mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart jeu. 29 sept. 2016 29/9/2016 Dernière édition

Lune dans le brouillard

 

Tu es là, je le sais, derrière le brouillard

je ne te vois pas bien, loin,

sortie de mon vide intérieur qui me bouffe

ton image s’estompe, mirage,

flou, mes mains n’attrapent rien,

et mon esprit divague

entre des poteaux télégraphiques

sages, sans messages,

mais tu tiens bon la barre, je le sais

dans la mer houleuse

mer de brouillard où

même ma boussole se tait

rares éclaircies qui m’aveuglent

appel des fonds, tentation,

se lover dans l’absence

même pas rêver

le fil du temps tisse son voile

qui me cache tes beautés

où es-tu, ma dame?

derrière les milliers de maisons

à l’autre bout de la ville, loin...

ce soir la lune est pleine

oeil de chat dans ma nuit muette

la lune n’a jamais rien à dire

et c’est peut-être mieux comme ça

sa lumière devrait me suffire, magique,

le penser de toi m’irradie

je plane dans les hautes sphères

mais tomber, peur de tomber,

chute vertigineuse

dans tes bras? plus de bras,

le moelleux du brouillard

où même ton idée se fluidifie,

ne pas s’évanouir, attendre le vent

le vent qui t’emporte, comme une vague

qu’on ne peut saisir

vague à l’âme qui transperce

mais tu es là, je le sais

derrière le brouillard

où mes bras tentent une dernière brasse

un dernier saisissement tendre

une joyeuse pensée qui m’effleure

peut-être un souvenir

qu’ils sont tristes parfois

les souvenir qui creusent ton absence

tu es là, je le sais

dans la courbure du vent

les hurlements du silence

la vie, la mort, qu’importe maintenant, loin.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Je voulais vous dire qu'à chaque fois je vous attends... et là je suis comblé, merci à tous.

Je ne suis malheureusement (?) pas Face de Bouc, ça viendra peut-être un jour?

"Ni temps passé ni les amours reviennent

Sous le pont Mirabeau coule la Seine...

Vienne la nuit, sonne l'heure, les jours s'en vont...Je demeure."