Henry Moreigne
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 févr. 2011

Autoroutes : Bayrou avait raison

C’est le tube de l’année : augmentation générale des prix et stagnation des salaires. L’annonce d’une hausse moyenne de 2,24 % des péages sur les autoroutes françaises à compter du 1er février s’inscrit dans cette veine.

Henry Moreigne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est le tube de l’année : augmentation générale des prix et stagnation des salaires. L’annonce d’une hausse moyenne de 2,24 % des péages sur les autoroutes françaises à compter du 1er février s’inscrit dans cette veine. Privatisées sous Dominique de Villepin pour officiellement renflouer des caisses de l’Etat déjà vides, la cession au privé des autoroutes constitue un joli cadeau aux grands groupes du BTP et un scandale d’Etat dénoncé avec vigueur mais dans le désert à l’époque par François Bayrou.

Du côté des concessionnaires on explique qu’il faut déduire de la hausse la taxe de 0,32 % destinée au financement des services des lignes ferroviaires déficitaires. A peine en fait 35 millions d’euros très difficilement lâchés par les propriétaires de ces nouvelles poules aux œufs d’or.

Le premier scandale c’est la hausse réelle que vont supporter les automobilistes. Le montant moyen des + 2,24 % cache des augmentations de tarifs localement beaucoup plus élevées notamment sur les tronçons les plus fréquentés. Autant dire que les Français sont loin d’être égaux devant les tarifs autoroutiers.

Au regard des bénéfices enregistrés par les sociétés d’autoroutes, plus de 1 milliard d’euros de profit en 2010, l’augmentation des tarifs en 2011 n’est justifiée ni par l’amélioration des services ni par le développement des infrastructures. Au contraire les privatisations se sont traduites par une course aux économies souvent synonyme de réduction de personnels et dégradation de la qualité du service.

Sans être devin, François Bayrou avait prévenu en 2005 à quelle sauce les automobilistes allaient être mangés. Après avoir pointé une privatisation des sociétés concessionnaires faite “en catimini“, l’élu Béarnais avait dénoncé à l’Assemblée le sacrifice par le gouvernement de l’avenir au présent en rappelant que : “Les sociétés d’autoroutes sont le bien de l’Etat qui rapporte le plus“.

Les15,5 milliards glanés en 2005 par la privatisation doivent notamment être comparés aux 40 milliards de bénéfices qui seront engrangés par les sociétés attributaires d’ici 2032, durée de leur concession. Fort de ce constat le président du Modem était allé jusqu’à contester la légalité d’une privatisation à ses yeux contraire à l’intérêt général et illégale car menée sans autorisation du parlement.

En 2007, la Cour des Comptes sous l’égide de son président Philippe Séguin publiait un rapport au vitriol sur le réseau ASF, filiale de Vinci : “L’équilibre de la concession n’est interprétée qu’à sens unique, en faveur du concessionnaire (…)Le risque d’un déséquilibre en sens contraire, c’est-à-dire de profits excessifs dans l’exercice d’une mission de service public , n’est pas pris en compte“.

L’affaire en restera là car à droite comme à gauche on a trop besoin des grands groupes du bâtiment et il serait suicidaire de se les mettre à dos.

L’appétit indécent des sociétés d’autoroutes françaises s’expliquerait selon certaines sources par leur volonté de dégager suffisamment de cash en France pour pouvoir à l’aide du pactole accumulé faire main basse sur les réseaux routiers étrangers. Une logique qui n’est pas sans rappeler celle d’EDF avec en acteurs centraux des clients captifs.

Cerise sur le gâteau pour les actionnaires, Marianne révélait il y a juste un an que cinq des six sociétés concessionnaires ont obtenu du gouvernement Fillon la prolongation d’un an de leur concession soit l’équivalent d’un cadeau de 2 milliards d’euros.

Puisque décidément le gouvernement Français démontre jour après jours ses qualités de piètre gestionnaire et sa trop grande proximité des grands groupes, une solution contre les tentations serait peut être de transférer la question des infrastructures autoroutières vers l’Union Européenne avec la constitution d’un réseau continental homogène, financé par un impôt européen.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous