Henri POUILLOT
Ingénieur retraité
Abonné·e de Mediapart

151 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2021

60ème anniversaire du 17 octobre 1961

Cet anniversaire a été marqué par un appel signé par plus de 100 organisations (associations, syndicats, partis politiques), un record. Il a été aussi marqué par un très grand nombre de manifestations commémoratives dans de nombreuses villes de France.

Henri POUILLOT
Ingénieur retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Partout les manifestants réclamaient que ce massacre du 17 octobre 1961 soit enfin reconnu comme un crime d’état, et condamné comme tel.

Il faudra encore attendre !!!

Certes, le Président de la République s’est manifesté, mais visiblement il n’a pas bien compris l’enjeu de cet anniversaire :

Il est allé se recueillir le 16 octobre et pas le 17 !!!

Il est allé au Pont de Bezons, pas à celui de Saint Michel. Certes au Pont de Bezons il y a eu aussi des Algériens noyés par la Police.

Le communiqué diffusé par l’Élysée est navrant.

Dans ce communiqué, ce serait Maurice Papon qui, par son autorité, serait responsable de ces crimes qui sont "inexcusables pour la République". Mais il n’est même pas rappelé que Papon était préfet en exercice, obéissant à un gouvernement (celui de Michel Debré, dans lequel sévissait Roger Frey, ministre de l’intérieur) qui avait pris cette décision de réprimer toute manifestation d’Algériens contestant le couvre-feu raciste du 6 octobre 1961.
Selon ce communiqué, il n’y aurait eu que quelques dizaines de tués (c’est un progrès par rapport au communiqué officiel du 18 octobre 1961 qui n’en avait compté que 2), mais bien inférieur à toutes les estimations sérieuses faites depuis (en particulier le travail formidable de Jean-Luc Einaudi) qui évaluent à plusieurs centaines les morts victimes de cette répression barbare.

Les premières commémorations ont été organisées par les associations d’enfants de ces manifestants (ainsi que le MRAP, la LDH...) ; soutenues ensuite par le Maire de Paris et de nombreux élus.

Pourquoi ces approximations ? ces mensonges ?
Certes le président déclarait le 30 septembre dernier : "Nos générations n’ont pas vécu cette guerre, ça nous libère de beaucoup de choses" . Est-ce pour cette raison qu’il s’autorise de telles "fantaisies" ?
Ou, est-ce que ses conseillers sont défaillants ?

Pour lui, nul doute que la perspective de sa candidature dans quelques mois pour la présidentielle, le pousse à instrumentaliser l’actualité, et tout particulièrement ne pas indisposer la droite, les nostalgiques de l’Algérie Française, de l’OAS.

Non, la France doit reconnaître et condamner TOUS les crimes commis en son nom pendant la période coloniale et les mouvements de libération : Guerre de Libération de l’Algérie, mais aussi Madagascar, Cameroun...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé