Action pour le retour du bénéfice des péages d'autoroutes dans le domaine public.

Les péages privés servent uniquement à financer l'inactivité des plus fortunés, propriétaires des sociétés d'autoroutes, via les fonds de pensions et fonds institutionnels. Une forte sensibilisation citoyenne doit permettre à certains élus, honnêtes et volontaires, d'avoir derrière eux tout notre soutien et notre volonté pour mener à bien le retour des péages au domaine public.

Bonjour à tous

Pour ne pas déprimer, information doit quelques fois rimer avec action;

 D’abord un petit retour sur ce plus grand (et surtout apparent) cambriolage  de bien public réalisé depuis 1789.

Commençons avec la plus ancienne  référence pour mieux appréhender les subtilités qui ont  rendu inéluctable ce dit  cambriolage.

Même si on aurai pu remonter aux philosophes grec et leur immenses connaissance de la nature humaine, je préfère  celle de Otto Abetz, ambassadeur d'Allemagne en France de 1938 à 1939, puis durant toute la durée de la guerre.

En ce temps là, ce grand connaisseur des mœurs de notre pays avait pour habitude de dire: "il y a trois forces en France: le communisme, la haute banque et la Nouvelle Revue française" ( Camus, par Virgil Tanase, Folio bibliographie).

Nul doute qu'il avait su, après cette déduction, bien préparer la future défaite française (voir "a droite toute", mini-série de Marcel Bluwal), et comment anticiper la collaboration future de nos élites industrielles, bancaires et étatiques, avec le troisième Reich. Leurs promettre qu'après une rapide défaite (déjà si bien ancrée dans la tête de ces élites réactionnaires et défaitistes, voir L’Étrange défaite ), leur vie bourgeoise, leur enrichissement, leur avancement, continuerai de plus belle avec l'ennemie au pouvoir.

Durant cette triste période, complices des hommes politiques, ces élites, au sein des ministères (Intérieur, Justice, Finance,...), SNCF, ont organisé, planifié, en collaboration avec l'ennemi,  de longs convois de trains avec wagons à bestiaux; remplis de femmes, d'enfants, nourrissons, entassé sans eau ni nourriture, avec au milieu du wagon un tonneau pour mettre leur déjections avec les mains;  poussé à bras pour être mieux entassé pendant de long jours, sous la canicule ou le froid intense. Ignoraient-ils ces "détails" sur les dit trains? ils n'allaient jamais dans les gares? les cheminots ne faisaient jamais remonter l'information? Pas là peine de documents d'archives pour ne pas en douter; 

Lors des diners mondain avec ces occupants, si bien élevé,  de la grande bourgeoisie  comme eux souvent, leur curiosité naturelle ne leur faisaient poser aucune questions? leur grande instruction ne leur avait pas fait ignorer non plus "Mein Kampf" et le triste sort promis aux français, et surtout aux juif en général, après la victoire de l'armée allemande.Que des camps de concentration existaient en Allemagne depuis 1934; que dès 1942 la résistance polonaise avait apportée la preuve des camps d'extermination au Zyklon B ; et malgré tout cela ils ont consciencieusement obéit aux ordres jusque aux dernier convoi possible logistiquement. Seul leur subalternes ont souvent eux tenté d' enrayer la machine infernales (cheminot résistant, commissaires ou simples policiers avertissant, via leurs enfants leurs camarades dans les écoles, les familles de confession juive des futures rafles).

Que dire de la majorité des grand industriels qui ont tant contribué à l'effort de guerre ennemi en leur fournissant canon, camion, toute sortes de métaux, contre espèce sonnant et trébuchant bien sur! Et donc pour couronner le tout il fallait financer tout cela; car le nazi était malin; il était tellement plus efficace d'obtenir tout cela très rapidement avec de l'argent; quel meilleur moteur que la cupidité, plus que la force qui pouvait elle entrainer résistance, opposition et donc ralentir la machine infernale.

C'est là qu'intervient "la haute banque" précédemment citée.La nationalisation en 1945 (comme pour Renault, Gnome et Rhone) des 4 principales banques de crédit (deux des ancêtre de la BNP, la Société Générale, et le crédit Lyonnais) laisse augurer de leur rôle dans ce financement. Nul question pour une grande majorité d'entre eux, déjà et toujours , d’intérêt général, de patriotisme, de sacrifice aux nom de valeurs morales primant sur tout enrichissement personnel ou de caste.Tout en sachant.Voir https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2011-3-page-45.htm

Pour les Hauts fonctionnaires c'est la création de l'ENA qui est mise sur pied; Proposée dès 1936, c'est en 1946 qu'elle a lieu; pour nombres de dirigeants d'alors, cette école allait aussi, peut être, enfin, développer chez les haut fonctionnaires plus de conscience patriotique , humaine, voir d’indépendance d'esprit, face à des ordres de personnels politiques  totalement anti républicain, tournés contre leurs propres con-citoyens.

Toute ces contorsions prises avec une supposée morale, ces acceptations du pire du pire, auraient du constituer un vaccin éternel pour absolument tous leurs successeurs; Pourtant notre présent, notre histoire récente prouve le contraire.

Le bénéfice faramineux des péages d'autoroute offert à des intérêt privé est, entre autre, là pour le prouver.

  Privatiser l'impôt, priver de petits agriculteurs, artisans, d'une retraite décente, qui vous place en dessous du seuil de pauvreté, parce que les caisse serait vide! Alors que pendant ce temps, de haut fonctionnaires, à Bercy, grand  banquier entre deux plans de carrière,  s'échinent à  transférer ce bénéfice à des fond de pension, fonds institutionnel ( nos grandes banques, peut être parmi les mêmes citées plus avant), pour les retraites des plus fortunés de part le monde. Collaborer, toujours collaborer.

En 2014, pour Vinci, 12,3%du chiffre d'affaire, 45,2% du résultat!https://www.monde-diplomatique.fr/2016/03/DE_LA_CASINIERE/54958

Le Monde économie, 06/12/2016: En 2015 le chiffre d'affaire a progressé de 2,5%, à 9,5 Milliard d'€, et le bénéfice de 16,5% à 2,2 Milliard d'€!!! "les flux de trésorerie opérationnel dégagés ont permis de distribuer aux actionnaire des dividendes dont le montant a fait plus que doubler", révèle l'ARAFER Ceux ci ont en effet progressé de 127,5% à 3,3 milliard d'€ en 2015, et sont supérieur aux bénéfices du secteur.

 Du choix même des péages en 1955 à la mise en places des sociétés d'exploitations, tout est sujet à controverse; pourquoi des péages alors que les autre pays occidentaux, USA, Royaume-Uni, Allemagne en tête n'ont jamais choisi cette option? cela coûte cher, outre leur construction il faut une route nationale "gratuite" en parallèle, à construire et entretenir.

A chaque fois l'on retrouve des hommes un pied dans des entreprises ou banques d'affaires, un autre dans le ministère de l'industrie puis de l'équipement en 1968. Ou l'on retrouve un banquier d'affaire (et Inspection des Finance) Albin Chalandon ministre de l’Équipement de 1968 à 1972; sa fiche Wikipédia le vente comme un des principal instigateur du développement des autoroute à péage; avec à ses  début un directeur de cabinet (George Pébereau), en place depuis quelques années déjà; Celui ci le quittera pour rejoindre Ambroise Roux (lui aussi présent au cabinet de l'Industrie de 1950 à 1954,au coté du ministre Jean-Marie Louvel) Polytechnicien, homme d'affaire, et surtout président de la CGE (compagnie générale électrique) à partir de 1970 (à la suite de J-M Louvel, devenu lui président de la Compagnie en 1955). compliqué tout ça...Un an plus tard, en 1971, la CGE prendra le contrôle de la SGE (Société Général d 'Entreprise), future...Vinci.

George Pébereau a un frère, Michel,(Inspection des Finances) qui après avoir  mené à bien la privatisation de la BNP en 1986,  en devient le président. Sur qu'entre la poire et le fromage on devait discuter intérêt général...

 2002, le contribuable ayant bien fini de payer, Laurent Fabius entame la première partie du cadeau avec 49% des part d'ASF à Vinci; charité bien ordonné commence par sois même! Tout à son honneur,  Mr Raffarin, ensuite premier ministre de J.Chirac, refuse de continuer  la gabegie et il faut attendre Dominique Galouzeau de Villepin, une fois premier ministre, pour finaliser le hold up en 2006; sans consultation de l'assemblé nationale, entre lui et le président Chirac.

Un article de l'Express, du temps de la campagne de la primaire de l'UMP, m'avait mis la puce à l'oreille; parcourant la France pour sa propre personne, Bruno Le Maire faisait en tout lieu profession d'honnêteté (je sais j'ai assisté à l'une d'elle dans le Cantal); ses petits camarades concurrents  se sont chargés dans cette article (que je n'ai pu retrouver) de lui rappeler comment il était arrivé là.

Très confiant dans sa personne, monsieur Le Maire faisait entendre régulièrement que si Mr Galouzeau était brillant orateur et amusait la galerie, c'était lui le premier ministre (officiellement dir cab du Premier ministre Galouzeau) au travail; Or donc c'est bien lui, aussi,  qui à géré le dossier "cadeau des autoroutes" (j’étais étonné que ses camarades de droite, dans l 'Express, faisaient clairement étalages que cette affaire était une escroquerie empreinte de corruption). Bref, tu as croqué aussi alors ferme là.

Et mention était apporté au fait que l'éminent juriste en poste à Bercy (Directeur des affaires juridiques, http://www.carlara.com/fr/les-associes-du-reseau-carlara-international/jerome-grand-d-esnon) pour ce genre d'escroquerie n'était autre que Jérôme Grand d'Esnon, que l'on retrouvera directeur de la campagne des primaire de Bruno Le Maire. Monsieur d'Esnon à maintenant rejoint un grand cabinet d'avocat d'affaire conseil. Toujours affaire, affaire. Avocat d'affaire, banquier d'affaire... il n'y a que ces deux métier en France? tout simplement cela permet de toucher l'argent en rétribution du service rendue quand l'on était dans la fonction publique; par de juteux contrats avec les grandes société avantagées. pour un travail fantôme si possible.Corruption.Ou de faire l’aller- retour, dans un sens ou dans l'autre,... je m'y perd...

Et en toute discrétion, il n'y a aucune obligation de révéler le nom des clients; pas vu pas pris. La loi est bien faîtes (par eux). Mr de Villepin est aussi devenu avocat d'affaire après le cadeau des autoroutes; Ça ne l’empêche pas d'avoir son rond de serviette sur radio France.

Bruno Le Maire que l'on retrouve au ministère des finance en train de céder, entre autre, le monopole de l'aviation commerciale d'Iles de France de nouveau à Vinci... Avec comme directeur de cabinet un tout frais banquier d'affaire, Emmanuel Moulin, issu de la banque italienne Mediobanca. Cette Haut banque est à la fois actionnaire du consortium prenant l'aéroport de Nice, et... comme ça tombe bien, conseillé de l'état pour cette privatisation! privatisation des bénéfice d'on s'occupe personnellement à Bercy Emmanuel Moulin!

Et un président, Mr Macron, que je ne présente pas, qui à déjà dans ses précédentes fonctions a ardemment défendu, par deux fois au moins, les rentes des société d'autoroutes, contre l'intérêt général.

En refusant tout "éclairage" de Bercy (en tant que ministre de l'économie) pour l’enquête de la commission parlementaire de l'Assemblée Nationale sur les péages privés, menée par  Mr Chanteguet, député suppléant de Mr Sapin; le tout malgré des demandes réitérées de Mr Chanteguet ;  Il à été contraint à la démission, faute de pouvoir faire aboutir son travail. https://www.mediapart.fr/journal/france/100315/la-rente-des-societes-dautoroutes-est-bien-protegee.

Et en s'opposant à une décision de justice en faveur d'un citoyen, Raymond Avrillier, pour rendre public les derniers contrats de concession; tellement à l’encontre de l'intérêt général qu'à se jour, malgré donc les obligations rappelées par la justice, ces contrats sont cachés pour nous qui payons, par la haute administration. Qui préfère la collaboration avec les puissances de l'argent.https://www.mediapart.fr/journal/economie/220716/autoroutes-le-tribunal-administratif-rappelle-macron-l-ordre.

La rédaction de cette "synthèse" de toute les infos que j'ai pu glaner ici ou là, a commencée avant la vague "gilet jaune"; donc cela change quelque peu la forme de l'action; En premier lieu je pensais à une information de tout ceux qui trouvent normal de payer, par des tracts, le plus percutant possible, collés un peu partout sur les péages, stations services, etc...pour qu'à un moment, certains,  bien conscient de l'injustice enfin flagrante, se décident à démonter sans vandalisme les barrières. Je crois que peut être il y à moyen de sauter une étape...

Hervé Lacalmontie

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.