L'assiette criminelle et sadique, ou notre immonde humanité

Et c'est une nouvelle intrusion dans un abattoir qui sidère... Et interroge sur le genre humain, ces foules de fins gourmets et amateurs de "Blanc bleu belge", "filet mignon", "Bleu d'Auvergne" ou encore "œufs mimosa"...

 

Vous lisez ces lignes.

Merci, vous avez franchi le pas, curieux, furieux, sérieux...

 

L'ignorance étant voulue par nos éleveurs, transporteurs, abatteurs et responsables politiques...

La dissonance cognitive étant l'anesthésie du spéciste qui a entrouvert le rideau de la connaissance...

Le plaisir gustatif générant d'irrépressibles élans vers les arts de la table...

Vous avez du mérite d'être là.

 

Extrait de ma mauvaise humeur, de ma stupeur, de ma fureur,

Je n'ai qu'une seule question, inspirée par l’ignominie qu'est l'alimentation carnée et ovo-lactée :

 

Pouvez-vous lire la dernière vidéo L 214,

seconde après seconde,

la première minute, la deuxième, la troisième,

et maintenir cette alimentation coupable ?

 

... Et cela sans prétexter que vous connaissez votre boucher et votre fromager, et que vous leur faites "confiance" ou encore que l'on peut faire "autrement".

Car labellisé Bio ou non, issu du petit éleveur ou de l'industriel, l'issue est la même...

Car même "autrement" aucun être sentient ne consent à être séparé des siens, à être privé de liberté, à être abattu...

 

C'est ici :

https://www.l214.com/enquetes/2018/abattoir-made-in-france/boischaut/

 

Vous n'avez pas tranché la question par un trop banal "Oh non ! Je ne peux pas voir, c'est horrible, je sais"...

Vous ne vous êtes pas retranché derrière la "tradition" ou les "violences antispécistes" envers telle vitrine...

Vous n'êtes pas résigné, fataliste, cynique...

 

Vous avez regardé ce miroir.

Vous êtes désormais face à vous-même.

Encore merci !

 

Je retourne aux tourments que seule mon espèce sait infliger. Qu'elle peut aussi refuser.

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.