Jimmy Scott, l'accomplissement par les arts

L’homme est debout, regard haut et lointain, une apogée…

Jimmy Scott Nothing Compares 2 U © i Kropka.

 

Cigarette à la main, résolument fringuant, il est seul dans un bain noir et bleu qui lui sied. Obscurité et douce lumière, la première semblant céder à la seconde, l’image dit la force et l’exquise délicatesse de sa voix, de ses mélodies et de ses textes…

C’est une station de radio en grève qui, en guise de retrait et de silence, accorde l’antenne à la musique. Rare bénéfice sans doute d’une mobilisation citoyenne opposée à la « compétitivité » et autres nécessités de « s’adapter à un monde qui bouge ». Et là, un grand moment d’absolu : Nothing Compares 2 U, par Jimmy Scott… L’inconnu qui n’en est pas un est vite identifié par un logiciel de reconnaissance musicale et l’air devient envoutant. Somptueux, ivre d’amour et de sagesse, de mélancolie aussi. Et une rare fusion voix et piano, tous deux dialoguant avec sensualité. Nous l’écoutons.

Alors que disent posture et regard ? La résignation ? La solitude ? La détermination ? La persévérance ? La résilience ? L’apaisement ? La révélation ? L'Être ?

Incontestablement, l’élégance face à l’adversité, toujours. L’individu n’a-t-il pas été heurté dans son précoce envol, chanteur déjà, frappé par la défaillance des adultes d’abord, par le très rare syndrome de Kallmann ensuite, à l’âge de 14 ans ? Et un corps et un esprit qui résistent, puis cette voix de soprano, et le succès qui s’installe lentement, malgré les petitesses environnantes. Enfin, la gloire que couronne le temps : Jimmy Scott est une étoile, pour artistes et anonymes. Saveur.

Et cette cigarette dans une main délicate, alors ?

Esthétique, mais oui, qui dit aussi les deux faces d’un même volcan, ici création et destruction, le destin étant de lutter, étiré par ses entraves souvent, pour atteindre la gloire qui est de ne jamais sombrer définitivement. Ainsi se nourrir des contraires pour s’émanciper, guérir par la création et l’éblouissement d’un public restant sans voix, et qui guérit, à son tour.   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.