François Béranger

Un chanteur engagé, des textes toujours actuels, mais c'est ce qui est le pire ... En 20 ans le monde n'a-t-il pas changé ou le retour de baton est -il si terrible pour que l'on puisse penser qu'une chanson, qu'un texte de François Béranger soit d'hier.

 

Un petit texte (entre de nombreux autres):

 

"Puisque la seule valeur qui vaille
Dans cette fin de millénaire
C'est la monnaie, la mitraille,
Le fric, le pèze, le numéraire
Les avoirs et les pépettes,
La fortune, la grosse galette,
Le flouze et les picaillons,
Le capital, et le pognon
Dans ma grande naïveté
Une question me préoccupe :
La nouvelle pauvreté.
Faut nous dire combien ça coûte
Un kilomètre d'autoroute
Super phénix réformé
Un grand stade à footballer
Combien ça coûte, une famille
Pour qu'elle survive une année
Juste en bouffant des lentilles
Et en payant son loyer ?
Combien ça coûte, la souffrance ?
Combien ça pèse, la détresse ?
Combien ça coûte, l'indigence ?
Dans notre beau pays de France
Oui, dites-moi combien ça coûte
Un char Leclerc, un Exocet
Un joujou de chez Dassault
Un TGV supersonique ?
Un cocktail ministériel
Les grands travaux présidentiels ?
Combien ça coûte, le prestige ?
Combien ça coûte, l'indifférence ?
La la la la la la lère
La la la la la tsoin
Puisque la seule valeur qui vaille
Dans cette fin de millénaire
C'est la monnaie, la mitraille?
Le fric, le pèze, le numéraire. "

 

Et c'est un texte de 1997 ...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.