Hippolyte Varlin
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 mars 2019

Combien de géants pseudo-Jupiter aura-t-il terrassés?

Quand jaillissent des rues de France des visages et des vies brisés, émerge des âges antiques la détresse d’un Géant. Ou quand la main puissante des sommets impose sa loi, et que s’affirment empathie et postérité pour les vaincus, et opprobre pour les vainqueurs…

Hippolyte Varlin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Genou à terre, ailes déployées aussi somptueuses que vaines, entravé par le serpent Erichthonios le mordant au torse, la tête saisie par la fougueuse Athéna, le fils du Ciel et de la Terre, Alcyonée, happe immanquablement le regard du visiteur du Musée de Pergame à Berlin… Et peu lui importe le couronnement de la déesse aux yeux pers par Niké, la Victoire ailée. Née guerrière du crâne du maître de l’Olympe, la divinité debout s’apprête à dépecer sa victime sous le regard terrifié de Gaia, mère de l’infortuné surgie du sol…

Ce visiteur sait-il seulement qu’il s’agit là d’une scène fameuse de la Gigantomachie, ce combat entre les divinités et les Géants en révolte contre la tyrannie de Zeus ou Jupiter ? Et en l’occurrence des Géants défaits par la Sagesse guerrière soit le triomphe de l’ordre sur le désordre qu’ils incarnent ? Sait-il que ce haut-relief du Grand Autel de Zeus à Pergame fut réalisé à la gloire du souverain Attalide Eumène II vainqueur des rebelles Galates au IIe siècle avant JC ?

Il voit assurément une insulte à la vie, une existence fauchée à l’heure de sa plénitude et des vastes desseins, comme il voit la colère abattue, un jour plus récent, sur le visage d’Athéna au puissant bouclier, comme sur celui de la Victoire… Deux visages brisés à leur tour. Effacés des mémoires. Et qui ne pèsent pas face au vaincu.

Trois questions se posent alors :

La gloire par la force est-elle la gloire ?

Le désordre appelle-t-il le déploiement des armes ?

Les visages qu’un autre Olympien ravage aujourd’hui, un Jupiter revendiqué, emportant leur foi en la Cité et leur Souci de l’Autre, ne sont-ils pas en passe de jeter dans l’infamie l’ordre qu’il impose ?

Ce sont les visages et les mots disant les maux de nos frères et sœurs, de ces 2000 victimes répertoriées, Agnès, Antoine, Axel, David, Franck, Jérôme, Philippe, Vanessa, Victor, Vitalia, Yann, notamment, qui transpercent l’ordre médiatique dont la monumentalité n’a rien à envier au Grand Autel de Pergame. D’imposants édifices tous deux et qui ne sont rien face aux humanités vraies.

On les remerciera comme on saluera le site Le vent se lève pour son enquête et son partage ici modestement relayé :

GILETS JAUNES : LES BLESSÉS QUI DÉRANGENT © Le Vent Se Lève

Citoyens et Citoyennes, ils sont nos Géants.

Pourront-ils déployer leurs ailes à nouveau ?

Agnès : « D’un coup, je me suis tournée vers eux, j’ai vu un canon qui me visait et là, j’ai été mais… sidérée, quoi ! Mais pourquoi moi ? Qu’est-ce que… pourquoi on me vise ? J’ai pas compris… Et là, y avait des policiers en civil avec un brassard orange et là ils m’ont dit « bien fait pour ta gueule, salope » … et à mon mari : « petit PD, connard ! » alors qu’on était en train de monter dans le camion des pompiers ».

Antoine (simple passant) : « Là où j’étais autour de moi, moi-même je ne voyais pas de policiers, je voyais pas de CRS, c’est pour ça que d’ailleurs je me sentais encore moins en danger… »

Franck : « Au moment où je tourne la tête, j’ai reçu ma balle de LBD 40. Et quand j’étais à l’abri, j’ai vomi, j’ai vomi beaucoup de sang. Je mange pas, je dors pas, chaque fois que je veux dormir et que je ferme les yeux j’ai des flashs et je revois la scène. Quand on regarde, on dirait que j’étais mort. Pour moi, c’est foutu. J’aurai plus de travail… »

Vitalia : « Là je vois que des matraques, je ne vois même plus de corps, je vois que des matraques qui frappent, qui frappent… Sur le moment j’ai une grosse douleur. Je pleure, beaucoup, tellement que j’ai mal. Je m’accroche au mur parce que je ne tiens plus debout, mes jambes ne répondent plus… Le fait d’avoir le cerveau en miettes, la mémoire en miettes, on ne reconnaît plus notre vie, tout est en miettes… C’est vraiment très difficile de retrouver une cohérence parce qu’on est brisés à plusieurs niveaux, émotionnel, cognitif, physique, psychologique… »

Yann : « Je souris tout le temps. Même là je souris beaucoup mais j’ai beaucoup de mal. Franchement, j’aime pas du tout, j’aime vraiment pas… Les dents bougent et elles sont en train de tomber… C’est bête, mais même dans l’hôpital ça sentait le lacrymo, pour vous dire le nombre de blessés… Dès que je vois un képi, j’ai envie d’aller lui montrer mon grand sourire… Ils sont censés être là pour nous protéger, pas pour nous taper dessus… »

Vanessa : « Je supporte plus de sortir toute seule. Je ne comprends pas pourquoi parce que je sais que personne ne va me tirer dessus dans la rue, mais voilà… La femme de 34 ans est devenue une petite fille de 12 ans. C’est toute ma vie qui est impactée parce que moralement je suis anéantie. Il n’est pas normal de se lever un matin, d’aller juste marcher dans la rue pour dire non à certaines choses et se faire tirer dessus… »

Victor : « On m’a asséné plusieurs coups de matraque télescopique, j’ai déclaré que j’étais de la presse, que je faisais mon métier. Ils m’ont répondu qu’ils en avaient rien à faire et ils ont continué à m’asséner des coups jusqu’à ce que je perde connaissance… »

David : « J’avais le reste de la mâchoire du fond qui pendait, donc ils ont mis des vis. Et si ça tient, on peut passer à une greffe de moelle osseuse. Je n’ai plus de gencive, ils m’ont mis une plaque en titane aussi, car l’os ici a été cassé, et en même temps est partie la gencive, le palais et les dents avec, et ça a touché les sinus aussi… On n’a même pas les moyens d’aller chez un psychologue, ce n’est pas remboursé… Il va y a avoir une génération de traumatisés face à ça, c’est sûr… »

Axel : « J’ai toujours de grosses douleurs et en plus de cela j’ai toujours des acouphènes, les vertiges… Le gros problème qu’il y a c’est qu’en plus j’ai des angoisses. Et j’ai perdu l’odorat au passage, donc aujourd’hui je ne sens plus rien… »

Et tant d'autres...

Merci à eux !

Et dire qu'en 2017 l'impératif était de voter contre l'obscurité...  Manuela Cadelli, magistrate belge, n'avait-elle pas déclaré, déjà, que le néolibéralisme est un fascisme ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra