Participer, c'est (se) tromper?

Ils ne veulent pas qu'on les entende, ils ne veulent pas qu'on les voit. Ils ne voudraient pas qu'on s'aperçoive qu'elles ne correspondent pas à ce qu'ils disent d'elles. Ils voulaient les libérer quand ils les croyaient soumises, ils veulent les soumettre maintenant qu'ils les savent libres.

Ils ne veulent pas qu'on les entende, ils ne veulent pas qu'on les voit. Ils ne voudraient pas qu'on s'aperçoive qu'elles ne correspondent pas à ce qu'ils disent d'elles. Ils voulaient les libérer quand ils les croyaient soumises, ils veulent les soumettre maintenant qu'ils les savent libres. Mais le fait de militer pour la participation des premières concernées à un débat qui les persécute sans relâche n'est-il pas une façon d'ajouter une clause à un contrat que nous n'avons pas signé ?

Je me demande de plus en plus si la présence des principales intéressées dans les débats portant sur le voile ne finira pas, si tant est qu'elle commence, par se retourner contre elles, et plus largement contre le combat qui est le leur, le nôtre. À l'instar des contradicteurs qui, pensant apaiser un climat hystérisé en s'opposant aux laïcistes radicaux, l'ont, bien malgré eux, alimenté. Parce que le substrat des débats auquels on assiste depuis des années maintenant est intrinsèquement islamophobe, il devient de plus en plus évident qu'y participer sert davantage l'islamophobie que ne la combat, en dépit de la volonté, du bon sens et de la rigueur morale et analytique de certains intervenants.

Oui, il est insupportable de les entendre parler du voile sans donner la parole à celles qui le portent. Oui, il est insupportable de les voir conjecturer sur ce qu'elles pensent, ce qu'elles font, ce qu'elles sont sans jamais leur permettre de parler en leur nom. Oui, il faut saluer les rares personnes qui leur rendent un tant soit peu de cette visibilité insupportablement confisquée. Mais le sort qui leur est réservé quand elles sont (finalement) invitées à s'exprimer n'en est pas moins insupportable et relève davantage de la perquisition morale que de l'éthique retrouvée.  

Pourquoi portez-vous le voile ? Depuis quand ? Votre père vous l'a-t-il imposé ? Votre frère peut-être ? Votre mari alors ? Est-il l'étendard d'un islam politique ? Que pensez-vous des frères musulmans ? Du voilement des petites filles ?...

Autant de questions inquisitrices, tantôt posées par l'avocat soucieux de prouver la probité de la "femme voilée", tantôt par le procureur avide de démontrer sa duplicité. Des points de vue différents mais des procédés similaires qui font d'une femme portant le foulard une coupable, soumise aux regards curieux, aux interrogations perfides, scrutée tel un rat de laboratoire dont il faudrait percer les moindres recoins de l'âme. Qu'elles soient accueillies avec défiance ou bienveillance, hostilité ou cordialité, elles seront, bon gré mal gré, dans une posture de justification qui les amenera à se raconter intimement dans le but de tranquilliser ceux qui les soupçonnent du pire, elles qui ne sont coupables que d'être ce qu'elles sont. Les femmes qui portent le voile ne manquent pas au débat, c'est le débat qui est de trop, et espérer plus de représentativité de leur part dans ce contexte, c'est finalement accepter que perdure ce débat inique en y suppléant un soupçon de moralité. Galvauder la liberté d'expression en promouvant la haine des musulmans, c'est ce à quoi servent les innombrables joutes médiatiques qui nous sont imposées quotidiennement. On repousse chaque jour un peu plus loin le curseur de l'inacceptable, et on finit par tolérer pour les musulmans ce qu'on abhorrerait, à raison, pour les autres.

"Accommodez-vous de moi. Je ne m'accommode pas de vous" disait Césaire. Parce que débattre autour des thèmes "les femmes voilées peuvent-elles étudier, courir, chanter, se baigner ou accompagner des enfants lors des sorties scolaires ?" c'est s'accommoder. C'est s'aligner sur une ligne éditoriale choisie par de frénétiques islamophobes qui n'ont cessé de transformer les débats démocratiques en tribunaux populaires.

Et si il reste indispensable de contrer intellectuellement et politiquement les fomenteurs de haine, porteurs de théories létales, il l'est tout autant de ne pas niveler par le bas le niveau d'exigence, de respect et de dignité qui nous est à tous théoriquement garanti, en refusant d'être les outils des faiseurs de spectacles assoiffés d'audimat qui, comme disait Bourdieu, règne sur les consciences.

La question de la présence des femmes portant le foulard dans les débats portant sur le foulard ne devrait même pas se poser. Reste à déterminer si cette dynamique islamophobe, qui rapporte à ceux qui l'organise autant qu'elle coûte à ceux qui la subisse, peut être combattue en nourrissant ceux qui ont tout intérêt à la voir perdurer. 

Houria Adoum.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.