Henry Moreigne
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 sept. 2012

François Chérèque fait fausse route sur la baisse du coût du travail

Henry Moreigne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

chereque © 

Alors que le seuil hautement symbolique des trois millions de chômeurs vient d'être franchi, François Chérèque lance un sacré pavé dans la mare en prônant baisse du coût du travail et flexibilité. Le leader de la CFDT a aussitôt été accusé de faire de "la retape" pour le Medef et les milieux ultra libéraux européens. François Chérèque commet surtout une erreur d'analyse en consacrant le coût du travail et donc le salarié comme principale variable d'ajustement alors que les choix stratégiques et d'organisation sont primordiaux.
Fin 2011, dans les colonnes du Point, Sylvain Broyer, chef-économiste adjoint de Natixis, jugeait  que "l'industrie française ne souffre pas d'un problème de compétitivité" ,  que les problèmes de l'industrie française sont ailleurs.

L'économiste estimait notamment que le recul de l'industrie française et le creusement du déficit commercial ne relèvent pas d'un problème de compétitivité liée aux coûts de production, stable depuis les années 2000, mais à un problème de spécialisation en gamme et géographique. Ce sont bien selon lui les choix stratégiques qui sont en cause "Berlin sert surtout le consommateur, Paris le secteur public. Or ce sont les classes moyennes des pays émergents qui vont augmenter le plus leur consommation !" estimait-il.
Les coûts de production des pays européens ne concurrenceront jamais ceux de la Chine ou de nouveaux pays émergents. La réponse passe par la capacité non pas de baisser le coût du travail mais d'augmenter la valeur ajoutée et l'attractivité des biens produits par leur qualité et leur innovation. Autrement dit d'assurer une montée en gamme l'industrie, et une spécialisation sur les zones géographiques les plus porteuses.

Parce que la France n'est pas l'Allemagne et que le Medef n'est pas le patronat allemand c'est à l'Etat Français d'assurer en lien avec les industriels ces grandes orientations stratégiques. Ce n'est pas pour rien si les fleurons de notre industrie d'aujourd'hui sont issus de décisions politiques d'hier (nucléaire, aéronautique, TGV, téléphone…). Il faut aujourd'hui renouer avec cette tradition en misant sur l'éducation,la recherche et la jeunesse mais aussi un soutien public à l'initiative privée même si cela ne doit pas plaire à la Commission européenne.

Parce que l'auto-régulation du système capitaliste est un mythe avéré, il est temps de rompre avec le dogme de la pseudo concurrence libre et non faussée qui conduit l'Europe dans le mur depuis plusieurs décennies.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl