Henry Moreigne
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 mars 2013

Le FN en embuscade

Henry Moreigne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Déclencher la révolution en Russie fût aussi facile que de ramasser une plume" disait Lénine. L'accélération de la dégradation des démocraties européennes notamment du sud  mais aussi, ici en France, est une vraie source d'inquiétude. Elle devrait, telle la pointe acérée d'une baïonnette, pousser le pouvoir politique à moins d'hésitations et plus de courage dans les réformes.

La sclérose du pays atteint un tel niveau que la crise systémique est proche. Perte d'autorité, absence d'éthique, corporatisme, affairisme et chômage de masse, toutes les conditions sont aujourd'hui réunies pour le grand saut dans l'inconnu. Or, quand la gauche échoue en menant une politique qui semble proche de la droite, quand le centre est inexistant, c'est un boulevard qui se dessine pour un Front National tapi dans l'ombre.

Après s'être essayé à la droite puis à la gauche, ventre affamé n'ayant point d'oreilles, c'est vers l'extrême droite que pourraient se retourner, en dernier recours, les français.

Il faut regarder la vérité en face. Crise économique, insécurité, perte de confiance dans les partis politiques classiques et dans la construction européenne … Toutes les conditions sont réunies pour que le FN devienne le pivot de la vie politique française.

Un Front national relooké, féminisé, propre sur lui et faussement républicain. Sous le maquillage le côté sulfureux demeure et la république, la Gueuze qu’il faut abattre.

Avis à ceux qui à l’UMP sont tentés par une alliance : quand on veut dîner avec le diable, mieux vaut avoir une longue cuillère.

Simple hirondelle ou vrai printemps, les législatives partielles de l’Oise qui opposeront au second tour un candidat du FN à un UMP qui n'en est pas très éloigné, est riche d’enseignements. D’autant que la candidate socialiste a été éliminée au premier tour en réunissant sur son nom moins de 12,5% des inscrits.

Le taux record de 67% d'abstention ne semble pas avoir troublé outre-mesure l'état-major du parti socialiste dont le Premier secrétaire est parti en Afrique faire la leçon à ses camarades de l'internationale socialiste.

Pourtant, pour qui sait lire les augures, l'effondrement de la côte de popularité du pouvoir socialistes, les élections partielles et l'affaire Cahuzac qui ne fait que débuter, sont les signes avant-coureurs d'un séisme politique imminent dans un contexte où l'Europe n'est plus perçue comme un bouclier ou un socle démocratique mais, comme une menace pour nos modes de vie et nos biens. Sur la carte de l’Union Européenne, la Hongrie en pleine dérive autocratique constitue un point de moisissure sur un fruit mal portant qui n'est pas sans rappeler la gangrène fasciste des années 30.

Nous devons ici en France y prendre garde. Loin de se bunkeriser, la meilleure défense étant l’attaque, le pouvoir socialiste serait bien avisé de passer à l’offensive. Et puisque les caisses sont vides, c’est sur le champ de la démocratie qui ne coûte rien qu’il devrait agir.

Précisément sur trois axes simultanément. Tout d’abord en engageant le combat pour une démocratisation des institutions européennes via un renforcement du rôle du parlement, condition sine qua non pour prétendre réorienter la construction européenne. La réforme de la Vème république ensuite  à travers l’introduction d’une dose de proportionnelle, la recherche d’un meilleur équilibre entre les pouvoirs législatifs et exécutifs et la fin d’un quinquennat mortifère par le tempo qu’il impose. Un nouvel acte de la décentralisation enfin qui ne soit pas la cacophonie organisée telle que la prévoit l’Acte 3 mais une vraie réflexion sur une organisation administrative de notre pays adaptée au 21ème siècle, régulée par de vrais contrepouvoirs et dans laquelle le citoyen aurait toute sa place.

Il serait temps de réaliser que les démocraties, comme tout mode d’organisation, ne sont pas éternelles et que, comme les vélos, quand elles n’avancent plus, elles tombent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI