Hestia
Promeneur solitaire
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

2 Éditions

Billet de blog 26 nov. 2009

Hestia
Promeneur solitaire
Abonné·e de Mediapart

La télé rend (au minimum) con

Hestia
Promeneur solitaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Petit à petit, la France bascule de la télévision analogique à la télévision numérique terrestre (TNT). Le choix devient presque aussi large que l'éventail d'une belle andalouse. Dix-huit chaines gratuites contre six aujourd'hui ; au 30 novembre 2011, tout le territoire français sera couvert. Aujourd'hui de nombreuses études révèlent la toxicité de la télévision notamment pour les enfants. Alors que se développent des chaines spécialisées pour les enfants de moins de 3 ans, les chercheurs mettent en évidence la suspension de la motricité qui peut entraîner une modification des circuits synaptiques entre les neurones ce qui a pour conséquence une hyperactivité et un déficit attentionnel.
C'est notamment la réduction considérable de l'attention et de la relation entre parent et enfant qui est pointée. La télévision en quelque sorte se substitue aux parents et vient de cette manière court-circuiter ce que le philosophe Bernard Stiegler appelle une "écologie de l'affect" dans la famille tout autant que dans les relations sociales. On a vu ainsi diminuer la conversation familiale, en l'espace de 15 ans, d'1h12 à 34 minutes aux Etats-Unis. Le message "consumériste" de la télévision à l'égard des enfants a également pour effet de rendre l'enfant responsable dans 60 % des cas des intentions d'achat des parents. La publicité, qui a bien compris cela, joue volontairement un rôle funeste dans ce développement de "l'enfant consommateur".
Pendant des années on a pensé qu'il était bon pour les enfants de leur donner de l'alcool. Il s'agit maintenant de lutter contre un nouveau fléau qui cette fois-ci relève non seulement de l'économie domestique mais aussi de la politique des pouvoirs publics. Car des parents seuls, au milieu d'un univers où l'unique pulsion commande, ne pourront jamais totalement remédier à cet environnement dans lequel ils baignent eux-mêmes. La pauvreté de l'image et du discours que véhicule les chaînes les plus regardées est directement inféodée à une idéologie strictement marchande, abrutissante et dont les effets, créant frustration et mal être, commencent à se faire sentir de manière dramatique.
Pourtant, la télévision peut aussi proposer des programmes non polluants et retrouver une forme d'outil pédagogique, de transmission du savoir et de la discussion portée jusqu'au cercle familial. Inventer d'autre manière afin de ne pas subir la fascination morbide de l'image et des objets qu'elle nous promet passe par un éveil de la critique que seul le contact direct des choses, du réel, peut produire. L'éducation à une image active et non passive, purement hypnotique, est ce travail de l'imagination créatrice. C'est-à-dire finalement de produire cet invisible que le visible de l'image cache sous son manteau bariolé, séducteur mais si pauvre en vie.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte