hugues.bazin@gmail.com
Chercheur indépendant en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2022

Pour de nouvelles centralités populaires

A l’heure de la «start-up nation» et de la financiarisation du service public, réinventons de nouveaux espaces du commun à l’intersection des luttes sociales, écologiques et des minorités actives

hugues.bazin@gmail.com
Chercheur indépendant en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chef d’œuvre de l’architecture moderniste, la Maison du Peuple de Clichy classée aux Monuments Historiques sera vendue au groupe Ducasse, entrainant aussi la fermeture du marché à ses pieds © Benoît Machetto

Une des dernières maisons du peuple emblématiques du Front populaire vient d’être déclassée pour être vendue à un groupe privé. Elle sera transformée pour partie en restauration de luxe selon une certaine conception consumériste de l’attractivité des territoires.

Ce n’est que la partie visible d’une transmutation d’un espace socioculturel critique et formatif en espace marchand. Cette évolution remonte à plusieurs décennies et conduisit à une délégitimation de ce qu’on appelle les «corps intermédiaires», dont les mouvements d’éducation populaire constituaient le rouage historique entre Etat social et société démocratique.

Les centralités populaires se définissent par des espaces-temps libérés d’un rapport subordonné au travail et au productivisme. Sans ces espaces autonomes de la pensée et de l’action, il est difficile de recomposer son existence comme une totalité non instrumentalisée et sectorisée par le rôle d’agent économique. C’est dans la prise de conscience de pouvoir basculer ainsi du rôle d’agent à celui d’acteur et d’auteur, autrement dit dans l’exercice d’une praxis, que se forgent à la fois un imaginaire alternatif au néolibéralisme, un corpus conceptuel qui est un levier de transformation sociale orientant les mouvements sociaux.

Période de rigidification

C’est ce processus d’émancipation individuelle et collective, de solidarité active, de formation réciproque tout au long de la vie qui est défait progressivement à partir des années 80 dans un double mouvement de bureaucratisation et de marchandisation du milieu associatif entre un «new public management» et une financiarisation des secteurs sociaux, sanitaires et éducatifs, sans parler des derniers scandales autour des Ehpad ou des cabinets de consulting gouvernementaux.

Faire confiance à la capacité innovatrice de l’intelligence sociale sans qu’elle soit accaparée par la classe de la «start-up nation» est d’autant plus décisif dans une période de rigidification des modes de gouvernance où les crises sanitaires et écologiques s’enchaînent et questionnent la place centrale de la valeur travail.

Lieux d’accueil inconditionnel

C’est le défi actuel de l’éducation populaire qui doit se refonder à travers de nouvelles centralités. Ces tiers espaces existent déjà. De manière insurrectionnelle, le mouvement des gilets jaunes et des ronds-points représenta l’institution d’un fort contre-imaginaire comme société plus juste à bâtir. De même, une nouvelle génération se forme à l’intersection des luttes sociales, écologiques et des minorités actives.

Ces «espaces autonomes temporaires» ne demandent qu’à s’incarner dans des lieux d’accueil inconditionnel d’une diversité, d’interdépendance et d’intermédiation cherchant à réconcilier, dans la pratique, justice environnementale, justice sociale et justice cognitive ; bref une intelligence collective au service d’une autre gestion démocratique des communs avec une économie populaire répondant aux besoins humains fondamentaux


Tribune parue dans Libération du 14/03/2022 en contribution aux Rencontres nationales de l’éducation populaire. (Poitiers, 17-19 mars 2002)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel