Hugo Boursier
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2015

Lettres de non-motivation, du Thomasset trop facile

Pour son premier spectacle où il ne figure pas sur le plateau, Vincent Thomasset présente Lettres de non-motivation au théâtre de la Bastille, à l'occasion du Festival d'Automne.

Hugo Boursier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il s'inspire d'un recueil de textes de Julien Prévieux, qui a répondu pendant huit ans à des offres d'emplois par la négative. Avec cinq interprètes sélectionnés par petites annonces, le metteur en scène tente de « donner corps à un texte a priori inadaptable », comme il le décrit dans sa Note d'intention. Mais devant l'obstacle textuel que représentent les Lettres de non-motivation, la marche, pour Vincent Thomasset, était sûrement trop haute.

Ecran de fumée

Autour d'un banc en bois et d'un vieux micro, un écran blanc est planté. Première lettre. François Lewyllie arrive, déclame avec timidité sa non-motivation, et se tait. Il reste en place. Silence. Puis on lit sur l'écran la réponse automatique de l'employeur. Rires dans la salle. Forcément, car le texte est drôle et décalé ; il touche chaque personne qui se confronte à la recherche d'emploi. Deuxième lettre. Anne Steffens rejoint son collègue, récite sa lettre, elle refuse le poste : la verrerie, c'est pas dans l'air du temps. L'écran affiche la réponse de l'employeur. Poliment, il lui explique que ce travail concerne des gens qui ont vraiment besoin du poste, et s'il n'est pas intéressé, qu'il aille voir ailleurs. Soudain une gêne s'installe.

Vincent Thomasset voulait éviter « l'effet catalogue », pour un texte rugueux et répétitif. Mais en usant de l'écran comme véritable acteur comique, le procédé perd en pertinence. S'il est drôle lorsque la réponse de l'employeur est arbitraire, les réponses originales semblent fades. Ce passage obligatoire au virtuel donne un tempo décousu à la pièce, en obligeant le spectateur à lire en vitesse ce qui est projeté.

Désireux d'inventivité

Les interprètes se succèdent, et mettent en forme le texte comme une suite de sketchs. Ce qui manque dans ce spectacle, c'est une plus grande créativité. Dans la monotonie de la mise en scène, les actes différents apparaissent comme une bouffée d'art frais. Le voyage d'une lettre, partant de l'entreprise jusqu'à la lecture du candidat, fonctionne : c'est le récit intime d'un processus méconnu. Parfois le metteur en scène investit pleinement le texte, en déformant les rapports de force, ou en incarnant le phrasé de l'employeur et du candidat. Devant une interprète à la tête basse, comme opprimé, Johann Cuny mime la réponse négative d'un RH, les sourcils froncés et le geste accablant. On entend la lettre en voix-off. L'objectif de l'« L'hyper-jeu », tant voulu par Thomasset, est atteint. Il l'est rarement pendant l'heure à peine dépassée de la pièce.

Salutations distinguées

Le projet de Julien Prévieux est comique. Il exploite le paradoxe d'une lettre de motivation. Pour le candidat, il s'agit de camoufler la simple nécessité d'avoir un job, pour mettre en valeur son dynamisme et son éventuel parcours. Pour l'employeur, mieux vaut décrire l'avenir radieux qu'il propose, plutôt que le nombre petit en bas de la fiche de paie. Dans ce jeu de mensonges admis par la société, l'artiste livre aussi un projet social. La rigidité du protocole, l'obligation de la performance, le caractère déshumanisé des réponses automatiques. Or Vincent Thomasset l'a confié : son théâtre n'est pas social, et pour ce spectacle, les deux amis ne se sont pas concertés. Chacun est resté à sa place. Dans sa Note d'intention, le metteur en scène explique que « le projet ne pardonne pas les erreurs, le théâtre outrancier, ou encore, l'approximation ». A trop vouloir s'écarter des extrêmes, on obtient un rendu flou, inadapté aux critiques mises en évidence par Prévieux. Surtout lorsqu'il s'agit de problématiques concrètes.

Soyons clairs, le théâtre peut ne pas être engagé. Mais quand un spectacle est issu d'un matériau social important, la création artistique doit être là pour créer de nouvelles voix, susciter des émotions inédites. Lorsqu'elle est insuffisante, le rire devient moquerie, et le spectacle, bancal.

Informations :

Du 10 au 21 novembre, au Théâtre de la Bastille

Conception, mise en scène : Vincent Thomasset


Texte : Julien Prévieux


Avec : David Arribe, Johann Cuny, Michèle Gurtner, François Lewyllie, Anne Steffens

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Dans le Béarn, des jeunes empêchés de s’installer en maraîchage bio
La communauté de communes de Pau a lancé un projet de « Ceinture verte » : l’installation d’une dizaine de paysannes et paysans par an autour de l’agglomération. Mais six jeunes sont actuellement suspendus au bon vouloir de la Safer, qui privilégie l’agrandissement des fermes existantes.
par Amélie Poinssot
Journal — France
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO