Hervé Fuyet
Journaliste entre autres
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2020

Des questions préoccupantes concernant la vraie origine du coronavirus

Selon le site web de contestation de Hong Kong SOUTH CHINA MORNING POST " Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères tweet que l’armée américaine a apporté un coronavirus à Wuhan". Par Sarah Zheng (Traduction de l'anglais au français par Michaelle Lafontant)

Hervé Fuyet
Journaliste entre autres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des questions préoccupantes concernant la vraie origine du coronavirus

Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères tweet que l’armée américaine a apporté un coronavirus à Wuhan.


Zhao Lijian a demandé à ses partisans de partager les allégations du site Web de conspiration selon lesquelles la maladie serait originaire des États-Unis


Elle survient alors que de hauts fonctionnaires américains, dont le président Donald Trump, ont cherché à la décrire comme un "virus étranger".

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Zhao Lijian, a écrit sur Twitter : "C’est tellement étonnant que cela a changé beaucoup de choses auxquelles je croyais."


Photo : AP

Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a utilisé Twitter vendredi pour renouveler ses déclarations à propos du nouveau coronavirus, qui, selon une affirmation non prouvée aurait été apporté par l’armée américaine dans la ville centrale de Wuhan, où l’épidémie a commencé.

Zhao a exhorté ses plus de 287.000 followers dans deux tweets vendredi matin à partager largement une allégation d’un site web de conspiration basé au Canada selon laquelle le coronavirus - qui est devenu une pandémie mondiale - provenait des États-Unis plutôt que du marché des fruits de mer de Wuhan qui serait sa source.

Un porte-parole de l’ambassade américaine à Pékin a refusé de commenter les tweets de Zhao.

L’allégation était apparemment liée à la participation de l’armée américaine aux Jeux mondiaux militaires internationaux qui se sont tenus à Wuhan en octobre et qui ont attiré des concurrents de plus de 100 pays.

Coronavirus : Des origines mystérieuses à une menace mondiale


La plainte incendiaire et non vérifiée de Zhao - un tweeter prolifique promu directeur général adjoint du département de l’information du ministère des affaires étrangères en février - est arrivée malgré une réaction générale à ses premiers tweets sur le sujet tard dans la journée de jeudi.

"Quand le patient zéro a-t-il commencé aux États-Unis ? Combien de personnes sont infectées ? Quels sont les noms des hôpitaux ? C’est peut-être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan", a écrit Zhao sur la plateforme, inaccessible à la plupart des Chinois, jeudi. "Soyez transparent ! Rendez publiques vos données ! Les Etats-Unis nous doivent une explication !"

Le sujet du hashtag "Zhao Lijian a envoyé cinq tweets consécutifs interrogeant les États-Unis" avait été lu plus de 4,7 millions de fois sur Weibo, le Twitter de la Chine, à partir de vendredi midi, avec beaucoup d’éloges sur la rhétorique du diplomate.

Ces derniers jours, Pékin a de plus en plus repoussé l’idée que le coronavirus, qui provoque une maladie connue sous le nom de Covid-19, était originaire de Chine, même si les premiers cas y ont été signalés en décembre. Depuis, le virus s’est propagé dans plus de 100 pays, avec plus de 130 000 cas dans le monde et plus de 4 900 décès.

Les rumeurs selon lesquelles le coronavirus aurait pu être fabriqué dans un laboratoire de chimie comme une arme biologique ont déjà été largement écartées par les scientifiques, qui ont souligné que sa constitution génétique ne permettait pas d’étayer une telle affirmation.

Alors que Washington s’efforce de ralentir la propagation du virus aux États-Unis, de hauts fonctionnaires américains, dont le président Donald Trump, ont cherché à le qualifier de "virus étranger", le secrétaire d’État américain Mike Pompeo et les dirigeants républicains allant même jusqu’à l’appeler "virus de Wuhan" ou "coronavirus chinois".

La semaine dernière, Zhao a déclaré aux journalistes lors d’une réunion d’information qu’"aucune conclusion n’a encore été tirée sur l’origine du virus", et qu’il y avait des "arrière-pensées" à l’étiqueter comme étant d’origine chinoise. Il a cité les remarques de Zhong Nanshan, l’éminent expert chinois en matière de maladies respiratoires qui fait désormais autorité sur l’épidémie, selon lesquelles le coronavirus ne serait pas originaire de Chine.

Pompeo a affirmé la semaine dernière que Washington avait "une confiance assez élevée dans le fait que nous savons où cela a commencé" : "Pas moins d’autorité que le Parti communiste chinois a dit qu’il venait de Wuhan, alors ne croyez pas Mike Pompeo sur parole."

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo fait partie de ceux qui ont utilisé le terme "virus de Wuhan".

Au milieu d’une rivalité stratégique déjà tendue entre les grandes puissances, Pékin et les médias soutenus par l’État chinois ont été encore plus enhardis dans leur critique des États-Unis, d’abord parce qu’ils ne soutiennent pas suffisamment les efforts chinois pour combattre le virus, ensuite parce qu’ils "stigmatisent" l’épidémie comme provenant de Chine, et maintenant parce que Washington a lui-même fait des faux pas dans la gestion de l’épidémie aux États-Unis.

Les diplomates chinois, dont beaucoup ont utilisé Twitter ces derniers mois dans le cadre de la campagne de Pékin en faveur d’un engagement international plus important, ont activement défendu les politiques de Pékin visant à contenir l’épidémie en Chine sur les plateformes des médias sociaux.

Zhao lui-même a été l’un des premiers diplomates chinois à adopter Twitter, en utilisant une rhétorique enflammée que certains ont comparée au style de tweet de Trump. Le diplomate, qui a passé quatre ans en tant que numéro 2 à l’ambassade de Chine à Islamabad jusqu’en août, a été au centre de la controverse dans le passé avec la conseillère à la Sécurité nationale américaine Susan Rice qu’il décrivait comme une "honte raciste" et d’une "ignorance choquante" pour ses commentaires sur la ségrégation raciale à Washington.

Des observateurs chinois très connus, dont Bill Bishop, rédacteur en chef du bulletin Sinocism, et James Palmer, rédacteur en chef de Foreign Policy, ont déclaré avoir été bloqués par Zhao sur Twitter après avoir critiqué ses derniers tweets sur le coronavirus.

Interrogé en février sur le blocage de personnes sur Twitter, dont l’observatrice de la Chine Bonnie Glaser du Centre d’études stratégiques et internationales, Zhao a déclaré : "Si vous n’aimez pas les remarques de quelqu’un, vous avez le droit de le bloquer".

South China Morning Post


Chine / Société 


https://www.scmp.com/news/china/society/article/3075051/chinese-foreign-ministry-spokesman-tweets-claim-us-military


Publié : 12:52pm, 13 Mar, 2020


Par Sarah Zheng

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica