Hugo Boursier
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2016

"Fever Room" d'Apichatpong Weerasethakul : un théâtre d'écran et de fumée

Critique de "Fever Room", la création théâtrale d'Apichatpong Weerasethakul.

Hugo Boursier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hangar noir et fumée dans l'air. Quelques gradins, et au sol un rectangle de lumière dessiné par les projecteurs au plafond. Le public laissé seul s'installe à l'intérieur. Les premiers chuchotement hagards s'égarent et laissent place au silence général. Obscurité complète. Pour le Festival « Welcome to Caveland », une manifestation artistique des souterrains, le Théâtre des Amandiers ouvre ses portes à Apichatpong Weerasethakul. Le cinéaste s'essaie pour la première fois au théâtre avec « Fever Room ».

Un premier écran s'abaisse et s'éclaire sur une chambre d'inconnus thaïlandais. Puis une plage, une ville, un hôpital, les images se succèdent accompagnées d'une voix off. Ces fragments d'une journée donnent au spectateur un récit déconstruit. A lui de trouver ou non des éléments de compréhension. La caméra se trouve ensuite sur la proue d'un bateau lorsqu'un deuxième écran descend des cintres, pour venir au-dessus du premier. Puis un troisième et un quatrième, situés à droite et à gauche du public installé sur les quelques gradins.

Pour celui installé à même le sol, le spectacle s'éprouve physiquement. Pendant les quarante premières minutes du spectacle, où les images sont continues et projetées sur les quatre écrans, les positions changent. Que regarder ? Les vagues caresser le sable d'un côté, un bateau de l'autre, ses voyageurs en face ? La liberté du spectateur de voir ce qu'il veut marque aussi les corps. Les jambes se croisent et se décroisent, les têtes tournent, forcées de maintenir le regard en hauteur. Certains s'allongent, d'autres s'endorment. Une liberté sous forme douleur intérieure que les thaïlandais montrés à l'écran doivent eux-aussi ressentir, dans un pays marqué depuis 2014 par la dictature militaire.

Deux personnes qui étaient sur le bateau descendent maintenant dans une caverne. L'espace est exiguë. De vieilles parois rocheuses, griffés par le temps et l'oubli. Les spectateurs, coincés entre les écrans, participent eux-aussi à cette descente vers l'inconnu. Et puis un dessin ancestral, une silhouette d'un homme dessinée à la pierre blanche. C'est la marque originelle de l'homme artiste. Dans ce premier temps décousu de la pièce, où des mots et des images s’enchevêtraient sans logique ni sens, la « Fever  » se propage subitement dans la «  Room », et donne sa première vision. L'explorateur thaïlandais touche du doigt la première tentative de compréhension de l'homme. Lui qui vit ses jours comme des fragments de souvenirs voit la marque de son ancêtre. La première trace métaphysique. Un appel qui va dissoudre le temps infini entre ces deux évènements. Les écrans s'éteignent, et remontent doucement. Le rideau s'ouvre. Un projecteur fébrile éclaire la salle en face du public, qui découvre sa présence sur le plateau. Beaucoup de fumée sort de chaque coin du hangar. Les formes se brouillent, tandis qu'une ampoule au loin illumine la salle. Deuxième temps de la pièce.

"Fever Room" de Weerasethakul

Difficile de maintenir son regard face à la puissante lampe à l'horizon. C'est elle qui rythme le temps, fonde l'espace et touche le public par ses faisceaux. La masse de fumée s'engouffre dans ce vortex de lumière, et cisèle le plateau comme un passage vers un ailleurs mystique. Ce ciel vaporeux se couche devant nous : le public semble se situer au-dessus des nuages, dans un espace indéterminé. Le hangar est une capsule en hypnose. Le son est grondant et fort. Chaque spectateur peut donner sa propre signification à ce voyage. La liberté était jusqu'ici vécue comme une douleur du corps. Elle se donne ici comme pleinement spirituelle. Le paysage astral devant nous est visuel et sonore, et ne nous donne pas de réponse finale. Une marque de fabrique d'Apichatpong Weerasethakul.

La lumière s'éteint. Le rideau se referme. L'écran de droite s'abaisse. On revoit l'homme, il est en train de dormir. Etait-ce un rêve ? La pièce se finit par un générique sur l'écran. Pas d'acteurs ni de metteur en scène sur le plateau pour recueillir les applaudissements, qui tardent à venir. « Fever Room » a contaminé le spectacle vivant. Il est devenu théâtre d'écran et de fumée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Militant hongkongais des droits des travailleurs, Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression qui réduit la société civile au silence. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui, à gauche, célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky