N comme Noël

N comme Noël, exceptionnel jour de l'année où des hommes et des femmes font un don, un cadeau, en essayant de faire croire aux destinataires qu'ils ne leur ont rien offert. Pendant le reste de l'année, c'est l'inverse: des hommes et des femmes au pouvoir ou candidats au pouvoir essaient de nous faire croire qu'ils nous ont offert, nous offrent ou vont nous offrir ce qu'en réalité ils ne nous ont pas donné, ne nous donnent pas et ne nous donneront pas. Bon, ce n'est peut-être pas très juste de mettre ainsi la gauche sur le même plan que la droite (quoique parfois...); j' ajoute donc que le comble est de présenter comme un cadeau ce qu'on a cherché à nous dérober, tel Sarkozy nous invitant sans vergogne à le remercier du fait que la crise a été moins violente en France que chez nos voisins alors qu'il avait commencé à s'en prendre aux amortisseurs tels que l'importance du secteur public et les retraites par répartition. Par alleurs, je dois avouer que l'idée d'inversion entre le père Noël et un politicien en campagne électorale n'est pas originale : elle a été récemment évoquée par J.-C. Guillebaud (Il commentait une analyse de la fonction du père Noël par le sociologue québécois J. Godbout qui, en y repensant, n'était peut-être pas si original non plus: le n° 110 de la revue Dialogue, paru au dernier trimestre 1990 et consacré aux "Dettes et cadeaux dans la famille", contient notamment un article sur l'exorcisation de l'achat trivial dans le cadeau du Père Noël, sur le phénomène social exceptionnel qu'est un don sans dette, en l'occurrence un don sans autre contre-don que la jubilitation enfantine)

le_dictionnaire_du_p_re_No_l.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.