À Didier, de tout mon cœur

À Didier, de tout mon cœur.

C’est formidable.
Tout le monde présente ses excuses, la commission européenne a l Italie ,
Et Le préfet de Paris quant aux propos tenus concernant les patients admis en réanimation, justement punis de leur inconscience à ne pas respecter le confinement et à présent bien punis par un tube dans la trachée, na!
Sauf que ...
Sauf qu’il y a des choses qui ne s’excusent pas Didier ...
eh non
Encore moins par communiqué de presse.
Quand une éructation nous échappe à table on présente ses excuses.
On présente ses excuses quand,par mégarde nous avons bousculé une personne dans la rue .
On présente ses excuses en personne, accompagné de son enfant quand ce dernier s’est battu dans la cour de l’école et à fait mal a un autre enfant.
On présente ses excuses quand on a été malpoli.
Tu dis : « Pas besoin d'être sanctionné pour comprendre que ceux qui sont aujourd'hui hospitalisés, qu'on trouve dans les réanimations, sont ceux qui au début du confinement ne l'ont pas respecté. Il y a une corrélation très simple »
Qu’entends-tu par « simple » Didou?
« Stupide »? « Benêt »? « Cretin »?
Aucun de ces qualificatifs ne semble correspondre au degré d’insulte qui te fait dépasser la débilité la plus stratosphérique.
Te voilà lancé par le programme spatial de la bêtise, en orbite autour d’une astéroïde d’ordures.
En réanimation, sais tu qui flotte dans les limbes entre vie et mort ?
Des travailleurs, qui ont des familles, des enfants, une vie.
Des soignants .
Mes confrères, mes collègues, qui te soigneront peut être un jour et qui s’engagent sans protection dans cette crise sanitaire impensée par les personnes auxquelles tu obéis.
Peut être que moi, pour une drôle d’histoire de masque qui manque, je serais le prochain ? Qui sait?
Pas toi
Toi tu ne sais rien
Rien de la réanimation, rien de l’hôpital, rien de rien.
Tu ne sais rien même du respect le plus primaire de la vie de ton prochain.
Ta langue est une botte crottée que tu essuies négligemment sur le drame que nous vivons. Et tu étales ces propos défécatoires sur l’écran des télévisions.
Et tu penses que l’on peut présenter ses excuses ?
Didier va t’en.
Sors de nos vues, de nos vies.
Va assouvir ta haine loin de nous.
Va battre un chien en cachette, va donc faire un croche patte à un unijambiste dans une ruelle glauque par une nuit mauvaise comme toi, pour assouvir cette hideuse chose que l’on devine derrière ton propos,
Va vivre ta vie de crapule sans amour.
Garde ta langue purulente dans ta bouche.
Remet le couvercle sur tes pensées putréfiées.
Et si il te reste une once de dignité, non pas par devoir républicain, mais juste parceque tu es un homme...
Démissionne .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.