestine alors que le Parlement Français s’est prononcé très clairement dans ce sens ? Pourquoi l’ambassadeur de France en Israël n’a-t-il pas été rappelé ? Quand la France va t’elle intervenir pour permettre la libération du franco-palestinien Salah Hamouri emprisonné sans jugement, arbitrairement depuis des mois, et dont l’incarcération vient d’être prolongée par simple décision administrative ?

Comment pouvez-vous justifier les frappes menées en Syrie il y a quelques semaines, pour "punir" le régime syrien parce que ses dirigeants avaient utilisé du gaz contre la population civile. Cette "opération" a été faite en violation du droit international. De plus comment la France peut être crédible pour donner de telles leçons de morale politique quand, elle-même, a utilisé le gaz Vx et Sarin, rasé entre 600 et 800 (selon les historiens les plus sérieux) villages par des bombardements au napalm (l’équivalent de 600à 800 Oradour-sur-Glane) en particulier pendant la Guerre de Libération de l’Algérie, sans que ces crimes soient encore reconnus et condamnés à ce jour ?

Par rapport à la question des migrants comment ne pas avoir honte d’être Français quand notre pays a un tel comportement criminel envers ces hommes, femmes, enfants qui fuient un drame en risquant leur vie ? La France Pays des droits de l’homme ? Les propos du Ministre de l’intérieur du président de la République sur cette question sont odieux. Quelle différence entre ces expressions (et même la politique) et celles de groupes pro-fascistes, de l’extrême droite française ou européenne ?

Il y a bien d’autres sujets préoccupants : laïcité (anti-sémisme / antisionisme, raccommoder les liens avec l’église catholique,..), "service universel", projet de remise en cause des retraites, d’une façon générale un libéralisme éfreiné avec la remise en cause des acquis sociaux construits par nos anciens... mais si sur ceux exprimés, précédemment, une réponse avec un espoir d’une inflexion permettrait peut-être d’atténuer les regrets d’avoir choisi ce bulletin de vote, il y a un peu plus d’un an. Je viendrai lundi soir vous écouter.

Respectueuses salutations

N’ayant obtenu aucune réponse à ces questions, mais ayant assisté à un cours magistral, réminiscence sans doute de son activité professorale à HEC, vantant les mérites du Messie Elyséen, sans réponse à mon interpellation écrite, ni au message envoyé, quelques jours plus tard je lui ai donc envoyé ce second message :

Monsieur le Député.
En suivant votre incitation dans l’annonce de votre réunion, je vous avais envoyé un message le 28 juin à l’adresse de courriel indiquée pour solliciter des avis, des explications sur la justification de la politique menée par LREM. Je vous disais vouloir venir assister à cette réunion d’information, ce que j’ai fait.
J’ai eu l’impression d’entendre un cours magistral de fac (ou d’HEC peut-être), d’un remarquable technocrate, économiste ultra libéral. J’ai eu la confirmation que cette majorité se comporte avec un portefeuille en peau de hérisson à la place du cœur, un mépris de l’homme... En effet quand je vous ai entendu dire "qu’il faut se protéger des migrants" : quelle honte !!! 2 ou 3 jours auparavant, les télévisions montraient les images de 3 cadavres de bébés migrants noyés qu’on emmenait à la morgue !!! C’est le résultat de cette politique que sous soutenez, dans le cadre européen ou le fric passe très loin avant les hommes...
Dans mon message du 28 juin je vous interrogeais au sujet de plusieurs points :

Le prélèvement de la CSG pour les retraités contre 52.000 € d’exonération d’impôt sur la fortune, en contrepartie, pour une ministre

la "réforme" ou plutôt le début de la casse du service public de la SNCF

le "pognon de dingue pour les aides sociales"

la politique face à Israël

les frappes en Syrie...

Sur tous ces sujets RIEN, RIEN !!! seulement un développement de l’ultralibéralisme pour justifier les évolutions de la SNCF, une "explication", pseudo- explication, que c’est en favorisant le "Privé" que tout ira mieux !!! ceux qui auront envie d’investir, ce n’est pas pour un service public, c’est pour gagner de l’argent !!!

Et j’évoquais mon dégoût face aux propos du Président de la République et du Ministre de l’Intérieur sur la question des Migrants : sur ce point vous avez hélas répondu en ré-utilisant ces même propos odieux.

Je n’ai rien entendu sur les mesures à prendre pour le recrutement de personnel, une amélioration concrète du système de santé qui se dégrade à une vitesse catastrophique. Avec le vieillement de la population quelle misère pour les maisons de retraite, les EHPAD, ... et aucun mot de votre part sur ces questions.

J’avais voté pour Mr Macron, avec une certaine appréhension, certes, mais je ne pensais pas que, en 1 an seulement, tant d’acquis sociaux de nos anciens, comme en particulier ceux découlant du programme du CNR allaient être jetés à la poubelle. Lundi prochain votre groupe avait même prévu de retirer de la Constitution la référence à la Sécurité Sociale, et ce, quasi en catimini, projet qui semble abandonné, pour combien de temps ? !!!

Recevez, Monsieur le Député, mes respectueuses salutations, malgré mon amertume.
Ps : Je rendrai publique ces messages, et, éventuellement votre réponse si elle me parvient.

J’ai attendu plus d’un mois avant de rendre publique mes interventions, espérant que, peut-être, il aurait eu la politesse d’accuser réception de mes interventions et qui sait, une réponse aux questions posées ? Je reste un éternel naïf, utopiste !!! Cela confirme que la Macronnerie est profondément méprisante envers ceux qu’elle ne considérée pas comme des premiers de cordée.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise