Herbert Geschwind
Apprentissage tout au long de la vie, historien des conflits, de la déportation et de la Shoah
Abonné·e de Mediapart

107 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 févr. 2018

Les médecins et les banques

En juin 2016, Terra Nova a présenté ses propositions pour "sauver le bac". En pointant la lourdeur du cérémonial national, nous proposions une refonte complète des deux dernières années du lycée.

Herbert Geschwind
Apprentissage tout au long de la vie, historien des conflits, de la déportation et de la Shoah
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En juin 2016, Terra Nova a présenté ses propositions pour "sauver le bac". En pointant la lourdeur du cérémonial national, nous proposions une refonte complète des deux dernières années du lycée.

(notre sous-titre : "quatre semestres pour certifier et orienter") afin de mieux préparer nos jeunes à l'enseignement supérieur. Le ministre de l'Éducation nationale a annoncé sa volonté de réformer le baccalauréat et a mandaté une commission de réflexion présidée par Pierre Mathiot pour lui faire de recommandations. Après avoir été auditionnés par cette commission, ses auteurs ont souhaité apporter un complément aux réflexions de 2016 sur la réforme du bac, en soulignant en particulier la nécessité d'introduire une part significative de contrôle continu dans la validation des années de lycées. C'est un point clé de la réforme, sans lequel on risque en effet d'alourdir encore plus le baccalauréat actuel, et de gaspiller ainsi de précieuses ressources institutionnelles, sans vraiment rompre avec un "bachotage" complètement contre-productif du point de vue des apprentissages et de la formation.

Quelle est cette soif de renouvellement et de révolution qui s’empare de la France à la veille d’affronter une concurrence sauvage menée par des forces alliées en des organismes gigantesques cherchant à se déployer sur les fronts du commerce en ligne si ce n’est du commerce tout court ? Regardez la publicité visible sur les listes qui cherchent à attirer des clientèles diverses et variées sous prétexte de reconstitution, de modernisation, de recomposition sous le prétexte irréprochable de rapports financiers insuffisants, de modernisation indispensable, de rendements négatifs. Tous les regards se portent sur des affaires qui seraient en train de péricliter parce qu’ayant pris trop d’années inutiles, de ne pas avoir su prendre en temps voulu le train de la modernisation , du renouvellement, de nouvelles orientations économiques, financières capables de sauter le pas de la révolution des méthodes de gestion,  d’organisation non de la société mais des sociétés laissées progressivement à l’abandon parce que tel dirigeant n’a pas eu les yeux assez attentifs, le regard assez aiguisé pour sauter le pas de la modernisation. Le tout habillé d’un jargon à faire frémir de sidération un peuple désemparé par autant de remue-ménage propre à faire tomber de la selle les cavaliers les plus chevronnés pour qu’ils s’allongent aux pieds des soubrettes qui ne comprennent rien à ces mouvements soi-disant vitaux pour la bonne santé des entreprises qui sont devenues le fin mot des relations sociales. Pendant que les lampions de la médecine et des sciences s’éteignent, ceux des métiers du don à l’autre périclitent à l’instar des territoires en voies de désertification médicale, humaine, où les rares prétendants à l’occupation de professions honorables et honorées se comptent par dizaines et non par milliers si les proportions des aidants dans l‘espace public et privé étaient respectées. Regardez les publicités qui concernent les espaces disponibles pour les arrivants aux départements de formation des nouvelles professions. Ils ne devraient être attirés que par les métiers du numérique qui remplacent les âmes par des chiffres et des nombres. Leur indigence confine à l’inappétence sinon à la nausée et aux vomissements. Cette saturation est-elle susceptible d’exciter la voracité des apprenants qui ont d’autres chats à fouetter que ceux qui se promènent en Chine pour servir d’appâts aux fringales des populations à la recherche de la moindre pitance, y compris celle du gibier constitué par les félins ambulants à la recherche de toute protéine assimilable. Pendant ce temps les caissières sont en voie de disparition au point de considérer qu’elles pourraient quitter leur emploi pour être versées dans les stocks des robots devenus inutiles pour cause de neutralité de gout et d’indifférence aux sensations gustatives élémentaires. Quels nouveaux capteurs faudra-t-il imaginer pour équiper ces nouveaux monstres des dispositifs électroniques capables de distinguer l’aigre du sucré et l’amer du salé ? Les pauvres robots auront bien du mal à différencier les saveurs offertes par les nouvelles sociétés des fabricants de biens de consommation, surtout quand ils sont alimentaires. A moins de ne plus avoir pour choix que les produits des grandes compagnies qui n’auront pour caractéristiques que de minimes différences entre les paquetages de Toyota et de Mitsubishi. D’ici là nos éducateurs auront eu le temps de différencier les résultats des contrôles de connaissance entre les Finlandais, les Coréens et les Japonais. Sans passer par les filtres des correcteurs anglo-saxons ou russophones ?         

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat