Hippolyte Varlin
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 oct. 2019

"Dégage, vieille truie !", ou de la police En Marche

On percevait les ombres des cris et des douleurs issues des banlieues, ces marges dites hostiles où, nous disait-on, la police était en mission périlleuse sinon impossible. Et on pouvait douter. Désormais, c'est du cœur des agglomérations que les outrages pleuvent sur nos frères et sœurs. Du sang souvent, des humiliations toujours. Maintenant, nous savons. Des mots, puis des actes.

Hippolyte Varlin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La scène est brève, d'une simplicité grise, mais ô combien révélatrice de l'esprit délétère qui se répand dans les rangs de policiers et policières qui, pourtant, ont intégré les rangs d'une institution républicaine qui exige autant d'eux et d'elles qu'elle oblige tous ceux et toutes celles qui croisent leur chemin. Le respect comme langage, la fraternité comme étoile.

Or quelque chose a été brisé. Qui se lit de samedi en samedi, et désormais jour après jour. Avant les coups, il y a toujours l'esprit, et les mots.

Ici, il s'agit d'une passante. Non pas un œil perforé, ni une main arrachée, ni une mise à terre musclée avec une pluie de coups. Cela viendra juste après. Ici donc, une passante qui pourrait être notre sœur, notre amie, notre mère. Et la dame émeut par sa fragilité et sa force, lacérée par l'offense qui lui est faite, debout lorsqu'elle s'obstine à répéter son indignation.

C'était aux portes de l'hiver. Cet hiver dure toujours, par delà la rudesse d'un été. Et l'on s'interroge sur la nature du régime qui s'installe, vil et glacial, sur les silences qui eux, ouvrent les portes, aussi.

" Dégage vieille truie " Un policier de la BAC insulte une passante © L'info Citoyenne

Désormais, quelque chose est rompu. Croiser les "forces de l'ordre" devient anxiogène. Que l'on empreinte un espace public en quidam regagnant son domicile ou son lieu de travail ou tel commerce, que l'on soit touriste dans le "pays des droits de l'Homme", que l'on soit juste à sa fenêtre ou que l'on soit citoyen ou citoyenne exerçant tout simplement ce droit élémentaire qui est de s'exprimer ensemble dans la rue, cette rue qui a tant façonné, et dans le sens du progrès car de la conquête de libertés individuelles et collectives, l'Histoire de ce pays qu'est la France. Désormais, il faut y réfléchir à deux ou trois fois avant d'oser battre le pavé. Comme il convient de saluer le courage de ceux et celles qui persistent dans l'exercice de la citoyenneté.

Des mutilés, des éborgnés, des outragés, des tués. Qu'a-t-on fait de la police, du fameux "Karcher" qu'il convenait de dégainer dans les territoires abandonnés de la République aux armes de guerre à présent déployées dans nos rues et avenues illustres ? Et ce au grand dam des défenseurs des droits humains jusqu'aux sphères onusiennes.

Il y avait Bouna et Zied. Il y a toujours Bouna et Zied. Il y a depuis peu Zineb et Steve... Et le "dégage vieille truie !" est le prélude aux bavures et aux crimes.

Le salut ? A trouver dans les rangs de la police, assurément. Que ceux et celles qui désapprouvent par respect du droit, que ceux et celles surtout qui ont en horreur les atteintes à la dignité humaine, relèvent la tête, pour dire l'infamie de comportements d'individus qui ne sont pas à leur place. Malgré les consignes et suggestions odieuses, malgré la verticalité qui s'affirme toujours plus pesante, menaçante et étouffante.

Et que tombent les masques ! Hong-Kong vient d'interdire le port du masque aux manifestants, rejoignant ainsi la France qui a réussi à basculer le droit d'exception dans le droit commun. Observons la République des frères Morice : elle est imperturbable, car portée par la triade Liberté - Égalité - Fraternité. Avec le suffrage universel comme base. Alors, que la police découvre ses visages. Car elle ne doit être que républicaine et non au service d'un seul, ni d'un clan, ni même d'une majorité issue du scrutin majoritaire à deux tours.

Fraternelle, elle renouera avec le peuple.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac