hugues thuillier
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

GAUCHE : PROJET ET STRATEGIE

Notre Droit norme ce que le puissant veut faire passer pour le Réel.

hugues thuillier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                      J’ai, récemment, proposé comme boussole à la gauche une idée de liberté si exigeante que cela paraît la situer dans un autre monde. J’ai dimanche soir entendu un débat sur l’union de cette gauche qui me paraît, pour des raisons sans doute inverses, trop hors du monde réel pour pouvoir recevoir la moindre suite effective. Ce débat de la seconde partie de l’émission C Politique je l’ai écouté de façon trop furtive pour qu’il n’ait pu réveiller que les quelques réflexions générales dont je fais part ici.

                        La grande difficulté de la gauche est qu’elle joue sa partition sur le terrain de l’adversaire. Oui, la droite est bien un adversaire, la représentante des dominants ou de leur idéologie alors que la gauche a pour raison d’être la chair des dominés par situation ou par complète participation à leur rébellion. Sur le terrain de l’adversaire et suivant les règles de jeu que celui-ci lui impose et acculture.

                      Ces règles de jeu ne sont rien moins que le système juridique sous lequel nous vivons. Jean-Jacques Rosat informe que au moment de son décès Jacques Bouveresse préparait une conférence dont l’intitulé aurait été : « La vérité et le droit : Kant, Kelsen et Kraus » (Le Monde 15 octobre ). Je consacre à Hans Kelsen mon billet de blog du 7 novembre 2020. Johann Chapoutot, dans son ouvrage « Le Grand Récit »  écrit que le droit a la prétention d’être une discipline qui « nomme et norme le réel » (p. 298). Dans « Théorie pure du Droit » Kelsen montre que le Droit, il ne mérite plus alors la majuscule, norme ce que le puissant veut faire passer pour le réel.

                        Il n’a été dimanche soir qu’un participant au débat pour remettre en cause le pilier de ce système juridique, la propriété des moyens de production. Il faut peut-être rajeunir la motivation de cette remise en cause qui a semblé appartenir pour les autres aux vieilles lunes. Elle demeure le socle de tout projet de gauche. A défaut l’extrême générosité maintient l’action dans la guérison des symptômes dont on sait que la pieuvre s’accommode, entretenant les moyens de la revanche. La modération quant à elle finit par oublier son objectif. Elle a venté celle de la sociale démocratie allemande capable  avec des partis plus à droite de ce compromis qu’elle a déjà conclu avec elle-même. Il aurait été de stratégie plus convenable que la participation d’organisations vraiment de gauche permette au moins d’obtenir des gages en vue du maintien d’objectifs plus lointains. Une telle participation est rendue plus difficile en France eu égard à la séquestration dans un  Mouvement à caractère populiste du meilleur des aspirations émancipatrices.

                       Tout compromis doit laisser intacte la faculté de protestation qui si elle n’est pas prévue serait déloyauté et d’acculturation raisonnée de ce que la gauche porte comme étant la vraie liberté. Faculté de témoigner du cap même quand il faut « tirer un bord ».

                       Faculté de protestation. Notre système juridique confère la réalité du pouvoir en grande partie aux maîtres de l’économie. Un homme de gauche s’il exerce une parcelle de pouvoir dans le cadre d’un compromis ne détient pas celui-ci.  Au mieux il améliore, au pire il facilite, la réalité de la situation doit apparaître. Il est inimaginable qu’un gouvernement de gauche  laisse sans dénoncer l’ignominie du système juridique qui l’y oblige, ici s’édifier l’empire d’un individu sur les médias, là l’Etat céder « un fleuron » et les milliers d’hommes qui y travaillent pour s’éviter un faible coût et là encore des organismes financiers investir dans les énergies fossiles.

                        Faculté d’acculturation. L’un des grands absents de la réflexion de gauche est le facteur humain. Belles personnes et belle société sont des incontournables  qui comme l’œuf et la poule se disputent la précédence mais sont l’une à l’autre nécessaires. En se voulant collective l’émancipation individuelle trouve sa vérité. Loin d’être un endoctrinement ou une copie de ce formatage auquel nos démocraties de l’influence assujettissent les « peuples » l’acculturation résulte de la lente maturation de la liberté  et de son exercice.

                        L’économie de ce blog a été d’ancrer la liberté dans l’A D N  le plus profond  de l’homme,  aux confins de l’ordre naturel, en un universel  dont le Droit, en normant le Réel,  libérera et offrira au monde le système juridique émancipateur que ne peuvent plus se permettre dans leur seul cadre les nations isolées.

                        Emancipateur et seul salvateur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch