Henry Moreigne
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 avr. 2013

Pierre Moscovici doit-il démissionner ?

Henry Moreigne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

La chute de Jérôme Cahuzac fragilise grandement son ex ministre de tutelle Pierre Moscovici soupçonné d'avoir tout fait pour protéger son co-locataire de Bercy. Le ministre de l'Economie peut bien dénoncer les attaques indignes de la droite, 45 jours ont été nécessaires pour rédiger la demande d’entraide fiscale à la Suisse. Mais surtout, il apparaît que si elle avait été mieux rédigée, elle aurait porté ses fruits. C'est en tous cas ce qu'affirme le très sérieux quotidien Suisse, Le Temps.

Pierre Moscovici a beau être un ministre sympathique sa façon de s'exonérer de toute responsabilité dans le scandale de son ex ministre délégué manque singulièrement de panache et de hauteur dans un dossier qui laissera de profondes cicatrices dans la mémoire des citoyens. S'accrocher coûte que coûte à son poste telle une moule à son rocher plutôt que de servir la démocratie en envoyant un signal symbolique salutaire constitue une faute politique grave. "Mosco" comme on le désigne couramment se revendique ni responsable, ni coupable, dans une dissimulation fiscale qui a pourtant échappée (au moins officiellement) à l'Administration dont il a la "responsabilité", si ce mot veut encore dire quelque chose.

Connivences quand tu nous tiens. Sa défense pathétique repose sur le grand jeu de l'indignation et le soutien de personnalités reconnues dans le domaine des finances. Philippe Marini, le président de la commission des finances du Sénat, a ainsi donné via Reuters une sorte d'absolution en déclarant, qu'après analyse des documents, il n'avait pas d'élément pour incriminer monsieur Moscovici et encore moins la Direction générale des finances publiques.

Même son de cloche, sans surprise cette fois, du rapporteur PS de la commission des finances de l'Assemblée.  Christian Eckert,  a ainsi assuré : "le rôle de l'administration fiscale et celui de Pierre Moscovici sont clairs et transparents, et sont juridiquement et moralement exempts de tout reproche".

Pas si simple. La demande d’entraide administrative fiscale adressée le 24 janvier par Bercy à la Suisse pour savoir si le ministre avait détenu un compte à UBS entre 2006 – limite de la prescription fiscale – et 2013 a donc mis 45 jours pour être rédigée. Pour un dossier aussi chaud c'est un délai qui parait long, volontairement long. Peut être dans le dessein de gagner du temps est-on en droit de s'interroger.

La Suisse, qu'on a habituellement l'habitude de railler sur sa supposée lenteur, a répondu par la négative dès le 31 janvier. Mais là où il y a un véritable problème, c'est dans la formulation de la requête.

On ne peut trouver que ce qu'on cherche. "Pourquoi la demande du ministre de l’Economie et des finances, Pierre Moscovici, ne visait-elle que la détention d’un compte à UBS, alors que le nom de la banque Reyl était dans l’air depuis un mois et demi?" s'interroge Alexis Favre, le journaliste du Temps.

La réponse à sa propre question est directe. "On sait désormais que, si la demande d’entraide avait aussi visé un compte chez Reyl, la réponse aurait été positive et aurait précipité la chute de Jérôme Cahuzac: son compte, ouvert en 1992 à UBS, a été transféré en 1998 chez Reyl, où il est resté ouvert pendant onze ans".

Autre source de malaise relevée par nos amis Helvètes : pourquoi la France n'a pas envoyé de demande d'informations à Singapour ? "La France fait une demande à la Suisse sur des éléments prescrits alors qu’à Singapour, ça n’est pas prescrit. C’est quand même bizarre…" conclu Alexis Favre.

On est certes toujours plus intelligent a posteriori mais en l'espèce, Bercy a soit fait preuve d'amateurisme soit, de manœuvres dissimulatrices. Quand on joue avec des allumettes on prend le risque de se bruler. Si Pierre Moscovici veut rester son poste il faut qu'il fasse le jour sur les zones d'ombres d'un dossier qui est loin d'être clos.

Crédit photo : Charles Hendelus

Mise à jour 13h31 le 05/04 : Revirement de Philippe Marini qui demande des informations complémentaires à P. Moscovici

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.