Opinions d'un soignant

Un sursaut, un raz le bol (oui raz car c'est un raz de marée!), face à des décisions qui semblent de bon sens, alors que c'est surtout pour justifier des politiques aberrantes.

Vendredi 13 :

je travaille dans mon Bloc, au sein de ce que l'on appelle un ESPIC, c'est à dire un hôpital qui participe au service publique, sans être de la fonction publique. Donc en théorie, hôpital de troisième ligne, c'est à dire que nous ne prendrions en charge que des patients non COVID19+ pour soulager les autres structures (AP-HP) afin qu'ils puissent prendre en charge les patients COVID19+. Pour cela nous arrêtons toutes les interventions non urgentes, pour lesquelles il n'y a pas perte de chance pour le patient. Logique et cohérent.

Lundi :

Depuis 2-3 jours tournait sur notre cercle whatsapp l'idée d'un confinement total. Première décision  des médecins anesthésistes de la structure, port du masque chirurgical obligatoire, même dans les couloirs.

Bonne idée ? Oui mais, car il y a un mais; c'est pour éviter de se contaminer ! euh non pour éviter de se contaminer c'est un FFP2 ou un FFP3 ? Mais comme on n'en a pas, ça sera masque chirurgical ! Avec comme argument final, car le premier est débile et ils s'en rendent compte, si tu es porteur, tu ne contamine pas les autres. Là je suis d'accord, mais alors pourquoi ne pas faire une RT-PCR ? Non c'est réservé aux patients graves. Euh quel intérêt ? faudrait plutôt faire des tests sur les patients asymptomatiques (tout le monde), et les confiner ? pas vraiment de réponses cohérentes. La réponse je l'aurai dans la presse, il n'y a pas assez de tests... Nous avons le droit à une formation pour habillage en cas de patient COVID19+ (je suis au bloc...) avec une surblouse et un tablier en plastique, un seconde charlotte, des lunettes de protection et des gants. Bien, mais, la surblouse n'est pas étanche c'est pourquoi le tablier en plastique est obligatoire, nous n'avons pas assez de lunettes, donc en les retirant nous les mettons dans un bacs avec un détergeant/décontaminant et je ne suis pas sur que nous aurons suffisamment de gants.Alors pourquoi pas utiliser nos casaques chirurgicales et nos gants? Trop cher ! et c'est vrai ! Donc je ne parle même pas de combinaisons comme en chine.

Mardi :

Je suis off, car nous sommes en 12H. La décision est tombé; confinement total à partir de midi. Je vais faire les courses avec ma femme le matin (pas des stocks!) et je vais croiser un nombre incroyable de personnes avec des masques chirurgicaux. Ce qui va finir par faire craquer ma femme, qui va me dire, en croisant une porteuse de masque, : "ne t'approche pas, elle est contaminée !" et la personne de dire "non je me protège". T'AS PAS COMPRIS QUOI DANS LES MESSAGES ! Plus loin je vais croiser un grand C.. sans chaussure noire, qui porte un FFP2... autour du cou ! Put.. Il n'y en pas pas assez pour nous et il se ballade, sans le mettre correctement.! Je rentre chez moi et me calme. Et à 20 Heures, j'entends une clameur dans la rue. des voisins se mettent à la fenêtre et applaudissent. C'est pour rendre hommage aux soignants. Merci, c'est sincère, mais VOUS ÉTIEZ OU IL Y A QUELQUES MOIS QUAND ON SE FAISAIT GAZER PAR LES CRS ALORS QU'ON RECLAMAIT PLUS DE MOYENS ? MOUTONS JUSTES CAPABLES DE BELER DANS LE SENS DU VENT ! Ce sont vos votes depuis des lustres qui nous ont réduit à la portion congrue, au nom de : marre des fonctionnaires !

Mercredi:

Retour au bloc. Dernières infos, au moins 4 membres personnel soignant contaminés. Bon. Attendu, triste, mais attendu, pas de formes graves pour l'instant. Bien que nous soyons troisième ligne, nos cadres se méfient et décident d'ouvrir une salle réservée pour les patients COVID19+, quelque soit la chirurgie. Et de monter une réa  de 6 lits dans le réveil pédiatrique, car comme nos salles ne tournent plus beaucoup, nous avons des respi disponibles. Bien vu ! nous aurons à opérer 2 patients COVID19+, et qui partent dans notre réa... donc nous ne sommes plus COVID free en moins de 24 heures ! et nous avons 4 patients COVID19+ dans notre réa...

Après 12 heures de boulot en ambiance survolté (je ne dirais pas en guerre), je quitte mon masque et part prendre un bus pour rentrer chez moi.Et là, horreur ! Dans la centaine de mètres entre l’hôpital et l’arrêt je vais croiser des dizaines de "joggeurs", sans masques ! Ben ils ont le droit me direz vous. Oui mais réfléchissez, il exhalent à fond. Formant des aérosols, et non des gouttelettes, donc la distance de protection n'est pas de un mètre, mais de plusieurs. je n'ai pas compris cette autorisation faite par le gouvernement, je suis contre, et ne me parlez pas de bien être, si c'est pour mettre les autres en danger.

J'ai aussi pris le bus avec un sentiment de danger. Car je n'ai pas imprimé mon autorisation de déplacement, pensant naïvement, que mon badge pour accéder au bloc, ma carte de l'ONI (Ordre National Infirmier) avec photo, seraient des preuves suffisantes de mon métier. Non disent les policiers, il faut une feuille de papier imprimé sur le site du ministère de l'intérieur. OK je l'ai sur mon téléphone en format PDF, non on veut du papier !! Comment dire... je sais décontaminer l'écran de mon téléphone, de ma tablette, mais si je tente de décontaminer une feuille de papier, ça va devenir illisible.. C'est la pro-cé-dure, point barre, sinon amende Les policiers n'ont pas de masques, mais peuvent toucher un papier contaminant. Belle logique.

 

Je respire un grand coup (chez moi) et me calme, mais il y a beaucoup plus à dire et je fatigue... Je ne sais pas si nous parviendrons à tenir 4 semaines.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.