hortense_marie
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2021

Être née fille

hortense_marie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Être née fille signifie faire attention à nos moindres faits et gestes. 

Être née fille c’est se faire lire des contes de fées où « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants » après que le prince ait sauvé la princesse. C’est se voir répéter en permanence d’être calme, modeste, gentille, douce. Être née fille c’est croire qu’on est faible, impuissante. Qu’on ne doit pas aimer l’aventure, les voitures, les trains, les maths, le bleu. C’est ne pas avoir de caractère, ne pas tenir tête et surtout pas à un homme. Mais c’est aussi recevoir des photos de bite dès notre plus jeune âge. 

Être femme c’est ne pas pouvoir accéder aux postes que l’on souhaiterait et mériterait, parce qu’on est simplement née fille. C’est voir notre avis, notre consentement ou non-consentement bafoués.

Ça veut dire emprunter un itinéraire plutôt qu’un autre. Ça veut dire faire attention aux vêtements qu’on porte, aux gens, bars et villes qu’on fréquente. Imaginer tous scénario possible une fois la porte de chez nous traversée. Ça veut dire avoir peur de chaque homme qu’on croise lorsque qu’il fait nuit. C’est se pousser au passage d’un homme ou se faire rentrer dedans. Se voir toucher les fesses, effleurés les seins. Se faire coller, serrer dans les transports en communs, sous prétexte que la rame est pleine. Avoir peur du verre qu’on nous tend. Avoir peur lorsqu’un homme nous invite chez lui. 

Ça veut dire se faire traiter de pute, salope, trainée, dévergondée, tentatrice, provocatrice ou bien de sainte nitouche, coincée, fille facile, innocente, naïve. Ça veut dire se faire accoster partout et n’importe quand. 

« Bonsoir Mademoiselle »
« T’es bonne »
« Tu veux combien ? »
« Tu réponds pas ? Salope ! »

Se faire harceler jusqu’à, parfois, céder. C’est subir les regards les plus gênants, répugnants et repoussants. Parfois, c’est voir le mec en face de nous se branler dans un lieu public, en toute sérénité. Lorsqu’on veut porter plainte, c’est voir notre témoignage remis en cause et entendre que c’est de notre faute. Qu’il ne fallait pas être comme ci, s’habiller comme ça.

Être femme c’est ne surtout pas gagner et surtout se taire. C’est ne pas savoir, être idiote, se faire décrédibiliser et expliquer notre travail, notre vie, notre comportement. 

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès