Quels sont "les problemes communs" auxquels le Japon et la France sont confrontes?

Au Japon, le fasciste d'extreme droite "Shinzo Abe", le parti de la marionnette americaine "Democrate Liberal" etle parti culte-religieux "Komei" ont monopolisela politique Japonaise et ils font la "politiuqe de peur" depuis sept ans.

Au Japon,le parti d'opposition, comme les medias et le mouvement citoyen n'ont aucune intention de renverser le "regime fasciste Abe Shinzo","la dictature d'Abe" est autorisee pendant sept ans.

En France, "le Mouvement de Gilet Jaune" a developpe une lutte nationale feroce contre la politique du President Macron, un agent de la mafia internationale financiere de Rothschi qui fait le traitement preferentiel pour les riches.

Cependant, le renversement de l'administration Macron n'a pas ete realise.

▲Quels sont les "problemes communs" auxquels le Japon et la France sont actuellement confrontes?

Ce n'est pas seulement de probleme du Japon ni de la France, mais c'est le probleme commun des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la Chine et de la Russie.

C'est-a-dire qu'il n'y a pas de "democratie directe" dans le systeme politique.

Le systeme politique actuelle du Japon et de la France est "la democratie indirecte" appelee "la democratie parlementaire".

Au Japon, il existe "le systeme de cabinet parlementaire" dans lequel les electeurs choisissent les parlementaires aux elections generales et le representant d partis politique ayant remporte la majorite des sieges a la Chambre des Representants sont nommes le Premiers Ministres.

En France, les electeurs choisissent le President de la Republique une fois tousles 5 ans dans l'elections presidentielle et le President nomme un representant du parti majoritaire de la Chambre des Representants comme le Premier Ministre pour organiser le cabinet.

Le probelme commun du Japon et de la France est que meme si le Premier Ministre du Japon ou le President francais elu par les electeurs repete la "mauvaise politique" contre la volonte du peuple, la seule chose que les electeurs peuvent faire est de "ne pas choisir " le meme Premier Ministre ou le meme President lors des prochaines elections qui auront lieu dans 4 ou 5 ans.

Meme si 50 000 personnes se rassemblent devant la Diete au Japon et crient "Renversez le cabinet Abe", la police anti-emeute reprimera la foule.

En France meme si "le Mouvement Gilet Jaune" mobilise des dizaines de milliers de personnes et crie "Vaincre Macron" et repete violemment des manifestations dans la rue, il est egallement reprime par la police anti-emeute.

De cette maniere, le Japon et la France ne possedent pas de "democratie directe"dans laquelle "la Nation Souveraine " pourra renverser directement "le gouvernement contre la volontequi de la Nation" ou elle modifie directement les lois et les systemes contre la volontequi de la Nation".

▲Les citoyens japonais et francais devraient mettre en place "le systeme de vote national direct" qui fonctionne bien en Suisse!

En Suisse ayant 8,2 millions d'habitants, "la democratie directe" est le plus avancee du monde.

En Suisse quand "la Nation Souveraine" n'est pas satisfait de la Constitution, des lois et des systemes en vigueur et elle souhaite en modifier ou abolir,e;;e collecte le nombre minimum de signatures d'approbation (100 000 dans le cas d'une revision constitutionnelle) et soumette "l'Initiative Refendum National" ou "I'Initiative au Referendum Regional" au gouvernement federal ou au gouvernement d'Etat, "le vote direct" sera mis sur "le Referendum National ou "le referendum Regional" sera realise dans un an et demi,meme si le gouvernement n'etes pas d'accord pour l'affaire.

Par exemple dans "le referendum national" sur l'amendement constitutionnel, quand "l'Initiative Refendum National" a obtenu la majorite de vote dans plus de la moitie de 26 Etats Suisses et en meme temps il a obtenu la majorite de vote total, "l'amendement constitutionnel" serait realise directement par la volonte du peuple sans passer par le parlement.

(fin)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.