hugues.bazin@gmail.com
Chercheur indépendant en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2015

POUR UNE RÉVOLUTION DES INVISIBLES

hugues.bazin@gmail.com
Chercheur indépendant en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a un discours martial chez les hommes de pouvoir d’autant plus guerrier qu’il signe leur absence de pouvoir à imaginer une autre société. J’avais déjà suspecté cette dérive dans un texte sur le 11 janvier qui se confirme un peu plus chaque jour : « Ce dimanche 11 janvier je suis allé marcher au Col de la Liberté ». Quant à l’unité, elle ne peut pas être de l’ordre de l’injonction, elle ne peut naître que dans la conscience d’être acteur d’une histoire collective, mais quel récit collectif ?

Il y a un récit collectif qui s’écrit qui n’est pas le nôtre entre d’un côté les identitaires et les déclinistes et de l’autre, les intégristes et les terroristes. Les premiers rêvent d’un modèle de société qui n’existe plus pour mieux la momifier, les seconds rêvent d’abattre un modèle occidental qui n’a pas nécessairement besoin d’eux pour s’écrouler puisqu’il se recroqueville sur lui-même comme une patate toute sèche et ridée.

Donnons au moins une bonne raison aux uns et aux autres de vouloir nous éliminer en inventant de nouvelles formes de radicalité. Si le peuple est le seul héros, à lui d’écrire son récit collectif. Si c’est ce peuple qu’on a voulu assassiner en banlieue de Saint-Denis ou dans les quartiers de l’Est parisien, alors à lui d’affirmer que dans les cafés et les concerts, les stades et les lieux publics, se fomente un art festif de la révolution.

Ce n’est pas simplement une jeunesse écervelée qui s’épanche dans des lieux de consommation ou dans des rituels conformistes. Pour éviter qu’il soit libre, on dit au peuple qu’il n’a pas d’idéal. Ce qui arrangerait bien les marchands de sécurité ou de paradis qui prétendent écrire l’histoire au nom du peuple pour mieux le diviser et le soumettre. Ils transforment les aspirations en « sous-cultures » afin de mieux, au gré des circonstances, les ignorer ou les médiatiser, les mépriser ou les canoniser, les craindre ou les récupérer.

Ainsi ce sont toujours ceux qui tiennent les rênes du pouvoir qui écrivent l’histoire officielle, justifiant idéologiquement une domination pour mieux cacher leurs intérêts triviaux et mercantiles. Les révolutions populaires, celles qui transforment réellement la société, restent invisibles puisque non écrites.

À ce peuple de ne plus se laisser écrire par d’autres, laisser libre cours à un imaginaire instituant de la société. Cette dimension de l’utopie agissante, de la transgression créative renvoie à l’urgence d’écrire une nouvelle page de ces « révolutions des invisibles » et dresser un pont entre les générations.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Migrations
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame