Henry Moreigne
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 nov. 2010

Bouclier antimissile américain : sécurité contre vassalité

Henry Moreigne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On appelle ça un enterrement de première classe. Le sommet de l’Otan de Lisbonne du 19 novembre marque un tournant pour l’UE et pour la France. Paradoxe de l’histoire, quelques jours après avoir célébré le 40éme anniversaire de la disparition de Charles de Gaulle, Nicolas Sarkozy en souscrivant au projet antimissile de l’Otan met un coup de poignard à la doctrine de la dissuasion et un terme à la conception d’une certaine idée de la France.

C’est fait. Les républiques marchandes de l’Union Européenne ont tombé le masque en s’engageant à devenir officiellement, par le biais de l’Otan, un simple protectorat américain. La surprise n’est pas tant là que dans le fait que la France soit sur la même longueur d’onde.

Les chefs d’Etat européens à défaut de signer un pacte avec le diable ont abandonné l’âme européenne dans un marché de dupes. Le sommet de l’Otan à Lisbonne, a adopté, sous les flashes et les sourires, la proposition américaine de déployer un bouclier antimissile en Europe.

Ceux qui avaient en leur temps dénoncé avec vigueur le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN voient leurs pires craintes confirmées. Le troc est simple : sécurité contre vassalité. Les 21 pays de l’Union européenne membres de l’Alliance ont tranché: la sécurité du continent revient à l’Otan.

La petite mort du rêve d’une Europe de la défense va de pair avec la fin d’une certaine idée de la France. La rupture promise par Nicolas Sarkozy a bien eu lieu. La diplomatie française déjà mise à mal par une politique de grands écarts, de souplesse d’échine devant les puissants et de démantèlement par un assèchement financier du réseau diplomatique, a pris un sacré coup sur la tête.

Adieu la liberté de ton d’une puissance moyenne, parfois dérangeante, conquise à la force du poignet par une carte de membre du club très fermé des puissances nucléaires. La force de frappe française sera bientôt à ranger avec les souvenirs de grand-papa.

On aura beau clamer du côté Français dans un total revirement sur les deux décennies passées que la défense antimissile est un complément et non un substitut à la dissuasion nucléaire, la messe est dite.

Rares sont les observateurs qui dénoncent la marginalisation de nos armes nucléaires alors que celles-ci fêtent cette année leur cinquante ans. Un demi-siècle plus tard, la vision Gaullienne de l’indépendance de la France est-elle surannée ? Les bénis oui-oui de l’Oncle Sam avalisent par ce renoncement le sentiment de déclassement de tout un pays noyé dans une mondialisation qui met à mal tous les étages du modèle français.

Même s’il s’en défend, Nicolas Sarkozy, plus intéressé par les affaires économiques que militaires, n’a que peu de considération pour la bombe, qu’il range au musée des vestiges de la grandeur gaullienne. Le général aura d’ailleurs sans doute mangé son képi en voyant Nicolas Sarkozy prôner à Lisbonne une France toujours plus intégrée dans l’Otan.

L’accord militaire Franco-Britannique signé à Londres le 2 novembre dernier avait déjà fait de la dissuasion nucléaire de ces deux pays un simple boulet financier. Si des mutualisations intelligentes sont prévues aucun programme nouveau n’est envisagé.

Les dirigeants des deux pays sont sensibles aux sirènes d’une Amérique qui, sous prétexte de dénucléarisation, se propose de prendre sur ses épaules la question atomique.

Las, dans notre Europe vieillissante, l’Allemagne joue le cheval de Troie en prônant la sanctuarisation, la dénucléarisation du continent européen, comme si l’Europe avait pour vocation de devenir une grande Suisse sous l’aile protectrice américaine.

Une Allemagne décadente démographiquement et moralement, obnubilée par ses petites affaires, qui a oublié un peu rapidement les enseignements de la politique de la canonnière.

Fatigués d’avoir trop versé leur sang, les européens s’engagent à n’être que des forces militaires supplétives, comme en Afghanistan, dans une stratégie et une conception du monde à 100% américaine.

Outre le fait que le projet de bouclier antimissile sera particulièrement onéreux, plusieurs milliards d’euros, la contribution financière des européens permettra de financer l’industrie militaire outre-atlantique au détriment de la recherche européenne et de notre propre tissu industriel. En revanche, l’essentiel, l’accès aux données et au commandement central du dispositif est loin d’être acquis.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann