Hugo Vitrani
Pigiste Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2009

En direct des "portes ouvertes" de Mediapart

C'est parti. Cinq débats, des rencontres non-stop avec la rédaction, la présence de l'association des lecteurs de Mediapart, une FAQ (foire aux questions) permanente…

Hugo Vitrani
Pigiste Mediapart

C'est parti. Cinq débats, des rencontres non-stop avec la rédaction, la présence de l'association des lecteurs de Mediapart, une FAQ (foire aux questions) permanente… Jusqu'à 19 heures, aujourd'hui, Mediapart organise une journée portes ouvertes.

Suivez en direct les moments forts de cette journée "portes ouvertes" grâce à notre reportage photo...

9h50: avant l'arrivée des premiers visiteurs, Sophie Dufau finalise les visuels indiquant le chemin à suivre pour découvrir sa "galerie numérique" présentant MediaVu'...

La journée s'annonce bien, le soleil et la bonne humeur sont au rendez-vous...

10h15: les premiers visiteurs investissent les lieux, les premières rencontres avec l'équipe de Mediapart se font...

... rencontres avec les journalistes, les responsables du développement du site, de la communication et de la comptabilité...

...mais aussi avec "Bubu", le désormais célèbre chien de Laurent Mauduit!

13h30: Pascale Lemoigne et Pierre Puchot fin prêts pour repondre à vos questions, dans la salle de la F.A.Q

10h40: Pendant que certains s'abonnent, guidés par Jean-Christophe Nothias, d'autres discutent avec la journaliste Maguy Day...

En attendant le lancement du premier débat de cette journée, certains achètent des t-shirts Mediapart...

11h: le premier débat de la journée est annoncé, il aura lieu dans la tente blanche et rouge montée pour l'occasion dans la cour des bureaux du journal

Martine Orange, Laurent Mauduit, Philippe Riès et François Bonnet présentent la thématique du débat d'ouverture, "Nicolas Sarkozy et le capitalisme français" devant un public attentif.

Après la première intervention de Laurent Mauduit sur ce qu'il nomme le "capitalisme de la barbichette" (ou "capitalisme de connivence"), Martine Orange et Philippe Riès prennent la parole pour analyser eux aussi ce "capitalisme de club", club dont Nicolas Sarkozy ne faisait d'ailleurs pas parti à l'origine...

En parallèle, certains de la rédaction continuent de faire tourner le site, et travaillent leurs articles, le choix de la Une, etc.

14h: Le second débat commence, le sujet est important et délicat: "Proche-Orient, l'avenir palestinien en question". La discussion s'articule entre Farouk Mardam-Bey, Hassan Balawi, Pénélope Larzillière, François Bonnet et Pierre Puchot.

Au même moment les bureaux se remplissent de visiteurs, de curieux, des rencontres se font, des débats se lancent...

Un photographe de Libération était présent lui aussi...

Ludovic Lamant et Eric Inciyan se promènent dans la cour ... ;-)

De plus en plus de visiteurs arrivent, il faut ouvrir complètement la tente... Edwy Plenel et des proches se chargent de plier les bâches, tandis que le stagiaire prend des photos ;-)

15h15: le débat animé par Sylvain Bourmeau, avec Dardo et Laval autour de leur livre La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale peut commencer. Il faut être prudent, un fameux critique de la rubrique "culture et idées" de Mediapart se cache dans le public ...

... tandis que Philippe Riès prend publiquement la parole pour intervenir dans le débat ...

16h30: Comment s'opposer à l'hyper-présidence? C'est la question qui animera l'avant-dernier débat de la journée. Maurad Rabhi, Isabelle This, Emmanuelle Perreux, Claire Rodier, Marielle de Sarnez et David Assouline vont ainsi analyser la crise du PS, les silences, hésitations et les (vraies et fausses) batailles de la gauche.

Au même moment, échappant à la fureur du débat, des amis se retrouvent et profitent -malgré le froid- des derniers rayons de soleil de la journée.

Tandis qu'Edwy Plenel et Antoine Perraud se font interviewer à l'étage...

18h: le dernier débat de la journée sur la Presse et la démocratie est lancé. Alors que les journaux sont en peine crise et que les modèles économiques sont désintégrés, comment reconstruire une presse indépendante? Edwy Plenel, François Bonnet, Michel Broué et Marie-Anne Kraft tenteront d'y répondre.

Le soleil n'étant plus au rendez-vous, le débat s'est déroulé dans les bureaux de Mediapart...

Le débat s'est terminé avec des interventions du public sur l'ALM, la qualité des contenus de Mediapart, des critiques ou des encouragements...

Un militant Sud - employé des Caisses d'Epargne - est même venu témoigner de l'importance qu'ont eu les articles de Laurent Mauduit au sein de cette société, le remerciant de leur avoir donné "la pêche", et d'avoir fait "peur à nos patrons" en publiant ces grandes enquêtes.

20h30: Les portes de Mediapart se sont refermées, après un (petit) buffet prévu pour l'occasion.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau